Page images
PDF
EPUB

C'était donc à Innocent III et à l'année 1216 que s'arrêtait la Patrologie latine de M. l'abbé Migne. Son projet était de la compléter. Mais l'incendie de ses ateliers et la mort l'ont empêché d'exécuter ce grand projet.

Or, c'est ce qu'entreprend de compléter la Société de la Bibliothèque ecclésiastique.

C'est avec un grand empressement que nous publions le Programme qu'elle vient de donner au public, exhortant nos abonnés à le lire attentivement et à l'aider de tous leurs moyens à le mettre à exécution.

Nous rendrons compte de tous les volumes à mesure qu'ils paraîtront, comme nous l'avons fait pour ceux de M. l'abbé Migne.

Voici le Programme :

MEDII ÆVI BIBLIOTHECA PATRISTICA

Seu, ejusdem temporis, Patrologia ab anno MCCX VI, usque ad Tridentini Concilii tempora ; sive, omnium SS. Patrum, Doctorum Scriptorumque ecclesiasticorum, ac præsertim Summorum Pontificum, qui ab Innocentio III usque ad Pium IV floruerunt, Operum quæ extant Amplissima Collectio, chronologice recusa.

Recognoscente et annotante Horoy, sacerdote e Bellovacense diœcesi oriundo,.

Licencié en Droit français, D' en Droit civil (Rome), Dr en Droit ecclésiastique, Avocat romain, Dr en théologie, Dr en Philologie grecque et latine, en Archéologie et Histoire, Dr en philosophie, Sciences mathématiques et physiques, Dr scientifique en Philosophie et Lettres de l'Université de Liége.

Cette immense collection sera divisée en trois séries suivant le nombre de siècles auxquels elle se rapporte.

Premiere série. Cette série s'ouvre par la collection des documents émanés du Saint-Siége pendant le 13° siècle, depuis Honorius III jusqu'à Boniface VIII en 1304, offerte comme spécimen de la Patrologie du moyen-âge.

En souscription, les quatre volumes suivants, comme faisant suite à la Patrologie Migne, imprimés dans le même format,

mais avec un caractère plus gros et plus lisible, sur beau papier.

Honorii III, Romani Pontificis Opera, Constitutiones, Epistolæ, quorum major pars usque adhuc inedita, et prima vice in unum collecta, 4 vol., gr. in-4° à 2 colonnes. Prix: 40 fr. Conspectus de l'édition des œuvres d'Honorius III réunies pour la première fois en collection.

Tome premier. - Prolégomènes. Préface par les éditeurs.
Notices biographiques extraites de Muratori, etc.
Notices bibliographiques, par divers auteurs.

OPERA HONORII III.

1° Duodecimus Ordo Romanus de Consuetudinibus et Observantiis, Presbyterio vel Scholari et aliis Ecclesiæ Romanæ in præcipuis Sollemnitatibus. Ex Mabillone, Museum italicum.

2o Quinta Compilatio Epistolarum Decretalium, studio Cironii, cum notis et appendicibus.

3° Liber Censuum Ecclesiæ Romanæ.

4° Ad Coronandum imperatorem ordo Romanus.

5° Jusjurandum quod Fredericus II, imperator, Honorio III Papæ per diploma obtulit anno 1219, quod deinde, anno 1221, confirmavit.

6o Vita Gregorii Papæ VII, romani pontificis.

7° Sermones Honorii Papæ III, per totius anni circulum quos nupperime ex Mss. Cisterciensi collegit Dom. Hieronymus BOTTINO, procurator generalis Ordinis Cisterciensis, dum viveret, in insigni Conventu S. Bernardi, Romæ alle Terme, nunc primum in luce prodeunt.

Vita Honorii III, inedita auctore Simeone Majolo Astensi epis-, copo Volterranensi.

TOMES II, III, IV.

Constitutiones, Decretales et Epistolæ Honorii Papæ III, ab anno 1216, usque ad annum 1227, nunc prima vice in unum chronologice collectæ et quarum magna pars usque adhuc ineditæ.

OBSERVATIONS sur notre collection des Constitutions et

444

Difficultés de l'exécution. Importance religieuse et historique des documents Apostoliques de ce siècle.

Bulles des Souverains Pontifes du 13° siècle.

[ocr errors]

Jamais les documents Apostoliques du 13° siècle n'ont été réunis en collection. Ils sont restés jusqu'à ce jour dispersés dans les archives des nations, des églises cathédrales, des communautés religieuses. auxquelles ils ont été adressés. Des collecteurs en ont publié un certain nombre dans des ouvrages spéciaux, renfermant les documents historiques de leur nation, ou simplement de la province qu'ils habitaient. Pour former cette collection des Constitutions et des Bulles des Souverains Pontifes du 13e siècle, nous devons les extraire de mille ouvrages différents écrits en toutes langues, et la plupart trèsvolumineux. Nous avons à puiser dans les recueils édités en Hongrie, en Moldavie, en Pologne, dans les diverses provinces de l'Allemagne, de l'Italie, de l'Angleterre, de l'Irlande, de l'Ecosse, dans les historiens des divers ordres religieux, et même de chaque monastère en particulier. Nous ne parlons pas de la France; nos historiens, et entre autres Dom Bouquet, Recueil des historiens de France, nous fournissent une ample moisson.

Cependant, pour les seuls documents Apostoliques du 13° siècle, nous avons à réunir plus de 36,000 Bulles ou Constitutions, dont plus de 12,000 sont inédites; ces dernières nous sont gracieusement offertes par un savant Prélat qui s'est attaché à les recueillir, malgré les frais considérables, les embarras, les démarches qu'a nécessités une telle collection.

Quand même les travaux de notre Société devraient se borner à la collection des oeuvres pontificales du 13° siècle, n'auraitelle pas rendu un grand service à l'Eglise en tirant de la poussière des documents d'une importance réelle pour les études. historiques et la discipline ecclésiastique? En réunissant en une série chronologique tous ces documents dispersés par fractions en mille ouvrages différents, et en y ajoutant les Bulles inédites oubliées ou inconnues à la plupart des collecteurs, nous fournissons aux hommes d'étude le moyen de compléter l'histoire du 13° siècle sous le rapport religieux, politique et d'économie sociale. Quelles ressources offrira une telle collec

tion, conduite jusqu'à l'explosion du Protestantisme, pour réformer des jugements contre la Cour romaine et pour la réfutation des accusations amoncelées par l'hérésie!

Pourquoi tant de Bulles des Papes du 13° siècle sont-elles restées inédites, malgré le respect avec lequel les catholiques ont toujours accueilli les conseils et les décisions des Souverains Pontifes? Dom Bouquet nous l'apprend dans le Monitum placé en tête des Bulles choisies par lui parmi celles de Honorius III, comme se rapportant à l'histoire générale de France. Voici ses paroles :

Omissis privatorum hominum negotiis, selectum fecimus attinentium ad publicas regni res gestas, præsertim suscepta adversus Albigenses bella et habita cum Angliæ regibus dissidia et certamina. Sane in immensum excrevisset Collectio nostra, si tot millibus litterarum describendis, quae ad singularum ecclesiarum negotiis datæ sunt immorati fuissemus1.

C'est avec regret que ce judicieux collecteur des historiens de France se voit forcé d'omettre de si nombreux documents, dont on peut tirer grand avantage pour l'étude de l'histoire ecclésiastique et politique pendant le pontificat de Honorius III. Aussi, ajoute-t-il : Regestum Honorri fere haud ulli visum fuit hactenus, et vulgo incognitum latet, quod utique litterarium vere thesaurum reconditum pronunciare non dubitamus (ibid.).

Si les collecteurs des autres nations ont été obligés de se borner comme Dom Bouquet à la reproduction des Bulles ayant trait à l'histoire générale de leur pays, il n'est pas étonnant que, pour le 13° siècle seulement, nous ayons pu recueillir plus de 12,000 Bulles inédites en dehors de 26,000 déjà imprimées et de l'énumération desquelles un érudit protestant, A. Potthast, bibliothécaire à Berlin, a composé un recueil intitulé: Regesta Romanorum Pontificum ab anno 1198 ad 1304. M. Potthast, dans ce recueil, donne chronologiquement la date, la suscription, le sommaire et les premiers mots de chaque Bulle; le titre et la page de l'ouvrage où elle est reproduite. Il est évident qu'il a dû consacrer plusieurs années et dépenser de grosses sommes pour la corfection d'un tel Recueil, que

Recueil des Hist. des Gaules et de la France, t. XIX, p. 609.

446
l'importance seule du sujet à pu le pousser à entreprendre.

Quoiqu'il en soit, c'est à un hétérodoxe que nous devons le premier travail complet sur les documents Apostoliques du 13e siècle qui ont été publiés jusqu'à ce jour. Son répertoire n'est pas sans erreur; mais tel qu'il est, il nous rend service pour notre collection. Il nous indique où nous devons chercher les matériaux du grand édifice que nous élevons à la gloire de l'Eglise romaine.

Ce ne sont pas seulement des milliers de Bulles qui sont restées inédites jusqu'à ce jour; mais des œuvres importantes et de premier ordre pour l'histoire ecclésiastique gisent encore en manuscrits dans les Bibliothèques publiques et particulières.,

Mais grâce à l'intervention d'un éminentissime Cardinal, bien connu par son érudition patristique, à la protection dont il honore notre Société, à ses conseils, notre tome Ier de Honorius III sera enrichi d'un joyau d'un grand prix, savoir des Sermons absolument inédits du Pontife et de Sa VIE, aussi inédite, par Siméon Majoli d'Asti, évêque de Volterra, colligés et revus, par Dom Bottino, procureur général de l'ordre de Citeaux. Ces manuscrits nous sont envoyés par le très-Révérend Père Smeulders, abbé de l'insigne couvent de Saint-Bernard, alle Terme, à Rome.

La tâche qui nous incombe ne diffère pas de celle qu'ont remplie aux 17° et 18e siècles les Bénédictins. Comme les Mabillon, les Dom Martène, les Muratori, les Duchesne, les Binius, les Mansi, les Labbé, etc., etc., nous avons à créer des éditions qui n'existent pas; il faut en rassembler les matériaux, les coordonner, les annoter, préparer des préfaces qui fassent connaître l'importance et l'authenticité des ouvrages que nous colligeons, des tables des matières qui rendent l'étude plus facile, en un mot, créer des volumes dignes du haut rang des auteurs dont nous éditons les œuvres pour la première fois. C'est un rude labeur; mais il n'est pas au-dessus du zèle et de la science du clergé français.

N'est-ce pas à un prêtre français, dirigé par un Cardinal également français, que nous devons la Patrologie grecque et latine, depuis les temps Apostoliques jusqu'à Innocent III, dont le pontificat finit en juillet 1216? Or, cette immense collection

« PreviousContinue »