Rabelais et la réforme: Thèse ; présentée à la faculté de Théologie Protestante de Paris

Front Cover
A. Coueslant, 1902 - 129 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 82 - Maintenant toutes disciplines sont restituées, les langues instaurées: Grecque, sans laquelle c'est honte...
Page 94 - Mais je le puniz en tel exemple, quoy qu'il me appellast heretique, que depuis ce temps caphart quiconques n'est auzé entrer en mes terres. Et m'esbahys si vostre roy les laisse prescher par son royaulme telz scandales. Car plus sont à punir que ceulx qui par art magicque ou aultre engin auroient mis la peste par le pays.
Page 122 - ... que là estoient, jamais ne feurent veues dames tant propres, tant mignonnes, moins fascheuses, plus doctes à la main, à l'agueille, à tout acte muliebre honneste et libere, que là estoient.
Page 125 - Car tous les biens que le Ciel couvre et que la Terre contient en toutes ses dimensions : haulteur, profondité, longitude, et latitude, ne sont dignes d'esmouvoir nos affections et troubler nos sens et espritz.
Page 120 - FAY CE QUE VOULDRAS, parce que gens libères, bien nez, bien instruictz, conversans en compaignies honnestes, ont par nature un instinct et aguillon qui tousjours les poulse à faictz vertueux et retire de vice, lequel ilz nommoient honneur.
Page 93 - Blasphèment ilz en ceste façon les justes et sainctz de Dieu qu'ilz les font semblables aux diables, qui ne font que mal entre les humains, comme Homère...
Page 91 - ... car le peuple de Paris est tant sot, tant badault et tant inepte de nature, qu'un basteleur, un porteur de rogatons...
Page 84 - Car, disoit-il, au monde n'ya livres tant beaulx, tant aornés, tant elegans, comme sont les textes des Pandectes, mais la brodure...
Page 97 - Metz6 tout ton espoir en dieu, et il ne te délaissera point. Car, de moy, encores que soye puissant, comme tu peulx veoir, et aye gens infinis en armes, toutesfoys je n'espère en ma force , ne en mon industrie ; mais toute ma fiance est en dieu mon protecteur, lequel jamais ne delaisse ceulx qui en luy ont mis leur espoir et pensée.

Bibliographic information