Page images
PDF
EPUB
[blocks in formation]
[merged small][merged small][merged small][graphic]

ÉTUDES

REVUE FONDÉE EN 1856

PAR DES PÈRES DE LA COMPAGNIE DE JÉSUS

ET PARAISSANT LE 5 ET LE 20 DE CHAQUE MOIS

[merged small][merged small][graphic][subsumed][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

information directe. Pourquoi en ferions-nous mystère? De plus en plus, des étudiants, des séminaristes, de jeunes religieux, pour mieux se préparer à leur mission apostolique, entreprennent de longs stages à l'usine, à la ferme ou à la mer. Mêlés pendant des mois, parfois des années, à leurs camarades de travail, ils n'ont pas d'autre ambition immédiate que de les comprendre et de les aimer. C'est d'eux que provient presque toute la documentation et souvent le texte même de nos enquêtes.

--

Enfin, répondant volontiers à de vives instances, nous ferons large place cette année aux articles scientifiques. Non seulement parce que la culture scientifique fait aujourd'hui partie intégrante du bagage de l'honnête homme, mais surtout parce que l'apparent divorce entre la science et la foi ou, plus subtilement, entre la liberté du chercheur et l'assujettissement du croyant écarte encore de l'Eglise nombre d'âmes de bonne volonté. Il y a sur ce terrain un effort à tenter, assez semblable à celui qu'ont si heureusement fourni les catholiques de France en matière sociale. Nous serions heureux d'y contribuer.

[ocr errors]

Tels sont nos propos; nul doute que les événements, ces maîtres dont Dieu dispose pour nous conduire à son gré, ne viennent à l'improviste modifier l'ordre de nos rubriques.

Nous avons proclamé souvent ici combien nous est précieuse la sympathie active, délicate, confiante de nos lecteurs. Pourrions-nous dire ce qui nous touche davantage dans le volumineux courrier qui afflue vers nous chaque jour : les regrets de ceux qui nous quittent... « parce qu'ils ne peuvent plus faire autrement »; la générosité de ceux qui souscrivent pour les débiteurs insolvables, ou cette constance collective, composée de dévouements obscurs, de fidélités diligentes, qui font que, malgré les difficultés de l'heure, la progression de la revue se poursuit et qu'en ce dernier trimestre, au rôle de nos abonnés, les gains dépassent de deux cents les pertes.

S'il est permis à notre tour de formuler un souhait, c'est que cette collaboration continue, s'intensifie, et qu'en face de notre effort pour améliorer, de notre mieux, la rédaction de la revue chaque lecteur prenne sur lui la tâche de la répandre.

LES ÉTUDES.

L'UNIVERS HUMAIN

NAISSANCE DES MONDES

Il faut aimer la science parce qu'elle est une grande œuvre de l'esprit.

Louis de BROGLIE, Matière et Lumière.

On peut assurer sans invraisemblance que l'avenir reconnaîtra dans notre temps l'âge où l'homme a commencé de changer d'échelle. Chacun le voit dans l'économique et le social où l'on doit partout considérer les masses, où tout est multiplié par d'énormes facteurs. La caractéristique du monde moderne est avant tout dans ce fait que les problèmes y font intervenir les grands nombres, au point de sembler changer la nature même de ces problèmes.

La science plus que personne fait désormais entrer l'homme dans l'ère du démesuré. Elle le force à dépasser de bien loin l'échelle planétaire. L'univers qu'il explore, et aussi qu'il construit, vient en quelques années de s'agrandir à l'extrême. On ne doit pas simplement l'entendre de l'infiniment grand des cieux; nul n'ignore que l'autre univers de Pascal, l'infiniment petit de l'atome, exige lui-même pour sa représentation des chiffres pareillement astronomiques et seulement inversés. Encore n'est-ce point assez de dire que l'univers s'accroît ce n'est plus simplement un champ qui s'étend, des nombres qui s'ajoutent. La figure du monde n'est plus « semblable » à la traditionnelle, proportionnellement plus grande dans un sens, plus petite dans l'autre, par rapport chaque fois à l'aspect que nous avons des choses, selon nos yeux d'homme, aspect qui deviendrait ainsi privilégié, promu au rang de norme. Nous savons aujourd'hui qu'il faut relayer nos cadres et souvent nos lois ; nous nous perdons à nous écarter trop de notre expérience quotidienne. L'homme dit alors adieu à cet aspect local des choses que nous venons d'évoquer, à cette intimité familière où suffit la géométrie

« PreviousContinue »