Le christianisme de Chateaubriand, Volume 1

Front Cover
Hachette, 1925 - 342 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 20 - Descartes, ce mortel dont on eût fait un dieu Chez les païens, et qui tient le milieu Entre l'homme et l'esprit; comme entre l'huître et l'homme , Le tient tel de nos gens, franche bête de somme.
Page 14 - Chose admirable! la religion chrétienne, qui ne semble avoir d'objet que la félicité de l'autre vie , fait encore notre bonheur dans celle-ci.
Page 108 - Je n'ai qu'à me consulter sur ce que je veux faire: tout ce que je sens être bien est bien, tout ce que je sens être mal est mal: le meilleur de tous les casuistes est la conscience ; et ce n'est que quand on marchande avec elle qu'on a recours aux subtilités du raisonnement.
Page 108 - Je regarde toutes les religions particulières comme autant d'institutions salutaires qui prescrivent dans chaque pays une manière uniforme d'honorer Dieu par un culte public; et qui peuvent toutes avoir leurs raisons dans le climat, dans le gouvernement , dans le génie du peuple ou dans quelque antre cause locale qui rend l'une préféralile à l'autre , selon les temps et les lieux.
Page 45 - La préférence de l'intérêt général au personnel est la seule définition qui soit digne de la vertu et qui doive en fixer l'idée. Au contraire, le sacrifice mercenaire du bonheur public à l'intérêt propre est le sceau éternel du vice.
Page 87 - L'Esprit de l'Encyclopédie, ou choix des articles les plus curieux, les plus agréables, les plus...
Page 36 - Ainsi, quand il n'y aurait pas de Dieu, nous devrions toujours aimer la justice ; c'est-à-dire faire nos efforts pour ressembler à cet être dont nous avons une si belle idée, et qui, s'il existoit, seroit nécessairement juste.
Page 37 - On sent en soi-même un plaisir secret lorsqu'on parle de cet empereur ; on ne peut lire sa vie sans une espèce d'attendrissement : tel est l'effet qu'elle produit, qu'on a meilleure opinion de soi-même, parce qu'on a meilleure opinion des hommes.
Page 170 - Nulle société ne peut exister sans morale ; et il n'ya pas de bonne morale sans religion : il n'ya donc que la religion qui donne à l'Etat un appui ferme et durable.
Page 78 - Le secrétaire juif nommé Guénée n'est pas sans esprit et sans connaissances, mais il est malin comme un singe, il mord jusqu'au sang en faisant semblant de baiser la main. Il sera mordu de même.

Bibliographic information