Le Pape Alexandre VI et les Borgia: Première partie: Le Cardinal de Llançol y Borgia, Part 1

Front Cover
J. Albanel, 1870 - 320 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 282 - Nunc dimittis servum tuum, Domine, secundum verbum tuum, in pace : quia viderunt oculi mei salutare tuum : quod parasti ante faciem omnium populorum : lumen ad revelationem gentium, et gloriam plebis tuae Israël.
Page 71 - ... le tuteur des orphelins, le juge des veuves, l'œil des aveugles, la langue des muets, le bâton des vieillards, le vengeur des crimes, la terreur des méchants, la gloire des bons, la verge des puissants, le...
Page 257 - ... fleurs, vous étiez trop précoces! — Nation en fleur, l'épée trancha — ton épanouissement! Clair soleil du midi, — tu dardais trop ! et les orages — sourdement se formèrent : détrônée, mise nu-pieds, et bâillonnée, — la langue d'Oc, fière pourtant comme toujours, S'en alla vivre chez les pâtres — et les marins... A son malheur, — nous gens de terre et gens de mer, sommes restés fidèles.
Page 36 - ... accompaignez plus de bon zèle et de vérité, que d'aulcune exquise suffisance; et, tout par tout , de l'auctorité et gravité , représentant son homme de bon lieu, et eslevé aux grands affaires.
Page 256 - Loire jusqu'aux plages salées, et de la terre généreuse ou croît le cédratier aux plaines sablonneuses Où les hommes sur des échasses gardent les bœufs et vont chasser, cent villes, libres et fortes et fières de leur sang (le mien bouillonne à ce récit), vivaient contentes et loyales sous la protection de nos Comtes, les Kaimond-Bérenger ou Raimond de Toulouse.
Page 9 - Maurienne étalant sur le grand chemin ses dégoûtantes infirmités. Jamais bonne femme ne fit comme le maître des cérémonies des contes à dormir debout. On dirait que, pour remplir ses pages de chaque jour, il faisait le métier de facchino, courant les rues, les hôtelleries, les marchés publics, les boutiques et les étalages ; et de tout ce qu'il avait entendu de la bouche de valets de place, de servantes d'auberge, de palefreniers, de barbiers, formait le soir un récit qu'il appelait...
Page 37 - ... instruments de la Providence, ne sait point les haïr, ni les aimer. Il se rend si bien compte de leur caractère, lit si bien au fond de leur âme, que leurs actions lui paraissent résulter, par une irrévocable nécessité, de leurs circonstances intérieures et extérieures.
Page 37 - Comines s'accoutuma à estimer avant tout la sagesse de la conduite ou du caractère. On ne trouve pas en lui un amour noble et élevé de la vertu , de la loyauté ; mais comme la justice, la bonne foi, le respect de la morale , sont les...
Page 179 - TOUS plaît, selon votre bonté, et ayant égard à mon affection qui est toute inclinée à vous honorer et chérir très-spécialement : et sur cela, je prie Notre Seigneur qu'il vous remplisse de la grâce, paix et suavité de son Saint-Esprit...
Page 257 - Midi, — tu dardais trop ! et les orages — sourdement se formèrent : détrônée, — mise nupieds et baillonnée, — la langue d'oc fière pourtant comme toujours — s'en alla vivre chez les pâtres — et les marins... A son malheur, nous gens de terre et gens de mer, sommes restés fidèles. — Brune, aujourd'hui elle manie la rame et le râteau ; — mais la Nature est son palais, — pour couronne elle a les étoiles — et pour miroir les ondes et pour rideau les pins...

Bibliographic information