Le révérend père Secchi: Sa vie, son observatoire, ses travaux, ses écrits, ses titres à la gloire, hommages, rendus à sa mémoire, ses grands ouvrages. Avec une préface, un portrait et des planches

Front Cover
Gauthier-Villars, 1879 - 276 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page i - Ainsi, que votre lumière luise devant les hommes, afin qu'ils voient vos bonnes œuvres et qu'ils glorifient votre Père , qui est dans les cieux.
Page i - SPLENDEURS DE LA Foi, ACCORD PARFAIT DE LA RÉVÉLATION ET DE LA SCIENCE, DE LA Foi ET DE LA RAISON.
Page 191 - Que dire de ces espaces immenses et des astres qui les remplissent? Que penser de ces étoiles qui sont, sans doute, comme notre Soleil, des centres de lumière, de chaleur et d'activité, destinés, comme lui, à entretenir la vie d'une foule de créatures de toute espèce? Pour nous, il nous semblerait absurde de regarder ces vastes régions comme des déserts inhabités ; elles doivent être peuplées d'êtres intelligents et raisonnables, capables de connaître, d'honorer et d'aimer leur Créateur;...
Page 259 - ... exact que tout dépend de la matière et du mouvement, et nous revenons ainsi à la vraie philosophie, déjà professée par Galilée, lequel ne voyait dans la nature que mouvement et matière ou modification simple de celle-ci par transposition des parties ou diversité de mouvement. Ainsi disparaît cette légion de fluides et de forces abstraites qui à tout propos étaient introduits pour expliquer chaque fait particulier...
Page vii - Du reste, cultivez avec ardeur les sciences abstraites et les sciences naturelles, décomposez la matière, dévoilez à nos regards surpris les merveilles de la nature, explorez, s'il se peut, toutes les parties de cet univers ; fouillez ensuite les annales des nations, les histoires des anciens peuples; consultez, sur toute la surface du globe, les vieux monuments des siècles passés ; loin d'être alarmé de ces recherches, je les...
Page 241 - ... est réellement insondable et que nous n'en connaîtrons jamais les bornes. Il est probable que la réunion des grandes étoiles qui environnent notre Soleil n'est qu'un des amas qui forment la voie lactée, et que, vu d'une certaine distance, cet amas nous apparaîtrait comme une tache plus blanche dans la voie lactée elle-même. En arrivant à cette limite, nous sentons notre imagination confondue. En vain chercherions-nous à accumuler comparaison sur comparaison pour donner une idée de...
Page 254 - ... soient, c'est-à-dire en représentant le travail accompli par le produit de la force résistante et de l'espace parcouru à chaque instant, on trouvera constamment le travail passif égal au travail actif. On n'a jamais émis le moindre doute sur l'exactitude...
Page 253 - Un corps complètement libre se meut naturellement en ligne droite et dans la direction de l'impulsion qu'il a reçue ; si sur sa voie il vient à rencontrer une seconde masse il lui communique son mouvement, et alors il exerce une action qui passant du premier au second, est dite produire en lui une réaction égale. De ce principe résultent non-seulement les lois de l'échange de mouvement entre les corps au sein desquels il ne se développe aucune force interne, mais encore celles qui réglent...
Page 260 - Ainsi disparait cette légion de fluides et de forces abstraites qui à tout propos étaient introduits pour expliquer chaque fait particulier... Dès l'instant où l'on aura compris que tout se fait par le mouvement, les recherches deviendront plus faciles, une nouvelle voie sera tracée qui conduira plus directement à la solution des problèmes, c'est-à-dire à l'explication des phénomènes, car un problème bien posé est déjà à moitié résolu... Un phénomène sera réellement expliqué,...
Page 259 - En effet, comme il'|l'a écrit lui-même en termes d'une absolue précision et d'une grande netteté : d'une façon générale, il est exact que tout dépend de la matière et du mouvement, et nous revenons ainsi à la vraie philosophie déjà professée par Galilée, lequel ne voyait dans la nature que mouvement et matière ou modification simple de celle-ci par transposition des parties ou diversité de mouvement.

Bibliographic information