La morale égyptienne, quinze siécles avant notre ére: étude sur le Papyrus de Boulaq n ̊4

Front Cover
E. Leroux, 1892 - 261 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page xxii - Isocrate ne faisait certainement que mettre en u-uvre les traductions d'anciens ouvrages d'un pays autre que le sien. Nous en avons la preuve à chaque pas. Comment, autrement, dans son traité à Démonique, cet Athénien auraitil pu recommander à ce citoyen de la république d'Athènes auquel il s'adresse, de vénérer le roi, d'obéir à ses ordres comme à des lois sacrées, etc. ? Tout cela sent l'Egypte et vient d'Egypte. Les anciens avaient donc parfaitement raison quand ils faisaient lout...
Page 39 - Tu autem cum oraveris, intra in cubiculum tuum, et clause ostio, ora patrem tuum in abscondito : et pater tuus, qui videt in abscondito, reddet tibi.
Page xxxvi - Je n'ai point exercé de pression sur le poids de la balance. Je n'ai pas éloigné le lait de la bouche des nourrissons. Je n'ai pas fait main basse sur les bestiaux dans leur pâturage; je n'ai pas pris au filet les oiseaux des dieux. Je n'ai pas péché de poissons à l'état de cadavres.
Page xlii - L'Occident (la tombe) est une « terre de sommeil et de ténèbres lourdes, une place où restent ceux qui y sont ! « Dormant en leur forme de momies, ils ne s'éveillent pas pour voir leurs frères, ils « n'aperçoivent plus leur père, leur mère; leur cœur oublie leurs femmes et leurs
Page 39 - Et cum oratis, non eritis si eut hypocritae, qui amant in synagogis et in angulis platearum stantes orare, ut videantur ab hominibus: amen dico vobis, receperunt mercedem suam.
Page xx - L'éloquence n'est plus seulement l'accent spontané d'un cœur ému : elle davientun art que l'on cultive, et je dirais presque une science. La philosophie, donnant corps à l'abstraction, proclame le règne de l'idée, le culte du beau. Mais le droit, en prenant ce mot dans son acception la plus haute; la morale, ses applications aux rapports des hommes entre eux; l'organisation équitable de l'état des personnes et de ses conséquences; la science de l'âme humaine et de ses destinées : voilà...
Page 132 - Sachant que le vin est une abomination, abstiens-toi des outres, ne mets pas les cruches devant ton cceur, ignore les jarres. Instruit à chanter avec accompagnement de flûte, à réciter avec accompagnement de chalumeau, à moduler avec accompagnement de kinnor, à chanter avec accompagnement de lyre, tu es assis dans une chambre, entouré de vieilles dames, et tu te mets à dodeliner du cou ; tu es assis en présence de jeunes filles, oint d'essence, ta guirlande de menthe au cou, et tu te mets...
Page xlii - L'eau vive que la terre a pour quiconque est en elle, c'est de l'eau croupie avec moi, elle vient vers quiconque est sur terre, et elle est croupie pour moi l'eau qui est près de moi.
Page lxxiv - C'est un bienfait que l'obéissance d'un fils docile : l'obéissant marche dans son obéissance et celui qui l'écoute devient obéissant ; il est bon d'écouter tout ce qui peut produire l'affection : c'est le plus grand des biens. Le fils qui reçoit la parole de son père deviendra vieux à cause de cela. Aimée de Dieu est l'obéissance; la désobéissance est haïe de Dieu. C'est le...
Page 192 - Car ton œil l'a vu, et tu as gardé le silence en reconnaissant son mérite. Plein de joie, mets ta main dans la sienne. Il ya beaucoup de gens qui ne savent pas comment l'homme se plaît à mettre le malheur dans sa maison, et en réalité ne trouve pas la manière de la conduire. Toute direction de la tenue...

Bibliographic information