L'impiété, ou Les philosophistes, essai poétique en VIII chants, avec des notes, dédié au Roi

Front Cover
Le Normant, 1821 - 210 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 123 - Chose admirable! la religion chrétienne, qui ne semble avoir d'objet que la félicité de l'autre vie , fait encore notre bonheur dans celle-ci.
Page 150 - Ces dispositions , cette humeur , cette fièvre chaude de rébellion , cette léthargie de servitude, viennent de plus haut qu'on ne s'imagine. Dieu est le poè'te , et les hommes ne sont que les acteurs. Ces grandes pièces qui se jouent sur la terre, ont été composées dans le ciel, et c'est souvent un faquin ' qui doit en être l'Atrée et l'Agamemnon.
Page 70 - Molé et Lamoignon pour chefs; Talon et d'Aguesseau pour organes; Vauban fortifiait ses citadelles ; Riquet creusait ses canaux; Perrault et Mansard construisaient ses palais; Puget, Girardon. le Poussin, le Sueur...
Page 150 - Dieu est le poète, et les hommes ne sont que les acteurs. Ces grandes pièces qui se jouent sur la terre ont été composées dans le ciel ; et c'est souvent un faquin qui en doit être l'Atrée ou l'Agamemnon.
Page 97 - ... c'est l'envoi, c'est la colère, c'est la fureur qui rendent les verges terribles et redoutables. Cette main invisible, ce bras qui ne paraît pas, donne les coups que le monde sent. Il ya bien je ne sais quelle hardiesse qui menace de la part de l'homme, mais la force qui accable est toute de Dieu.
Page 24 - Oui , Sire, c'est le choix de la nation qui mit d'abord le sceptre entre les mains de vos ancêtres; c'est elle qui les éleva sur le bouclier militaire, et les proclama souverains : le royaume devint ensuite l'héritage de leurs successeurs; mais ils le durent originairement au consentement libre des sujets...
Page 96 - Quand la Providence a quelque dessein, il ne lui importe guère de quels instruments et de quels moyens elle se serve. Entre ses mains tout est foudre, tout est tempête, tout est déluge, tout est Alexandre...
Page 10 - Mais en ce siècle à la révolte ouvert , L'impiété marche à front découvert : Rien ne l'étonne ; et le crime rebelle N'a point d'appui plus intrépide qu'elle. Sous ses drapeaux , sous ses fiers étendards , L'œil assuré , courent de toutes parts Ces légions , ces bruyantes armées D'esprits subtils , d'ingénieux pygmées , Qui , sur des monts...
Page 25 - Von ne connaît pas. Ignorés pendant la vie, oubliés après la mort, moins ils ont cherché l'éclat et plus ils ont été grands. Mais ne nous flattons point , il ya peu de ces âmes qui se suffisent et marchent d'un pas ferme sous l'œil de la raison qui les guide, ou de Dieu qui les regarde. La plupart des hommes, faibles par...
Page 70 - ... embellissaient ; Le Nostre dessinait ses jardins; Corneille, Racine, Molière, Quinault, La Fontaine , La Bruyère , Boileau éclairaient sa raison et amusaient ses loisirs; Montausier, Bossuet, Beauvilliers, Fénelon, Huet, Fléchier, l'abbé de Fleury élevaient ses enfants. C'est avec cet auguste cortége de génies immortels que Louis XIV se présente aux regards de la postérité...

Bibliographic information