Lettres à une princesse d'Allemagne, sur divers sujets de physique et de philosophie, Volume 1

Front Cover
Courcier, 1812
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page xv - ... d'une grandeur personnelle, indépendante de leurs titres, et qui est devenue un des caractères de cette famille auguste. Cependant, la reine de Prusse ne put obtenir de M. Euler que des monosyllabes; elle lui reprocha cette timidité, cet embarras, qu'elle croyait ne pas mériter d'inspirer. Pourquoi ne voulez-vous donc pas me parler ? lui dit-elle. Madame, répondit-il, parce que je viens d'un pays, où, quand on parie, on est pendu.
Page xxxix - ... joindrait à une vaste étendue de connaissances la sagacité la plus rare. D'ailleurs , peut-être ne faudrait-il pas le louer de cette candeur , quand même elle lui aurait coûté un peu de sa gloire : les hommes d'un grand génie ont rarement ces petites ruses de l'amour-propre , qui ne servent qu'à rapetisser aux yeux des juges éclairés ceux qu'elles agrandissent dans l'opinion de la multitude; soit que l'homme de génie sente qu'il ne sera jamais plus grand qu'en se montrant tel qu'il...
Page xx - ... perfectionné, étendu , simplifié toutes les méthodes employées ou proposées avant lui : on lui doit la solution générale des équations linéaires, premier fondement de ces formules d'approximation si variées et si utiles. Une foule de méthodes particulières, fondées sur différents principes, sont répandues dans ses ouvrages et réunies dans son traité du calcul intégral : là on le voit, par un heureux usage des substitutions, ou rappeler à une méthode connue des équations...
Page xxxvii - Euler, si nous n'ajoutions, à cette faible esquisse de ses travaux, qu'il est peu de sujets importants pour lesquels il ne soit revenu sur ses traces, en refaisant même plusieurs fois son premier ouvrage : tantôt il substituait une méthode directe et analytique à une méthode indirecte; tantôt il étendait sa première solution à des cas qui lui avaient d'abord échappé ; ajoutant presque toujours de nouveaux exemples qu'il savait choisir avec un art singulier, parmi ceux qui offraient ou...
Page 368 - Roi s'informa de cette doctrine , qui faisait alors bien du bruit, et un courtisan répondit à Sa Majesté, que tous les soldats, selon cette doctrine , n'étaient que de pures machines ; et...
Page lvii - Telle fut la fin d'un des hommes les plus grands et les plus extraordinaires que la nature ait jamais produits; dont le génie fut également capable des plus grands efforts et du travail le plus continu ; qui multiplia ses productions...
Page lv - ... encore la multiplicité et le choix de ses exemples. Ni Newton ,. ni Descartes même, dont l'influence a été si puissante, n'ont obtenu cette gloire, et jusqu'ici, seul entre les géomètres, M. Euler l'a possédée toute entière, et sans partage. Mais , comme professeur , il a formé des élèves qui lui appartiennent plus particulièrement , et parmi lesquels nous citerons son f1ls aîné, que l'académie des sciences a choisi pour...
Page lvi - Le 7 septembre 1783, après s'être amusé à calculer sur une ardoise les lois du mouvement ascensionnel des machines aérostatiques, dont la découverte récente occupait alors toute l'Europe, il dîna avec M. Lexell et sa famille, parla de la planète d'Herschell et des calculs qui en déterminent l'orbite ; peu de temps après, il fit venir son petit-fils, avec lequel il badinait en prenant quelques tasses de thé, lorsque...
Page xxiv - L'on peut dire de cette partie des travaux de M. Euler, comme de beaucoup d'autres, que les méthodes qu'elle renferme serviront, longtemps après lui, à résoudre des questions importantes et difficiles, et que ses ouvrages produiront encore et plus d'une découverte et plus d'une réputation. Le calcul aux différences finies n'était presque connu que par l'ouvrage obscur, mais plein de sagacité, de Taylor : M. Euler en fit une branche importante du calcul intégral , lui donna une notation...
Page xxxvii - ... savait choisir avec un art singulier, parmi ceux qui offraient ou quelque application utile ou quelque remarque curieuse. La seule intention de donner à son travail une forme plus méthodique, d'y répandre plus de clarté, d'y ajouter un nouveau degré de simplicité, suffisait pour le déterminer à des travaux immenses; jamais géomètre n'a tant écrit, et jamais aucun n'a donné à ses ouvrages un tel degré de perfection. Lorsqu'il publiait un mémoire sur un objet nouveau , il exposait...

Bibliographic information