Revue de linguistique et de philologie comparée, Volume 14

Front Cover
Abel Hovelacque, Julien Girard de Rialle, Émile Picot, Julien Vinson
Maisonneuve de cie, 1881
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 55 - Celui qui vous reçoit me reçoit ; et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m'a envoyé. 41 Celui qui reçoit un Prophète, en qualité de Prophète, recevra une récompense de Prophète ; et qui reçoit un Juste; en qualité de Juste, recevra une récompense de Juste.
Page 313 - ... débris de la vieille souche indo-européenne. Inutile d'ajouter que cette théorie ne me paraît pas plus démontrée que les précédentes, malgré le talent et les ingénieux aperçus de son sympathique auteur. Julien VINSON. L. ADAM. Les patois lorrains. — Nancy, 1881, 1 vol. in-8° de Li-460 pages. En 1874, l'Académie de Stanislas décidait l'ouverture d'une enquête sur les patois de la Lorraine, du Barrois et du pays messin. En 1877, elle avait reçu deux cent soixantehuit mémoires,...
Page 228 - . Les deux racines qui ont contribué à former ce mot sont/ « aller » et TA, pronom démonstratif, que nous retrouvons dans le grec to « le » (au neutre), dans le latin iste. Ces deux racines ont été soumises à la flexion dans le mot qui nous occupe. Nous ne savons pas, à la vérité, quelle est la cause qui détermina la modification du...
Page 216 - Dans la langue indienne ou dans la langue grecque, chaque racine est véritablement ce que dit ce nom, une racine, un germe vivant, car les idées de rapport étant marquées par un changement interne, la racine peut se déployer librement, prendre des développements indéfinis, et en effet elle est quelquefois d'une richesse admirable. Mais tout ce qui sort de...
Page 233 - ... et lëad est donc purement un accident -phonétique; c'est un moyen de rendre compte, dans un but grammatical, d'une différence qui s'est produite d'une façon secondaire comme conséquence imprévue d'une addition externe, quand cette addition a disparu par le déclin phonétique. « Quant à man et men, c'est un exemple de ce que en allemand on appelle umlaut ou modification de voyelle, phénomène très-commun dans la langue germanique et très-rare dans la langue anglaise. C'était, dans...
Page 381 - Toute matière dans laquelle on voit les circonstances, les habitudes et les actes des hommes constituer un élément prédominant, ne peut être autre chose que le sujet d'une science historique ou morale. Pas un mot n'a jamais été prononcé dans aucune langue sans l'intervention de la volonté humaine. Cette même volonté a opéré tous les développements et tous les changements du langage, en vertu de préférences fondées sur les besoins ou sur la commodité de l'homme.
Page 390 - M. Whitney me permettront de confirmer cette observation par un exemple à eux personnel. Dans le chapitre auquel il a donné ce titre significatif: Les dangers de l'étymologie, M. Abel Hovelacque a traité plus que sévèrement la recherche de l'histoire des mots ; il a été jusqu'à dire : « L'étymologie, par elle-même, n'est qu'une jonglerie, une sorte de jeu d'esprit, si bien que le plus grand ennemi de l'étymologie, son ennemi implacable, c'est le linguiste (2) !
Page 371 - La linguistique est une science naturelle, la philologie une science historique, » tel est le] point de départ de M. Abel Hovelacque (1). La philologie ayant précédé la linguistique, il s'applique tout d'abord à définir celle-là, et voici en quels termes il le fait : « La tâche du philologue est l'étude critique des littératures sous le rapport de l'archéologie, de l'art, de la mythologie ; c'est la recherche de l'histoire des langues et subsidiairement de leur extension géographique...
Page 135 - Pour les femmes, elles viuent en pareil et plus grand degoust, d'autant qu'elles n'ont la conuersation de leurs maris qu'à demy, & auec tous ces essays, doutes, incertitudes et longueurs, elles ne les tiennent aussi pour maris qu'à demy, n'en ayans le secours qu'il faudroit pour leurs familles & pour elles-mesmes : n'estant traictées en femmes qu'à demy, si bien que la pluspart trouuent à leur retour que les mères ont choisi et donné à leurs enfans vn autre père, en ayant faict vn présent...

Bibliographic information