Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

PUBLIÉS PAR

(Louis David) Henri

Mgr H. Têtu et l'abbé C.-O. Gagnon

^

(Nouvelle série)

SON EMINENCE LE CARDINAL TASCHEREAU

Volume Premier

QUÉBEC

IMPRIMERIE GÉNÉRALE A. COTÉ ET Cie

III.4284
Can 147.1.4

JUL 16 18t

Brigil Fund

SON ÉMINENCE LE CARDINAL TASCHEREAU

Le chef de la famille Taschereau, au Canada, a été ThomasJacques originaire de la Touraine, fils de Christophe Taschereau, conseiller du roi, directeur des monnaies, et trésorier de la ville de Tours.

Ce fut vers le commencement du dix-huitième siècle que Thomas Jacques vint au Canada. Il fut nommé trésorier de la marine, et en 1736, il obtint la concession d'une seigneurie sur les bords de la rivière Chaudière. En 1728, il épousa, à Québec, Marie Fleury-d'Eschambault, dont la mère, Claire Jolliet, était fille du découvreur du Mississipi et arrière-petite-fille de Louis Hébert, le premier colon canadien. A sa mort, arrivée en 1749, il laissait huit enfants, qui, à l'exception de Gabriel-Elzéar, moururent sans postérité ou retournèrent en France.

Gabriel-Elzéar, seigneur de Sainte-Marie, Linière, Jolliet, etc., a été, par sa piété et son intelligence, l'un des hommes les plus remarquables de son époque. Il épousa en premières noces, Marie-Louise-Elizabeth Bazin; de ce mariage naquirent quatre enfants, dont le plus jeune fut l'honorable juge Jean-Thomas Taschereau, mort du choléra en 1832.

Ce dernier épousa Marie Panet, fille de l'honorable JeanAntoine Panet, premier président de la Chambre d'Assemblée du Canada.

Son Éminence Mgr Taschereau est né de ce mariage.

Le premier Panet venu au Canada fut Claude, natif de Paris, notaire royal à Québec en 1747. Il était fils de Nicolas Panet, caissier de la marine à Paris.

De Claude Panet et de Louise Barolet naquirent plusieurs enfants, parmi lesquels sont: Bernard-Claude, le successeur de Mgr Plessis sur le siège épiscopal de Québec; Jacques,

dont le souvenir est encore vivace dans la paroisse de l'Islet, où il fut si longtemps curé; et Jean-Antoine, qui épousa LouisePhilippe Badelard, de laquelle il eut vingt enfants, morts la plupart en bas àge. Les survivants furent Bernard-Antoine, coroner; Philippe, juge, dont les vertus et la science ont jeté un si grand lustre sur la magistrature; Louis, notaire et sénateur; Charles, avocat; et Marie, qui épousa l'honorable Jean-Thomas Taschereau, et fut la mère de Son Éminence Monseigneur Elzéar-Alexandre Taschereau.

Le Cardinal Elzéar-Alexandre Taschereau est né à SainteMarie de la Beauce, au manoir seigneurial, le 17 février 1820 ; il fut baptisé le même jour par le vénérable M. Antoine Villade, prêtre français, aussi originaire de la Touraine, et qui vint au Canada après avoir failli être victime de la fureur révolutionnaire, en 1793. Le 1er octobre 1828, à l'âge de 8 ans et demi, il commença ses études au Séminaire de Québec. En dépit d'un âge qui, pendant toute la durée de ses études, fut toujours beaucoup au-dessous de celui de ses confrères de classe, les palmares attestent les succès brillants et les nombreuses couronnes remportées dans son cours classique. Ses compagnons de classe se plaisent à reconnaître les belles qualités qui se manifestèrent dès lors en lui, et qui depuis n'ont fait que s'accroître et se développer: amour du travail, piété solide, respect pour la règle et pour l'autorité, aimable gaieté dans les récréations, modestie profonde, douceur et charité envers les égaux.

En 1836, ayant à peine ses seize ans accomplis, le jeune Taschereau terminait ses études, et le printemps de la même année, il partait pour l'Europe avec le révérend M. Holmes, du Séminaire de Québec; ce fut en la compagnie de ce savant mentor qu'il eut l'avantage de visiter les principales contrées de l'ancien continent.

Il demeura assez longtemps à Rome, où, le 20 mai 1837, il fut tonsuré de la main de Mgr Piatti, archevêque de Trébisonde, dans la basilique de Saint-Jean de Latran, mère et maitresse de toutes les églises de la ville et du monde.

A la fin de septembre 1837, le jeune Taschereau revint à Québec, où il commença ses études théologiques, qui ne furent pas moins brillantes que ses études classiques, bien que, tout en

« PreviousContinue »