Wallonnades: par l'auteur d'Alfred Nicolas

Front Cover
Oudart, 1845 - 156 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 57 - Toujours entraîné , tu approches du gouffre affreux : déjà tout commence à s'effacer ; les jardins moins fleuris, les fleurs moins brillantes , leurs couleurs moins vives , les prairies* moins riantes, les eaux moins claires ; tout se ternit,* tout s'efface : l'ombre de la mort [ se présente ; ] on commence à sentir l'approche du gouffre fatal.
Page 57 - Et cependant on voit tomber, derrière soi, tout ce qu'on avait passé; fracas effroyable, inévitable ruine. On se console, parce qu'on emporte quelques fleurs cueillies en passant, qu'on voit se faner entre ses mains du matin au soir, quelques fruits qu'on perd en les goûtant. Enchantement ! Toujours entraîné, tu approches du gouffre.
Page 56 - LA vie humaine est semblable à un chemin , dont l'issue est un précipice affreux : on nous en avertit dès le premier pas, mais la loi est prononcée, il faut avancer toujours. Je voudrais retourner sur mes -pas ; marche , marche.
Page 37 - ... France présente à l'étranger, offrent tour à tour à ses attaques une force résistante ou neutralisante. Ce sont des puissances diverses par quoi la France touche le monde, par où elle a prise sur lui. Pousse donc, ma belle et forte France, pousse les longs flots de ton onduleux territoire au Rhin, à la Méditerranée, à l'Océan. Jette à la dure Angleterre la dure Bretagne, la tenace Normandie ; à la grave et solennelle Espagne, oppose la dérision gasconne; à l'Italie la fougue...
Page 148 - Quels sont les changements que l'établissement des abbayes et des autres institutions religieuses au VIIe siècle, ainsi que l'invasion des Normands au IXe, ont introduits dans l'état social de la Belgique?
Page 56 - Mille traverses, mille peines nous fatiguent et nous inquiètent dans la route ; encore si je pouvais éviter ce précipice affreux. Non, non , il faut marcher , il faut courir ; telle est la rapidité des années. On se console pourtant, parce que de temps en temps on rencontre des objets qui nous divertissent, des eaux courantes, des fleurs qui passent. On voudrait arrêter ; marche , marche.
Page 128 - Soltais n'avaient pas leur pareil à l'ouvrage ; Si bien que vers le soir les gens du voisinage N'avaient qu'à déposer aux abords de leur trou Du cuir pour des souliers , du fer...
Page 146 - Christ ; et cette croyance une fois bien établie , les saints apôtres disparaissent des grottes et des cavernes , car ils peuvent désormais marcher au grand jour, la croix divine à la main...
Page 56 - ... premier pas, mais la loi est prononcée, il faut avancer toujours. Je voudrais retourner sur mes -pas ; marche , marche. Un poids invincible , une force invincible nous entraîne ; il faut sans cesse avancer vers le précipice. Mille traverses, mille peines nous fatiguent et nous inquiètent dans la route ; encore si je pouvais éviter ce précipice affreux.
Page 148 - Amand n'étaient pas les premiers venus , et qu'ils avaient été précédés d'un grand nombre de missionnaires obscurs, non revêtus des hautes fonctions de l'épiscopat , lesquels soutenus par la ferveur de leur zèle, avaient les premiers pénétré furtivement au milieu des populations encore toutes barbares, toutes païennes, dont la plupart subirent obscurément les tortures du martyre, mais dont quelques uns plus heureux réussirent à semer et à féconder sur plusieurs points la parole...

Bibliographic information