Page images
PDF
EPUB

actes de barbarie qui éciatèrent bientôt et causèrent les persécutions de Pologne, en 1648, le firent tomber dans un oubli complet; et ce fut seulement à notre époque que l'on chercha de nouveau à mettre au jour la figure de Joseph Salomon Rofé médecin), de Candie.

MOYSE SCHWAB.

NOTICE SOMMAIRE SUR JEAN PIC DE LA MIRANDOLE

Jean Pic naquit le 24 février 1463. Après avoir parlé de son éducation, de ses progrès étonnants, de son séjour dans les plus célèbres Universités de France et d'Italie, voici ce qu'en dit le père Niceron :

« Au bout de ce temps, rempli d'un nombre extraordinaire de connaissances, il se rendit à Rome pour y acquérir de la gloire par une action d'éclat. Il répandit dans le public, en 1486, des Thèses contenant 900 propositions de Dialectique, de Mathématique, de Théologie, de Physique, de Cabale même et de Magie, tirées non-seulement des auteurs grecs et latius, mais encore des Juifs et des Arabes, et invita tous les savants de l'Europe à le venir attaquer, promettant de défrayer ceux qui auraient à venir d'un peu loin.

» Ces Thèses affichées partout dans Rome y firent grand bruit, et excitèrent la jalousie de plusieurs personnes qui voyaient avec dépit un jeune homme qui n'avait pas encore 24 ans, entreprendre une chose dont les savants les plus consommés n'auraient pas été capables. Ils remuèrent si bien pour empêcher qu'elles ne fussent soutenues, qu'ils y réussirent, et Pic demeura un an à Rome sans pouvoir en obtenir la permission. Ainsi la plupart des auteurs qui ont dit qu'ils les avaient soutenues, et avaient acquis par là beaucoup de réputation, se sont trompés 1. ›

Les ouvrages de Pic ont étés publiés d'abord à Bologne, en

1 Mémoires pour servir à l'histoire des hommes illustres, t. xxxiv, p. 134.

1496, in-fo; à Venise, en 1498, in-fo; à Strasbourg, en 1504; à Bâle, en 1567, 1573 et en 1601. Voici le titre de cette dernière édition, d'après l'exemplaire que nous en avons :

Joannis Pici Mirandula Concordiæque comitis, theologorum et Philosophicorum, sine controversia, Principis: Viri, sive linguarum, sive rerum, et humanarum, et divinarum cogniBasilea, tionem spectes, doctrina et ingenio admirando 1601, in-fo.

[ocr errors]

Voici les différents traités que renferme ce volume; nous en traduisons les titres en français:

1. L'Heptaple, c'est-à-dire sur l'ouvrage de Dieu créateur traduit en franen 6 jours, d'après la Genèse, en 7 livres, çais par Nicolas Le Fèvre de la Boderie, Paris, 1578, in-fo, et en Italie, Pesciae 1555, in-4°.

2. Les 900 conclusions, proposées publiquement à Rome, contenant les principaux lieux de la théologie et plusieurs autres choses, dans lesquelles sont contenus tous les travaux et toutes les études des philosophes.

Ces conclusions sont tirées (16) d'Albert le Grand, (45) de saint Thomas, (8) de François, (22) de Scot, (13) d'Henri de Gand, (11) d'Egidius Romanus, (41) d'Avenroen, (12) d'Avicenne, (11) d'Alpharabius, (4) d'Isaac de Narbonne, (4) d'Abumaron le Babylonien, (3) de Moïse l'Egyptien, (5) de Mahumeth de Tolède, (2) d'Avenpaten l'Arabe, (4) de Théophraste, (3) d'Ammonius, (9) de Simplicius, (8) d'Alexandre d'Aphrodisée, (5) de Themistius, (15) de Plotin, (8) d'Adélandus l'Arabe, (12) de Porphyre, (9) de Jamblique, (55) de Proclus, (14) de Pythagore, (6) des théologiens Chaldéens, (10) de Mercurius Trismegiste, (47) des Cabalistes Juifs, (17) d'Aristote et de Platon, (80) des opinions philosophiques ordinaires, sur la dernière sphère, que le livre de l'âme appelle le 6o naturel est opposé à la doctrine d'Aristote, (71) sur sa propre opinion toute nouvelle, de même que dans le 1er monde il n'y a pas le blanc, mais la blancheur, de même dans le 2o monde il n'y a pas le feu, mais la chaleur; la privation ne doit pas être parmi les principes naturels; (29) de quelques opinions propres, différentes de celles des théologiens, parmi lesquelles : là où les idées sont idéalement, elles ne sont pas formellement ;

il n'y a pas une multidude d'intellects en Dieu et dans la création; l'homme n'a pas la liberté de croire ou de ne pas croire les articles de foi, selon que cela lui plaît; (62) son opinion sur la doctrine de Platon; erreur de ceux qui croient, d'après Platon, que c'est dans la lumière des idées que nous connaissons; (10) son opinion sur la doctrine d'Abucat Avenna, qu'on croit auteur du livre des Causes; (85) sur les mathématiques; 74 questions auxquelles il promet de répondre; (15) sur la doctrine de Zoroastre et des Chaldéens; (26) sur la Magie; (31) sur les hymnes d'Orphée, selon la magie ou la sagesse, qu'il a le premier exposée; (72) sur la doctrine Cabalistique des sages Juifs confirmant la religion chrétienne; réfutation d'après les principes de la cabale de ceux qui nient la Trinité, ou la croient différente de celle du Christianisme.

Nous avons donné cette nomenclature pour prouver la grande science de Pic et quelles étaient les questions qui étaient agitées à cette époque; c'était un mélange inextricable de questions oiseuses, souvent absurdes, traitées facilement par ces formules dialectiques de Platon et d'Aristote; toutes basées sur la raison naturelle, et d'où le Verbe, la lumière véritable et primitive était exclu, mais d'où on pourrait tirer quelque utilité.

3. Apologie contre ceux qui avaient blâme 13 de ses propositions théologiques. Malgré cette apologie, Innocent VII défendit la lecture des thèses sans donner atteinte à la foi de l'auteur, mais Alexandre VI leva l'interdiction par un bref du 18 juin 1493, lequel se trouve en tête du volume.

4. De l'être et de l'un, ouvrage dans lequel sont expliqués différents textes de Moïse, de Platon et d'Aristote.

5. De la dignité de l'homme; traduit en français par Gui Le Fèvre de la Boderie, Paris, 1578, in-8°.

6. 12 Règles ou préceptes pour l'établissement de la vie chrétienne, par lesquelles l'homme puisse vaincre le monde et les tentations; traduit en français par Jean de Coras, Lyon, 1565 et 1605.

7. Commentaire sur le psaume XV, Conserva me domine. 8. Du règne du Christ et de la vanité de ce monde.

9. Exposition de l'Oraison dominicale; traduite en italien, Florence, 1554, in-8°.

440

10. Un livre de lettres;

traduites en italien, Venise,

1548, in-8°.

11. Discussions sur l'astrologie, en 12 livres.

12. Sur le banquet de Platon, en 3 livres en italien. C'est une exposition mystique et toute à la louange de Platon, sans citation d'aucun texte scabreux.

13. Quelques élégies.

Dans l'édition de 1569, in-8°, on a ajouté :

Les dogmes principaux et les plus obscurs des Cabalistes, tirés des commentaires de Jean Pic et expliqués par le cordelier Archange Possot de Borgo-Novo.

Jean Pic mourut à Florence le 17 novembre 1494, âgé de 31 ans et 24 jours.

Nous ne parlons pas de son frère aîné, Jean François Pic, dont le vol. in-fo forme le 2e volume des œuvres de Jean Pic.

A. B.

Patrologie latine.

CONTINUATION DE LA

PATROLOGIE LATINE

De M. l'abbé MIGNE.

La Patrologie latine de M. l'abbé Migne s'arrête au tome 217, contenant les œuvres d'Innocent III. Les Annales ont rendu un compte détaillé de cette belle collection. A dater du tome XIV (3e série) jusqu'au tome XII (4 série) elles ont inséré, non-seulement le nom des auteurs qui entrent dans chaque volume, mais encore énuméré le titre de tous les ouvrages composés par chaque auteur. Cette énumération a été mise par M. l'abbé Migne en tête des 4 volumes des tables de cette incomparable Patrologie. En outre, dans leurs tables de chaque volume et réunies dans leurs tables de chaque série, les Annales ont établi chronologiquement à quelle année correspondent les volumes de la Patrologie, en sorte que lorsqu'un écrivain veut `parler d'un auteur ou d'une époque de l'histoire, il n'a qu'à consulter ces tables, et il apprend immédiatement quels volumes de la Patrologie il doit consulter. On conçoit quelle facilité il trouve pour son travail.

Les mêmes détails ont été donnés pour la Patrologie grecque composée de 162 volumes, depuis le tome XVI (4a série) jusqu'au tome XIV (5e série). Ce à quoi il faut ajouter que ce tome 162 n'a jamais été publié, il était tout composé et les épreuves nous en furent communiquées; c'est sur les épreuves que nous avons indiqué ce qu'il contenait. Malheureusement, ces épreuves furent brûlées dans le grand incendie qui détruisit ce bel établissement. En sorte que quand on voudra rétablir ce volume, c'est dans les Annales qu'il faudra connaître les articles qu'il contenait.

« PreviousContinue »