Page images
PDF
EPUB

sepultura, cum epitaphio quod hodie adhuc visitur A FREDERICUS TAYE, ex Baronibus Wemmelams, relìin pariete inter duas fenestras laterales ejusdem sacelli.

XLS. Huic successit eodem anno, nempe 1616, per serenissimos principes Albertum et Isabellam archiduces denominatus, R. D. JOANNES MAXIMILIANUS D'ENGHIEN, nobili apud Brabantos stirpe ortus, religiosus Vedastinus, sacræ Theologiæ licentiatus, ac præses collegii Sti-Gregorii Duaci; hic sepius deputatus fuit a Clero ad ordines Flandriæ, et magna ex parte recuperavit bona monasterii, quæ per 40 annorum spatium a Geusiis occupata et deperdita fuerant, monasterium versum in fortalitium regium instauravit ex toto. Mortuus est anno ætatis suæ 79°, prælaturæ 47°, anno 1662°, 20 Augusti, Brugis, in refugio suo, et sepultus in monasterio Aldenburgensi, in medio presbyterii, cujus epitaphium est lapidi inscriptum.

Interim sedes vacavit ad annum 1664, quando substitutus fuit a Rege Hispaniæ, Philippo IV, R. D. CAROLUS GHELEYNS Winoci-Bergensis, religiosus et cantor, hujus monasterii abbas XLI3. Hic a summo Pontifice Alexandro VII° obtinuit mitram et pontificalia, et ipsis kalendis Januarii 1665 mitratus fuit in choro Sti-Donatiani, a R° ac Illust°. Roberto de Haynin episcopo Brugensi, assistentibus RR. admodum ac ampl. DD. De Wignacourt abbate St-Winoci et Benedicto Van Den Berghe, abbate St-Andreæ, in præsentia marchionis De Castel Rodrigo tunc Belgii gubernatoris, totiusque aulæ.

Fuit hic abbas deputatus a Clero ad ordines Flandriæ, et mortuus est Brugis in refugio, anno 1677, et sepultus in monasterio, in medio presbyteri. Hic reliquit monasterium immensis debitis oppignoratum ita ut vix supersit aliqua spes. Requiescat in pace.

XLII. Huic immediate successit denominatus per excell. Ducem de Villa Hermosa pro rege Carolo II gubernatorem Belgii, R. D. PHILIPPUS GHUERARD (56) natus de Gandavo, prior monasterii Aldenburgensis ac religiosus professus ejusdem, mitratus ac benedictus in capella sacri Cruoris ab illust. Domino Francisco De Baillencourt, episcopo Brugensi, anno 1698. Mortuus Brugis in refugio,

B

giosus monasterii Sti-Salvatoris in Eenam, fuitque installatus, benedictus et mitratus, ab illust. Domino Francisco De Baillencourt, episcopo Brugensi, in monasterio Aldenburgensi, 24° mensis Junii ejusdem anni, estque abbas hujus monasteterii XLIII.

...

...

Anno 1687, mense die R. D. AUGUSTINUS VERMEULEN (57) Brugensis, religiosus, et ante prior, ac præpositus Blandiniensis, exacto prædecessore, denominatus fuit ab excell. Domino Marquisio de Castagna, pro rege catholico Carolo II gubernatore Belgii, qui et non multo post, confirmatus et mitratus fuit abbas ab III. et R. Domino Humberto Guillelmo (a Precipiano) episcopo Brugensi, in capella sui palatii episcopalis, in Bruga, hujus monasterii XLIV, qui et invenit monasterium alieno ære terribiliter oppignoratum et summe gravatum, debitisque multis oneratum ad quæ successerunt illa grandia bella illata a rege Franciæ, post fractam toties pacem, et treugam viginti annorum, contra Imperatorem, Regem catholicum et omnes confederatos Germaniæ, Hollandiæ et Angliæ.

(XLV) Huic successit MARTINUS GEERTS; accepit litteras patentes Bruxellis signatas de 2° Aprilis, 1698, a Carolo II. Hic religiosus Sti-Petri Gandavensis fuit, Gandæ impilatus a Philippo Van Der Noot, 24 mensis Junii 1698, in sua abbatia. Assistebant, abbas Gandavensis et Eenamensis. Sumpserat possessionem 13 Aprilis 1698, obiit 11 Octobris, C anno 1700. Cujus divisio erat: Non recuso laborem.

Hujus loco subsecutus est GREGORIUS LAMBERTI (58) hujus abbatiæ religiosus et prior, XLVI⋅ abbas. Accepit litteras potentiales Bruxellis de mandato Philippi regis Castillæ signatas M. Barde, de 25 Januarii 1701. Institutus 1° die Martii ejusdem anni a Petro Boury, canonico cathedralis et officiali, et Andrea Mendez canonico ejusdem ecclesiæ de mandato Guilielmi, Basseri, episcopi Brugensis, et Brugis in sacello episcopali ab ipso, die 17 Aprilis 1701 solemniter infulatus. Obiit. 17 kalendas Maii, sive 16 Aprilis 1713.

AMANDUS NEIRYNCK, XLVIIs abbas hujus domus,

anno 1679, 14° mensis Martii, et sepultus Alden- D religiosus Sti-Petri in monte Blandini, Bruxellis burgi in medio presbyterii.

Anno Domini 1676, cum monasterium Aldenburgense vacasset per duos menses, denominatus fuit per excell Ducem De Villa Hermosa, pro rege Carolo II gubernatorem Belgii, A. D. ALBERTUS ecriture très-négligée du XVIIe siècle. La phrase qui termine la vie de Charles Gheleyns Hic reliquit monasterium immensis debitis oppignoratum, ita ut vix supersit aliqua spes, me porte à croire que cette partie du catalogue a été rédigée immédiatement après la mort de cet abbé, et sous l'impression bien triste que laissait sa mauvaise administration. Il mourut en 1667. Cependant l'histoire des deux abbés suivants est écrite de la même main.

(56) La vie du XLII et du XLIII abbé, est écrite d'une même main, mais différente des autres.

denominatus fuit ab Imperatore Carolo, 14 Januarii 1716. Signata erat denominatio, ab A. Bollaert ; die autem 8 mensis ... 1716 confirmatus, obiit 9 Martii 1721.

Reverendus Dominus JUDOCUS GRAMON (59) reli

(57) Les dates omises à cette ligne manquent dans le ms. La vie de cet abbé a été écrite aussitôt après sa mort. Il en est de même de la suivante.

(58) L'histoire de cet abbé et de tous les suivants a été rédigée après 1803, par les soins du P. Bouten, qui avait reçu la grande chronique en partage. J'ai retrouvé dans le volume les notes qui ont servi à la rédaction, elles paraissent avoir été prises dans les archives du couvent. L'écriture de cette dernière partie du catalogue est celle d'un enfant.

(59) L'auteur de ce catalogue a oublié le numéro

giosus et per decem annos professor Sti-Winoci- A ædificia villarum ; obiit 13 Martii 1773, ætatis suæ 64°.

Bergensis, in qualitate Prioris circiter per 13 annos abbatiam nostram gubernavit, idque defectu æris et subditorum; nam abbatia, ut fertur, erat terribiliter gravata debitis, tantum constabat tribus religiosis, et vix habebant unde viverent. Is totis viribus laboravit ut succurreret, sed mors nimium propera 15° kalendas Julii 1732 eum sustulit.

PETRUS COUDELIER, Neoportanus, religiosus hujus domus, LIIs abbas inveniens pecuniarum massam, quam prædecessor pepercerat, cœpit novam abbatiam ædificare, cum tertiam partem a fundamentis ad fenestras struxerat, videns ærarium penitus exhaustum a proposito cessavit. Sed ante mortem. alio in loco ædificavit quarterium pro hospitibus celeberrimum; destruxitque primum incœptum. Hic suis et sibi parcus abbatialem curam per quindecim annos administravit. Religiosus ille cultor pastoralem curam, quam 31 annos tenuerat, factus abbas non deseruit, donec tandem in senectute bona, subito, 17 Junii 1788, reddidit spiritum, cum vixisset 78 annos. Sepultus est in cœmiterio parochiali in

Huic successit in abbatiali dignitate R. D. FOLQUINUS GRAMON, XLVIIIs abbas, frater defuncti prioris, religiosus Divi Bertini professus, ubi pietate, zelo, eruditione magnus, professor erat, quem ut talem religiosi rogaverunt ut dignaretur onus illud suscipere, Hic factus pro merito magnus prior, professor, pastor sed major in abbatiali dignitate, et maximus dum inter illustres Flandriæ ordines B sepulchro lapideo ante crucem, quia a Josepho II° factus assessor primarius fuerat. Denominatus fuit ab imperatore Carolo VI Bruxellis, 16 Augusti 1734 ; assistebant abbas Sti-Winoci et abbas Sti-Andreæ. Obiit 31 Decembris 1736, ætatis suæ 42°.

GODEFRIDUS COLLIER, religiosus Affligeniensis, hujus abbatiæ XLIXs abbas, non impilatus, vir pius et amabilis, in oratione assiduus ab omnibus pro sancto reputatus, circiter per annum abbatiam rexit et meritis plenus obdormivit in Domino, 17 Octobris 1739.

MAURUS ELOY, religiosus ex monasterio St1-Adriani Gerardi-montis Ls abbas hujus domus, cum ambitum construxisset, et multos fundos deperditos litibus monasterio recuperasset, obiit 15 Junii 1760, ætatis suæ anno 64°, regiminis 21°. Hic domum hanc pene collapsam in spem contra spem a fide roboratus restituit, suffulsit, restauravit, in arduis prudens, in adversis ubique constans, in Deum pius, in labore indefessus, qui in posterorum memoria perennet.

PAULUS DIERIEXEN, religiosus hujus loci professus, LIS abbas, accepit litteras patentes Bruxellis signatas ab A. De Ferrari, Maria-Theresia regina Hongariæ regnante, de data 20 mensis Augusti 1760, institutus 11 Septembris et a Joanne Roberto Caimo, episcopo Brugensi in sacello episcopali die 14 ejusdein mensis et anni accepit abbatialem benedictionem.Fuit hic vir valde mitis et ab omnibus religiosis amatus, magnam curam habuit restaurandi

d'ordre de cet abbé, qu'il a donné au suivant; de là une erreur qui se poursuit jusqu'à la fin du catalogue; nous l'avons réformée dans le tableau syno

C

imperatore prohibitum erat in ecclesiis sepelire.

PAULUS DE BROUWERE, itidem Neoportanus, hujus abbatiæ religiosus, LIIIs abbas, nepos defuncti, a pastoratu de Zantvoorde vocatus, et a Josepho H, imperatore romano, signatas accepit litteras, de data Januarii 1789. Institutus fuit a secretario De Gryse et a canonico cathedralis... et ab Illust. Domino Felice Guilielmo Brenaert, episcopo Brugensi in ecclesia abbatiali solemni pompa, 19 Aprilis ejusdem anni, infulatus. Magnanimus ille vir accepto avunculi sui thesauro cœpit ædificare, pingere, nitorem domus quærere, rheda circuire, in multis opulentis recreationibus populum invitare. Istis et similibus expensis domum adeo gravavit debitis, ut respublica gallicana in communi suppressione, 16 Februarii 1797, religiosos cum duce, manibus pene vacuis expulerit. Ipse rediens ad relictam pastoralem curam, ibi cum deservitore aliquandiu vixit, sed videns se non posse subsistere, proventibus non solutis, a rusticis promissis, vendidit quæ sua erant, et reliquit curam suam et postea seductus juravit juramentum gallicanum et cœpit vagari, cum non inveniret locum ubi requiesceret pes ejus, parvis, quæ habebat, dilapidatis, ad amentiam devenit, et Brugis inclusus in domo, talibus præparata, vixit, donec tandem sui compos, acceptis omnibus sacramentis ecclesiæ, oppressus febribus, 22 mensis Maii 1803, obierit et ibi in domo ubi servabatur, jussu fratris 24° sepultus.

ptique qui se trouve à la fin de l'avertissement page 50.

[graphic][graphic][graphic][merged small][merged small][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic]

DISSERTATION

SUR

LES RAVAGES D'ATTHILA EN FLANDRE

Nos historiens sont généralement d'accord qu At- A veut enchérir sur son devancier, prétend que l'itithila, roi des Huns, lors de son fameux passage du Rhin et des ravages qu'il étendit sur la majeure partie des Gaules septentrionales, pénétra avec une partie de son armée dans la Flandre proprement dite, et y laissa des traces durables de sa férocité. Meyer, dont l'érudition profonde, les recherches curieuses et l'autorité ne sont contestées par personne, accueille ce fait et atteste l'avoir lu dans la plupart des chroniques et des monuments historiques qu'il avait consultés. A cette époque, dit-il (de l'invasion d'Atthila dans les Gaules), à peine vit-on une ville échapper à la fureur des Huns, dans toute l'étendue des Gaules. Je trouve que dans notre Belgique, Tournay, Térouanne, Oudenburg, furent détruites, aussi bien que Cologne et Tongres... (60).

Notre chronique au No XIX, atteste le même fait pour ce qui concerne Oudenburg. Cette ville, dit le chroniqueur, autrefois longtemps assiégée et vaincue enfin par le roi Atthila, frappée du glaive ennemi, perdit sa splendeur, sa force et sa population; de sorte qu'on parvint à peine à former une petite ville de ses ruines (61).

Malgré ces assertions positives, Vredius, sans contredit, un de nos historiens les plus versés dans l'étude de nos annales, prétend dans sa Flandria Ethnica (62), que jamais Atthila ne vint en Flandre, et il considère en particulier l'assertion de notre chronique, qu'il semble avoir en vue, comme une fable, qui n'a aucun fondement historique. Le chanoine De Bast, connu par ses travaux sur les antiquités Romaines et Gauloises (63), marche sur les traces de Vredius, et tàche de confirmer l'opinion de cet écrivain.

Après avoir pesé les raisons de ces graves écrivains, nous avons cru que leur opinion n'était pas suffisamment basée, pour nous faire passer condamnation, et charger notre chroniqueur d'une erreur presque impardonnable.

Vredius observe d'abord que l'itinéraire d'Atthila, tel que les écrivains contemporains l'ont tracé, ne fait aucune mention d'Oudenburg, et De Bast, qui

(60) Ea tempestate vix ulla per Gallias civitas Hunnicam subterfugit rabiem. In hac nostra Belgica, Tornacum et Taruannam et Aldenburgum excisa lego... Tum Colonia Agrippina... Tungrorum oppidum, etc. Annales Flandriæ, ad an. 453.

(61) Hæc civitas quondam ab Athalo rege diu obsessa et tandem devicta, decorem et fortitudinem, atque urbanam freaventiam, hostili gladio intercepta

B

néraire d'Atthila exclut la possibilité de sa venue en Flandre. Ce monstre, dit-il, altéré de sang, après avoir passé le Rhin avec des armées innombrables, saccagea Metz, Trèves, Tongres, Arras et mit à feu et à sang toutes les villes qui se trouvèrent sur sa route. Paris fut délivré par les prières de sainte Geneviève, et Troyes par l'entremise de saint Loup, son prélat. Il attaqua Orléans, lorsque Mérové, roi des Francs, Aetius général des Romains, et Théodoric, roi des Visigoths, ayant joint leurs armées, le chargèrent à l'improviste; ils lui livrèrent bataille dans la plaine de Châlon, et lui tuèrent, dit-on, plus de deux cent mille hommes, en 451. Atthila frémissant de fureur et de rage, fut obligé de se retirer avec les débris de son armée (64). » Jornandès, dans son histoire de la guerre des Goths, fournit le récit le plus étendu de cette bataille : saint Grégoire de Tours est, après lui, l'auteur qui entre dans le plus de détails.

Je réponds en premier lieu qu'il n'est guère étonnant que des écrivains étrangers, les uns Grecs, les autres Latins, cités par Vredius, aient omis Oudenburg dans l'énumération des villes qu'Atthila ravagea dans cette invasion: d'abord ils n'ont pas nommé toutes les villes, ils se sont bornés à énumérer les principaux chef-lieux de province où Atthila dirigea le centre de son armée, parce qu'il s'attendait à y trouver plus de résistance. Les villes citées étaient célèbres dans toutes les Gaules; pour C en nommer quelques-unes, on ne pouvait omettre Metz, Troyes, Orléans, Paris, dont la conquête paraissait la plus importante au féroce conquérant, mais il fallait nécessairement omettre une foule de cités de second ordre, celles surtout qui par leur éloignement, leur nom moins gaulois, se présentaient moins naturellement sous la plume des historiens qui nous ont laissé le récit de ces événements.

Du reste la généralité de leurs expressions comprend évidemment Oudenburg. Ils attestent tous d'une seule voix que les ravages s'étendirent sur toutes les Gaules. S. Prosper, dans sa chronique,

amisit, et de sibi relictis vix parvum ovidum restau· ravit. p. 34.

(62) Page 87 et seq.

(63) Recueil d'antiquités Romaines et Gauloises tom. I et II, in-4°. Gand, 1808.

(64) Recueil d'antiquités Romaines et Gauloises. tome I, page 324.

parle en ces termes: Lorsqu'Atthila eut passé le A à un seul endroit (70), et dès-lors il est raisonnable Rhin, et que déjà beaucoup de villes Gauloises éprouvaient les plus cruels assauts de son armée, il plut aux nôtres (aux Romains) et aux Goths de réunir leurs armées pour résister aux attaques furieuses d'un ennemi orgueilleux (65). >

Sidoine Apollinaire raconte aussi que ce roi barbare se répandit en Belgique. La forêt Hercinia, dit-il, coupée par la hache, servit à former des radeaux, et un pont sur le Rhin, et déjà, o Belge, Atthila, suivi de ses terribles légions, s'était répandu dans tes campagnes (66)! ›

S. Grégoire de Tours, dans son Histoire des Français, dit encore: Lorsqu'Atthila eut ravagé beaucoup de villes dans les Gaules, il attaqua aussi Orléans (67). ›

L'auteur de la vie de S. Loup, évêque de Troyes, assure que les Huns répandus par toutes les Gaules, tâchaient tantôt de prendre les villes en feignant de vouloir leur accorder la paix, tantôt ils les prenaient de vive force (68).

Enfin Sigebert de Gemblours, un de nos meilleurs chroniqueurs, écrit que tout d'abord l'indignation divine éclata tellement dans toutes les Gautes, par l'invasion des Huns, qu'il n'y eut pas de rempart qui pût défendre de leur fureur une seule cité, un seui château, une seule ville (69). ›

De là cette expression de Meyer déjà citée: A peine une seule ville put-elle échapper à la rage des Huns dans toute l'étendue des Gaules.

Il résulte de ces témoignages que l'armée d'Atthila se répandit sur toutes les Gaules, et principalement dans la Belgique, qui comprenait alors la Champagne, et d'autres provinces françaises de nos jours. On voit que ces ravages furent si généraux, qu'il n'y eut ni cité, ni château, ni ville fortifiée, qui fût conservée. Or Oudenburg appartenait à la Belgique et à la Gaule d'alors, et par conséquent on peut légitimement la comprendre parmi les villes qui furent l'objet de la fureur des Huns. Il est bon de remarquer ensuite, que l'armée d'Atthila, que Jornandès fait monter à trois cent mille hommes, ne put passer le Rhin, à un seul endroit. Ce fleuve fut sans doute traversé en partie près de Mayence, en partie près de Cologne, et plus bas encore, puisqu'une partie de 'armée descendit sur Tongres, qui fut détruit. Il était impossible, comme l'observe aussi Bucherius, qu'une si grande multitude passât un si grand fleuve

(65) Cum transito Rheno, sævissimos ejus impetus multæ gallicanæ urbes experirentur, cito et nostris et Gothis placuit, ut furori superborum hostium, consociatis exercitibus repugnaretur. Pag. 405, opp. edit. Venet. 1782

(CG)

..Cecidit cito secta bipenni

Hercinia in lintres et Rhenum texuit alno

Et jam terrificis diffuderai Attila turmis
In campos se, Belga, tuos....

Carm. vii, v. 331, page 96, edit. Paris., 1609. (67) Attila... cum multas Galliarum civitates opprimeret, Aureliam aggreditur. Hist. Franc. lib. 11, сар. 7.

(68) Hunni per omnem Galliam diffusi, partim si

de croire qu'une partie de l'armée descendit vers la Hollande, et les bouches de l'Escaut, où les Romains avaient leurs colonies, pour dépouiller ces régions, pendant que le chef de l'armée dépouillait le centre des Gaules.

On ne peut pas dire que l'itinéraire tracé par Vredius et De Bast exclue Oudenburg des villes qui sont tombées sous le fer des Huns; il serait permis au contraire, à défaut de monuments positifs, de faire des conjectures très-vraisemblables dans un sens contraire, d'après les seules données que ces deux écrivains nous fournissent. Une partie de l'armée d'Atthila ravagea tour-à-tour Tongres, Tournay, Arras; or pour passer de Tongres à Tournay, B les troupes qui étaient obligées de suivre les grandes routes au milieu des forêts qui couvraient alors le pays, ont dû passer non loin de la Flandre, où Oudenburg était situé. Si on ajoute avec Meyer, qui travaillait toujours sur de bons monuments, que Térouane éprouva le sort des autres villes de la Gaule, on se figure naturellement un détachement de l'armée des Huns qui passe le Rhin assez bas pour attaquer les colonies romaines à l'extrémité de la Batavie, qui tombe ensuite sur Oudenburg, et de là se rend à Térouanne, soit en longeant la mer, pour arriver à la Morinie, soit en passant par Tournay. Il est certain qu'à cette époque, où l'. Flandre presqu'entière était couverte de forêts, ces armées qui ne cherchaient que le butin, se portaient même à de grandes distances sur les centres de population où les richesses étaient accumulées. Oudenburg devait tenter leur cupidité, si elle était, comme nous l'assure notre chronique, la capitale de la contrée, et une ville si importante, qu'elle était munie de solides remparts. Tout porte donc à croire que l'armée des Huns étendit ses ravages jusque dans la Flandre proprement dite, et rien ne nous oblige à croire, d'après le récit des écrivains étrangers, que cette armée n'y a jamais paru.

C

La seconde raison de Vredius est que dans la France première, où était situé Oudenburg, il n'y avait pas de villes, mais seulement des bourgs (71), d'où il suit qu'Atthila n'a pu détruire une ville qui pn'existait pas.

Qu'Oudenburg ait été une ville, quoi qu'en dise Vredius, c'est une chose si clairement attestée par notre chroniqueur, témoin oculaire, que la raison mulatæ pacis arte tentabant urbes, partim vi expugnabant. Vita S. Lupi, apud Buchertum, Belgii Romani, lib. xvII, cap 3, n. 1, page 512.

(69) Et primo per totas Gallias, per eos (Hunnos) tanta efferbuit Dei indignatio, ut nullam omnino civitatem, castellum vel oppidum aliqua a furore eorum potuerit tutari munitio. Chron. ad an. 453.

(70) Ut tanta hominum colluvies simul incedere non potuit, ita nec unum Rheni trajectum tenere, Belgii Romani loc. cit.

(71) At verum id non apparet tum ex itinere Atthila, superius demonstrato, tum ex eo quod Aldenburgum situm sit in prima Francia, ubi non in urbibus sed pagatim habitabatur. Flandria Ethnica, page 87

« PreviousContinue »