Passage du Coran à l'Evangile faisant suite aux soirées de Carthage, et à la clef du Coran

Front Cover
typ. F. Didot, 1855 - 235 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

I
9
III
16
V
25
VII
35
IX
44
X
59
XI
71
XII
82
XV
102
XVII
112
XVIII
124
XX
134
XXII
145
XXIV
162
XXVI
180
XXVIII
188

XIV
96
XXX
202

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 226 - Je vous salue, Marie, pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes, et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Page 226 - Notre Père qui êtes aux cieux, que votre nom soit sanctifié, que votre règne arrive, que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel...
Page 224 - Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, Créateur du ciel et de la terre, et en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce...
Page 196 - Jean ; il vint pour servir de témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui.
Page 213 - Car j'ai eu faim, et vous ne m'avez pas donné à manger ; j'ai eu soif, et vous ne m'avez pas donné à boire ; j'étais étranger, et vous ne m'avez pas recueilli ; j'étais nu, et vous ne m'avez pas vêtu ; j'étais malade et en prison, et vous ne m'avez pas visité.
Page 224 - Père tout-puissant, d'où il viendra juger les vivants et les morts. Je crois au Saint-Esprit, la sainte Eglise catholique, la communion des Saints, la rémission des péchés, la résurrection de la chair, et la vie éternelle.
Page 213 - Car j'ai eu faim, et vous m'avez donné à manger; j'ai eu soif, et vous m'avez donné à boire; j'étais étranger, et vous m'avez recueilli; j'étais nu, et vous m'avez vêtu; j'étais malade, et vous m'avez visité; j'étais en prison, et vous êtes venus vers moi.
Page 146 - Et n'ayant plus rien, elle a dit : ' Je n'ai ni or ni argent, mais ce que j'ai, je vous le donne.
Page 60 - Lorsqu'il a fait sortir toutes ses brebis, il marche devant elles ; et les brebis le suivent, parce qu'elles connaissent sa voix. Elles ne suivent point un étranger ; mais elles fuiront loin de lui, parce qu'elles ne connaissent pas la voix des étrangers.
Page 61 - Pour moi , je suis le Bon Pasteur ; je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent comme mon Père me connalt et que je connais mon Père ; et je donne ma vie pour mes brebis.

Bibliographic information