L'Ami de la religion, Volume 163

Front Cover
Librairie Ecclésiastique d'adrien le clere et cie, 1854
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 514 - Au moment où la guerre va éclater, je viens prier Votre Majesté de me permettre de faire partie de l'expédition qui se prépare. « Je ne demande ni commandement important, ni titre qui me distingue ; le poste qui me semblera le plus honorable, sera celui qui me rapprochera le plus de l'ennemi. L'uniforme, que je suis si fier de porter, m'impose des devoirs que je serai heureux de remplir, et je veux gagner le haut grade que votre affection et ma position m'ont donné.
Page 220 - ... tous ne soient qu'un; comme vous, mon Père, êtes en ,,moi, et moi en vous, qu'ils soient de même un en nous, afin ..que le monde croie que vous m'avez envoyé.
Page 547 - Nous avons vu, en effet, en Orient, au milieu d'une paix profonde, un souverain exiger tout à coup, de son voisin plus faible, des avantages nouveaux , et, parce qu'il ne les obtenait pas, envahir deux de ses provinces. Seul, ce fait devait mettre les armes aux mains de ceux que l'iniquité révolte. Mais nous avions aussi d'autres raisons d'appuyer la Turquie. La France a autant et peut-être plus...
Page 411 - Sinope ont retenti douloureusement dans le cœur de tous ceux qui en Angleterre et en France ont un vif sentiment de la dignité nationale. On s'est écrié d'un commun accord : Partout où nos canons peuvent atteindre, nos alliés doivent être respectés. De là l'ordre donné à nos escadres d'entrer dans la mer Noire , et d'empêcher par la force, s'il le fallait, le retour d'un semblable événement. De là la notification collective envoyée au cabinet de Saint-Pétersbourg pour lui annoncer...
Page 547 - France a autant et peut-être plus d'intérêt que l'Angleterre à ce que l'influeuce de la Russie ne s'étende pas indéfiniment sur Constantinople; car régner sur Constantinople, c'est régner sur la Méditerranée, et personne de vous, Messieurs, je le pense, ne dira que l'Angleterre seule a de grands intérêts dans cette mer, qui baigne trois cents lieues de nos côtes. D'ailleurs, cette politique ne date pas d'hier; depuis des siècles, tout gouvernement national, en France, Ta soutenue ;...
Page 567 - Quoi que Votre Majesté décide, ce n'est pas devant la menace que l'on me verra reculer. Ma confiance est en Dieu et dans mon droit, et la Russie, j'en suis garant, saura se montrer en 1854 ce qu'elle fut en 1812. Si toutefois Votre Majesté, moins indifférente à mon honneur, en revient franchement à notre programme, si elle me tend une main cordiale, comme je...
Page 62 - L'occupation de la Moldavie et de la Valachie constitue une première atteinte à cette intégrité, et il n'est pas douteux que les chances de la guerre ne puissent encore l'entamer davantage. M. le comte de Nesselrode, il ya quelques mois, représentait comme une compensation nécessaire à ce qu'il appelait dès lors notre occupation maritime l'envahissement des principautés du Danube. A notre tour...
Page 547 - Qu'on ne vienne donc plus nous dire : Qu'allezvous faire à Constantinople ? Nous y allons avec l'Angleterre pour défendre la cause du Sultan, et néanmoins pour protéger les droits des chrétiens; nous y allons pour défendre la liberté des mers et notre juste influence dans la Méditerranée. Nous y allons avec l'Allemagne pour l'aider à conserver le rang dont on semblait vouloir la faire descendre, pour assurer ses frontières contre la prépondérance d'un voisin trop puissant. Nous y allons...
Page 567 - Je laisse à penser à Votre Majesté si c'est là, comme elle le dit, faciliter la conclusion de la paix, et si, dans l'alternative qu'on me pose, il m'est permis de discuter, d'examiner même un moment ses propositions d'armistice, d'évacuation immédiate des Principautés et de négociation avec la Porte d'une convention qui serait soumise à une conférence des quatre cours. Vous-même, Sire, si vous étiez à ma place, accepteriez-vous une pareille position ? Votre sentiment national pourrait-il...
Page 95 - ... à mettre un terme au différend survenu entre les deux empires ; La négociation à suivre serait basée : 1" Sur l'évacuation la plus prompte possible des principautés; 2° Sur le renouvellement des anciens traités; 3° Sur la communication des firmans relatifs aux privilèges spirituels octroyés par la Sublime-Porte à tous ses sujets non musulmans, communication qui, faite aux puissances, serait accompagnée d'assurances convenables données à chacune d'elles. L'arrangement déjà fait...

Bibliographic information