Page images
PDF
EPUB

La messe a été chantée par le cardinal de Grégorio, S. S. a ensuite entonné le Te Deum, pour remercier Dieu d'avoir délivré Rome d'un tremblement de terre, à pareil jour, en 1703.

Le 6 février, le grand-duc Michel, de Russie, a fait visite à S. S. Ce prince étoit arrivé la veille. Le 4, le saint Père avoit reçu le comte Capo-d'Istria, secrétaire d'Etat de l'empereur de Russie, qui fut présenté par le chevalier d'Italinsky, ministre plénipotentiaire près le saint Siége.

- S. Em. M. le cardinal Mattei, doyen du sacré Collége, dont la santé avoit donné des inquiétudes, est entièrement rétabli.

-Les obsèques du roi Charles IV ont été célébrées å Naples, le 25 janvier. Le corps avoit été embaumé et exposé dans un salon du palais, où on célébra, pendant trois jours, des messes, sur plusieurs autels dressés à cet effet. Le 24, on le transporta dans l'église royale de Sainte-Claire, sépulture des rois de Naples. Le 25, Mgr. le grand chapelain célébra la messe, et M. l'abbé Cali, prédicateur de la cour, prononça l'oraison funebre. L'absoute fut faite par quatre évêques.

PARIS. Il avoit paru successivement deux consultations pour les Frères des Ecoles chrétiennes; l'une du 26 décembre, signée Piet, et l'autre, du 12 janvier, signée. Pardessus, et souscrite de plus par vingt-six autres avocats du barreau de Paris, le bâtonnier à la tête. La première, plus étendue, tendoit à montrer qu'on n'étoit pas autorisé à exiger des Frères autre chose que ce qu'on leur avoit demandé jusqu'ici; la seconde, assez courte, avoit pour but d'établir qu'ils étoient en droit de se pourvoir par-devant les tribunaux contre les ntesures prises à leur égard en certains endroits. Ces.contestations avoient jeté l'alarme dans un corps respectable, et affligeoient les amis de la religion et de l'enfance, On savoit que des établissemens avoient été fermés, et que d'autres projetés étoient en suspens. On assure au

jourd'hui que les difficultés se sont applanies, et que le Frère général a consenti à un arrangement concerte de manière à laisser intact l'esprit et la subordination nécessaires dans l'institut. Les brevets ou diplomes seroieut dounes à chaque Frère sur la présentation de son obédience, et seront tous remis au supérieur général, qui continueroit de placer chacun suivant ses talens respectifs et les besoins des localités. Nous souhaitons que cet arrangement se confirme, et nous nous empresserons de faire part à nos lecteurs de la détermination qui été prise, bien sûre qu'ils n'apprendront pas sans intérêt qu'un corps si utile n'a plus à craindre de contradictions et de dégoûts. Par le même motif, nous nous abstiendrons de rendre compte des deux consultations ci-dessus, qui n'auroient plus d'objet si l'arrangement avoit été pris, et s'il étoit de nature à prévenir toute inquiétude.

aura

Le jeudi 18, M. de la Fare, ancien évêque dạ Nanci, nommé à l'archevêché de Sens, premier aumônier de MADAME, a présidé à une cérémonie chez les dames de Saint-Thomas de Villeneuve, rue de Sèvres. Quatre novices et deux soeur's converses out fait profession entre les mains du prélat."

-

On a vu que le tribunal d'Apt (Vaucluse) avoit confirmé, l'année dernière, le jugement de police mu nicipale qui condamnoit un piotestant nommé Roman, à l'ameude, pour n'avoir pas tapissé sa maison lors de la procession de la Fête-Dieu. Le sieur Roman se pourvut eu cassation, et la cour de cassation infirma en effet le jugement. Nous avons parlé de son arrêt dans notre dernier volume, pag. 263. L'affaire avoit été renvoyée au tribunal correctionnel d'Aix, qui a jugé comme celui d'Apt. On s'attend que le sieur Roman, qui ue paroît pas disposé à céder, recourra encore en cassation; et alors toutes les sections de la cour se réuniront sous la présidence de M. le garde des sceaux pour prononcer.

M. l'abbé de Moussac, vicaire général de Poitiers,

dément, dans une lettre publique, la nouvelle donnée par le Publiciste qu'il y avoit eu des insurrections dans le petit séminaire de Montmorillon et de Bressuire; on a renvoyé quelques élèves de ces maisons, mais celà prouve seulement la vigilance du supérieur. M. l'abbé de Moussac espère que sa déclaration positive, le soin qu'il prend de se nommer, son caractère, et les fonc tions qu'il remplit depuis long-temps dans le diocèse, inspireront plus de confiance que l'assertion d'un anunyme dont le but d'ailleurs est assez clair.

Le 13 février, le préfet du Pas-de-Calais, a posé la clef de la dernière voûte de la cathédrale que Tou construit à Arras.

-Le roi des Pays-Bas a accordé des secours à différentes paroisses catholiques. Ces secours sont répartis ainsi qu'il suit : Treize paroisses du Brabant septenedu trional recevront 53,000 florins; la paroisse de Dien-leVal, dans le Brabant méridional, 864 fl.; dix-huit pa roisses de la Gueldre, 87,528 fl.; les paroisses du pays de Liège, 19,410 f.; trois du Haynault, 3000 fl.; deux de la Hollande septentrionale, 5500 fl. une de la Hollande méridionale, 6000 fl.; deux de la Zelande, 12,000 fl.; trois de la province de Namur, 12,200 fl.; deux de culle d'Anvers, 14,150 fl.; iue d'Utrecht, 1500 fl.; treize d'Over-Yssel, 59,910 fl.; une de Groningae, 8000 fl., et une de Drenthe, 3200 fl.: en toat, 286,612 florins.

VALENCE. La fin de l'année dernière a été marquéé dans cette ville par une mission dont les résultats out été un sujet de consolation pour les fidèles. Cette mission, sollicitée par le zèle de MM. les vicaires généraux du diocèse, commença, le 8 novembre, par une procession générale, à la suite de laquelle le chef de la mis sion prononça le discours d'ouverture. Les exercices sé faisoient dans trois églises, à la cathédrale, à SaintJean et à Saint-Pierre-du-Bourg-lès-Valence. A la cathédrale, deux missionnaires donnoient l'instruction du

matin et deux autres parloient le soir à Saint-Jeau, trois missionnaires se faisoient entendre tour à tour; èt à Saint-Pierre, M. Bellier, missionnaire du diocèse, évangélisoit les bons habitans, la plupart mariniers, qui, condamnés par état à une vie dure et à des travaux assidus, se sont montrés les plus empressés à recourir à une religion dont le plus beau titre est de consoler ceux qui souffrent. Des cérémonies imposantes se sont jointes à des discours solides pour toucher et persuader. L'amende honorable et le renouvellement des voeux du baptême ont paru exciter des sentimens de componction. L'au- ditoire des missionnaires grossissoit chaque jour; il assiégeoit les églises de grand matin; il n'étoit pas moins nombreux le soir, et se prolongeoit fort tard. Les tribunaux de la pénitence étoient entourés d'une foule recueillie, et il avoit fallu appeler des prêtres étrangers à la mission pour satisfaire à l'empressement général. Le 12, il y eut une communion d'hommes la cathédrale; dès cinq heures du matin, l'église leur fut ouverte, et le nombre s'en trouva si grand qu'on réserva pour eux les trois nefs, et le sanctuaire; ceux qui ne se trouvèrent pas prêts occupoient les chapelles latérales. Tous les raugs se trouvoient confondus à la table sainte, ét la cérémonie fut aussi pieuse que touchante. Trois jours après, la communion générale des femmes eut lieu dans l'église Saint-Jean, et la veille du départ des missionnaires, il y eut encore une communion d'hommes et. de femmes, qui fut presque aussi nombreuse que la première. Les missionuaires ajoutèrent aux solennités ordinaires celle d'une consécration à la sainte Vierge; Je peuple s'y porta avec ardeur. La plantation de la croix se fit, le 23, avec la pompe accoutumée, et le lendemain on alla prier au cimetière pour les ames de ceux qui nous ont précédés dans l'éternité. La mission a été close, le 27 décembre, par le discours ordinaire: cette époque de bénédiction a laissé dans les cœurs de vives impressions qui tourneront au profit de la reli

gion, de la morale, de la paix, de l'ordre public et de la charité pour les malheureux; car tel est partout l'effet de ces exercices salutaires, de rendre les hommes plus unis entre eux, plus attachés à leurs devoirs, plus réglés dans leur conduite, plus compatissans pour le

pauvre.

NOUVELLES POLITIQUES.

PARIS. Le mardi gras, il y a eu à la cour un grand dîner de famille, auquel ont assisté les Princes et Princesses du sang.' M. le duc de Glocester avoit été invité à être du repas.

- M. le duc de Glocester a pris congé du Roi et de la famille royale, et est parti pour Compiègne.

Par ordonnance du Roi, du 24 février, M. le baron de Lachadenède est nommé préfet de la Charente-Inférieure, en remplacement de M. Dalmas, admis à la retraite; M le comte Stanislas Girardin est nommé préfet de la Côte-d'Or;' M. Feutrier, de Saône et Loire; M. Pelet de la Lozère, de Loir et Cher; M. de Riccé, du Loiret; M. Didelot, de l'Aude, en remplacement de M. Cromot de Fougy, appelé à d'autres fonctions; et M. le vicomte de Cazes, du Bas-Rhin. - La division des cultes, au ministère de l'intérieur, vient d'être confiée à M. Augustin Jordan, frère de M. Camille Jordan, et secrétaire d'ambassade à Rome.

[ocr errors]

-M. Ducos, receveur général à Strasbourg, passe en la même qualité à Amiens, et est remplacé, à Strasbourg, par M. Drouyn, receveur général de la Vendée. M. Michel de Saint-Albin, receveur général des Landes, va occuper la même place dans la Vendée ; et M. de Littardi, ancien trésorier de la police, est nommé receveur général des Landes.

M. Borie, d'Uses, avocat, a eu l'honneur de présenter au Roi, les volumes qui ont paru de la traduction des Pandectes mises dans un nouvel ordre, par Pothier, traduction faite par feu M. l'abbé de Bréard-Neuville, et dont M. Borie est éditeur.

[ocr errors]

- Une ordonnance du Roi porte que les cadres des 258 bataillons d'infanterie créés en 1815, et répartis entre les 86 departemens, à raison d'une légion de trois bataillons par département, seront répartis d'une autre maniere. Huit départemens, le Nord, la Manche, le Pas-de-Calais, les Côtes-duNord, Ille-et-Vilaine, la Seine, la Seine-Inférieure et la Gi

« PreviousContinue »