Page images
PDF
EPUB

HISTOIRE UNIVERSELLE

DE

L'ÉGLISE CATHOLIQUE

IV.

TYPOGRAPHIE

EDMOND MONNOYER

OMA

AU MANS (SARTHE)

HISTOIRE UNIVERSELLE

DE

L'ÉGLISE CATHOLIQUE

PAR ROHRBACHER FRANÇOIS

CONTINUEE JUSQU'A NOS JOURS PAR M. L'ABBÉ GUILLAUME

PROFESSEUR AU GRAND SÉMINAIRE DE VERDUN

NOUVELLE ÉDITION

AVEC DES NOTES ET ÉCLAIRCISSEMENTS D'APRÈS LES DERNIERS TRAVAUX

[merged small][merged small][merged small][merged small][graphic][subsumed][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

BIBLIOTHEEK

19863

[blocks in formation]

L'empire romain meurt en Occident. Il ne reste plus de société vivante que l'Église catholique.

(De l'an 453 à l'an 480 de l'ère chrétienne.)

Six siècles avant Jésus-Christ, Daniel avait vu à Babylone la statue prophétique aux quatre métaux, aux quatre dynasties successives, finissant par deux pieds et dix doigts moitié de fer et moitié d'argile, frappée enfin à ses pieds par une pierre détachée de la montagne sans main d'homme, et qui bientôt devient une montagne remplissant toute la terre (Dan., 2). Daniel avait revu la quatrième dynastie, le quatrième empire, l'empire de fer, sous la figure d'une bète effroyable, ayant des dents de fer et des ongles d'airain, et sur sa tête dix cornes, c'est-à-dire, comme il lui fut expliqué, dix rois ou dix royaumes qui devaient sortir de cet empire de fer (Ibid., 7). Saint Jean l'Evangéliste, le prophète du Nouveau Testament, a vu à Patmos la même bète, assise sur sept montagnes, avec dix cornes, c'est-à-dire, comme il lui est expliqué, dix rois, qui d'abord donneront leur force et leur puissance à la bète, se mettront à sa solde, mais qui, après tout, la haïront, la réduiront à la dernière désolation, la dépouilleront, déVoreront ses chairs et la feront brûler au feu; car Dieu leur a mis dans le cœur d'exécuter ce qu'il lui plaît (Apoc., 17).

A l'époque où nous en sommes, une dixaine de rois et de peuples s'occupent, sans le savoir, d'accomplir ce que les prophètes avaient écrit d'avance : les Perses en Orient, au pays même où fut Babylone; les Sarrasins en Arabie; les Vandales en Afrique; les Suèves et les Visigoths en Espagne; les Francs, les Alains, les Bourguignons dans les Gaules; les Angles et les Saxons en Bretagne; les Huns, les Ostrogoths en Thrace et en Italie. Alliés ou auxiliaires de Rome et de son empire, ils finiront tous

[ocr errors]

par la désoler, par la dépouiller, par dévorer ses chairs, ses trésors et ses provinces. Attila recevait sa solde comme général romain pendant qu'il mettait à feu et à sang la Thrace, la Germanie, la Gaule, et qu'il faisait trembler Rome. Un chef de Sarrasins recevra de l'empereur de Constantinople, après avoir été assis au sénat devant les patrices mêmes, le titre de commandant romain des Arabes. Les Angles et les Saxons, appelés par les Bretons, sujets de l'empire, contre les Scots et les Pictes, subjuguent bientôt les Bretons et détruisent en Bre- ' tagne les derniers vestiges de l'empire romain. Le vandale Genséric, appelé au secours de Rome par une impératrice romaine, saccage Rome, emmène captives, et l'impératrice, et ses filles, et une grande partie du peuple. Le Goth Odoacre, qui anéantit en Occident jusqu'au nom et l'ombre de l'empire romain, obtint de l'empereur de Constantinople la dignité de patrice, à la prière même du sénat et du dernier empereur de Rome.

De cet empire matériel de l'homme, s'écroulant sur lui-même après douze siècles, à partir de la fondation de Rome et de la grandeur contemporaine de Babylone, on voit sortir l'empire spirituel de Dieu, comme une statue sort de l'argile qui lui a servi de moule. C'est cette pierre détachée de la montagne, devenue elle-même cette montagne du Seigneur, vers laquelle va affluer la multitude des nations (Isaïe, 2). Cette pierre mystérieuse, le Seigneur lui-même nous la fait connaître quand il dit au fils de Jona: Tu es pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et les portes de l'enfer ne prévaudront point contre elle. Et je te donnerai les

[blocks in formation]
« PreviousContinue »