Oeuvres complètes de Bourdaloue ...

Front Cover
Méquignon-Havard, libraire, 1825
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 505 - Je vous donnerai les clefs du royaume des cieux; et tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel.
Page 336 - ... les plaisirs, de tous les spectacles; mondains dans leurs manières et leurs discours , affectant de se distinguer par des airs dissipés , par des paroles indécentes , par des excès de joie et des libertés dont ils se flattent qu'on leur applaudit , et dont ils se font un faux mérite; mondains jusque dans leurs vêtements, et par où? par toute la propreté, par tout l'ajustement, par tout le luxe qu'ils peuvent joindre à la simplicité évangélique. Ah! Seigneur, sont-ce donc là ces...
Page 327 - Dieu un si prodigieux abaissement, pourrions-nous penser qu'un homme pût jamais atteindre à une telle élévation , et être revêtu d'un caractère qui le mît en état, si je l'ose dire, de commander à son souverain Seigneur, et de le faire descendre du ciel?
Page 332 - Il ya dans l'état ecclésiastique des degrés où l'on ne peut monter sans le sacerdoce. C'est une condition absolument requise pour obtenir tel bénéfice, et pour parvenir à telle dignité. Il faut donc entrer dans les ordres sacrés, et l'on y entre. Pourquoi? Est-ce pour avoir le précieux avantage d'offrir le sacrifice du corps et du sang de Jésus-Christ? c'est à quoi l'on ne pense guère; et si le saint caractère n'était bon qu'à cela, on ne s'empresserait pas de le demander. Mais il...
Page 459 - Vous avez entendu qu'il a été dit : Œil pour œil et dent pour dent. Et moi je vous dis : Ne résistez point au méchant ; mais si quelqu'un vous frappe sur la joue droite, présentez-lui encore la gauche ; et à celui qui veut vous appeler en justice pour vous enlever votre tunique, abandonnez encore votre manteau.
Page 330 - On sépare l'honneur d'avec la charge et le fardeau, et de deux choses essentiellement jointes ensemble, on prend celle qui flatte l'avarice , l'ambition , et l'on se dispense de celle qui engage à la réformation des mœurs, et à leur sanctification. Désordre dont nous ne pouvons assez gémir et qui devient tous les jours plus commun dans le christianisme. Tellement que le sacerdoce aujourd'hui se trouve comme abandonné à toutes les convoitises des hommes. On en fait le partage des enfants...
Page 141 - L'on n'eût pas vu si souvent le clergé réduit dans la plus déplorable décadence, si l'on n'eût pas admis aux fonctions les plus sacrées des hommes sans capacité, sans régularité, et même sans piété.... (Nous voyons) beaucoup d'ouvriers pour les ministères éclatants, mais peu pour les emplois obscurs ; beaucoup pour les villes, mais peu pour les campagnes. » En fait la majorité du clergé est bonne, appliquée à ses devoirs, surtout dans la seconde moitié du...
Page 335 - ... mondains dans leurs habitudes et leurs sociétés, voulant être de toutes les assemblées, de tous les jeux, de tous les plaisirs, de tous les spectacles; mondains dans leurs manières et leurs discours, affectant de se distinguer par des airs dissipés, par des paroles indécentes, par des excès de joie et des libertés dont ils se flattent qu'on leur applaudit, et dont ils se font un faux mérite; mondains jusque dans leurs vêtemens : et par où?
Page 335 - Que sera-ce d'un prêtre abandonné à lui-même , maître de lui-même et de ses actions ; n'ayant pour l'éclairer d'autre inspecteur que Dieu, qu'on oublie aisément , ni pour le retenir , d'autre frein que le devoir, dont on perd aussi facilement le souvenir? • Enfin , je dis des prêtres tout mondains. Mondains dans les affaires où ils s'emploient, vivant dans une agitation perpétuelle de procédures, de poursuites, de soins temporels, dont quelquefois ils s'accablent, soit que ce soit pour...
Page 349 - Vous avez détruit d'une main ce que vous bâtissiez de l'autre; et tant d'âmes que j vous aviez fait naître en Jésus-Christ par l'efficace et la vertu des sacrements , ont reçu de Vous la mort par la liaison qu'elles ont eue avec vous , et par les effets contagieux de votre conversation. Justes reproches , mais reproches encore plus terribles , si nous y ajoutons les menaces du Dieu vivant. Car si la justice de Dieu doit être si exacte dans le compte qu'elle demandera à tous les hommes des...

Bibliographic information