Page images
PDF
EPUB
[merged small][ocr errors][ocr errors][subsumed][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small]

de son école, il accepta d'entrer dans son domicile et de dîner chez lui. Et à cause de ses vertus, il lui promit qu'il multiplierait sa postérité comme le sable *T 317". du rivage de la mer, et comme les étoiles dans le ciel : * Je connais Abraham, dit le Seigneur, et je sais qu'il commandera à ses enfants et à sa maison après lui, de garder la voie du Seigneur, pour faire ce qui est juste et droit'. Aussi lui donna-t-il d'immenses richesses et il le couronna d'une grande vieillesse.

Il créa une grande école de philosophie parfaite au temps de Moïse. Ayant fait sortir les Israélites de l'Égypte, il les conduisit au mont Sinaï, où, ayant institué Moïse son administrateur, il versa sur lui de sa gloire et de sa splendeur. Son amour le fit même descendre chez eux avec des troupes 10 d'anges, pour les visiter et leur citer, de nouveau, des ordres et des lois. Et comme il leur était bien difficile de recevoir des leçons de cette bouche éternelle, Moïse, directeur de l'école, sur leur demande, reçut l'ordre de leur faire parvenir la voix vivifiante de Dieu : Parlez avec nous vous-même, lui dirent-ils, et nous écouterons, mais que Dieu ne parle pas avec nous, de 15 peur que nous ne mourions. C'est pourquoi Moïse parlait avec Dieu et Dieu lui faisait entendre sa voix. Mais Dieu, sachant que la grossièreté de leur pensée

[blocks in formation]
[ocr errors][merged small][ocr errors]
[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][subsumed][ocr errors][subsumed][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

10

10

et la dureté de leur esprit les pousseraient eux aussi, comme leurs frères', à
transgresser ses lois et à fouler aux pieds sa doctrine, * écrivit les dix com-
mandements, qu'il leur donna sur les tablettes de pierre, afin qu'ils ne fus-·
sent jamais effacés.

Et lorsque Moïse et son lieutenant (dux) descendirent de la montagne,
ayant entendu du bruit dans l'école, Josué dit à Moïse : Qu'est-ce que ce bruit
de bataille au camp? Et Moïse lui répondit : Ce n'est pas un bruit de vainqueurs,
ni un bruit de vaincus, mais j'entends le bruit du péché 2. Aussi Moïse se mit
en colère et rompit les deux tablettes. A son arrivée à l'école, ayant vu
un nouveau professeur inanimé, assis sur le siège, et le peuple s'amusant
chacun à son gré devant lui, ayant accepté le faux pour le vrai et enlevé à
Moïse sa fonction d'administrateur et à Josué tout le respect qui lui était
dû, Moïse, dis-je, se mit alors en colère, fit subir au nouveau professeur le
terrible supplice du fouet, le renversa de son trône, le réduisit en poussière
15 avec une lime, répandit sa poudre dans les eaux, en fit boire aux disciples
confondus et fit retentir sa voix dans l'école en disant : Que celui qui est pour
le Seigneur vienne vers moi. Aussitôt tous les frères notables, enfants de Lévi,
s'assemblèrent vers lui. Il semble que ceux-ci n'étaient pas penchés vers

[ocr errors]

1. Il fait probablement allusion aux hommes qui vivaient avant le déluge. — 2. Cf. Exod., xxxIII, 17.
3. Ib., 26, etc.

* T 317".

[subsumed][ocr errors][subsumed][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

son épée, de passer et

*T 318. l'erreur. Moïse leur ordonna de prendre chacun de repasser de porte en porte par le camp et de n'avoir pas pitié même de leurs frères et de leurs enfants. Ils accomplirent son ordre. Alors il leur dit : « Vous avez sanctifié vos mains au Seigneur. » Et ainsi ils firent périr tous ceux sur lesquels on voyait paraître, après avoir bu de la susdite eau, quelque indice de leur amour pour le veau.

Alors Moïse, s'étant calmé, se retourna vers le Seigneur et le pria de se réconcilier avec ses disciples et de ne pas se souvenir de leur faute, sous prétexte qu'ils étaient encore dans l'enfance. Le Seigneur exauça la prière de Moïse et lui ordonna de faire des tablettes comme les premières, d'écrire 10 sur elles les dix paroles et de descendre de la montagne pour les leur faire lire. Par respect pour Moïse, et pour montrer que sa prière avait été exaucée, le Seigneur rendit son visage tout resplendissant de lumière et de gloire, et ne voulant pas instruire lui-même ce peuple enragé, il lui confia l'école et l'établit professeur à sa place. Moïse descendit de la montagne, et fit 15 lire les dix paroles aux Israélites, qui voulurent bien les répéter et observer tout ce qui y était ordonné. Alors ce premier docteur parmi les mortels, leur écrivit lui aussi de nouveaux commandements, qui étaient plus nombreux * T 318". et plus difficiles (à observer) que les premiers, ainsi que lui-même l'a dit : * Je

[ocr errors][ocr errors][subsumed][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][subsumed][ocr errors][subsumed][ocr errors][merged small][merged small]

de

leur ai imposé des ordonnances sévères et des lois, afin qu'ils ne vivent pas par
elles, et l'homme qui les accomplit vivra par elles'.

Il dirigea cette école pendant quarante ans dans le désert de Horeb. Qui-
conque avait à consulter le Seigneur s'adressait à Moïse; celui-ci s'asseyait

5 ponctuellement du matin au soir, résolvant toutes les questions et toutes les difficultés (px). Quant à ceux qui s'opposaient à sa doctrine, en punition de leurs crimes, il les faisait ou bien frapper du coup (oxúτos) terrible de glaive, ou bien engloutir sous terre, ou bien dévorer par le feu, ou bien enfin il lançait contre eux l'excommunication (xaßxípests), ce qui arriva à Aaron et à 10 Marie, laquelle, ayant été enfermée sept jours hors du camp, fut obligée d'avouer sa faute. En récompense de tant d'exactitude dans la direction de cette école, Dieu ordonna, à sa mort, qu'il ne fût pas enseveli par les Israélites, mais par Dieu lui-même et par ses anges dans la montagne.

15

[ocr errors]

A sa mort, il avait confié l'école à Josué son lieutenant (dux), selon ce que le Seigneur lui avait inspiré, afin qu'il fût son successeur dans la * T 319". direction de l'école et y enseignât avec exactitude. Josué introduisit les

1. Je n'ai pas trouvé celle citation; cf. Lévit., XVIII.

[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][subsumed][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors][subsumed][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][subsumed][ocr errors]

Israélites dans la terre promise, subjugua les peuples égarés et fit comme il le fallait le partage de la terre promise. Après sa mort, il n'y avait point de roi en Israël; ainsi que le dit l'Écriture, mais chacun faisait ce qui lui semblait bon', jusqu'à l'époque où le prophète Samuel et le roi David furent élus et instruisirent le peuple de Dieu.

Salomon, lui aussi, fonda une école; il instruisit et ses sujets et les étrangers: Tous les rois de la terre, est-il dit, venaient pour entendre la Sagesse de Salomon. Salomon, en effet, ayant été proclamé roi, ne demanda que la sagesse, qui le mettrait à même de juger et de diriger équitablement son peuple; aussi Dieu lui accorda-t-il une sagesse extraordinaire : Voici, lui 10 dit-il, je t'ai donné un cœur sage et intelligent, de sorte qu'il n'y en a point eu de pareil avant toi, et il n'y en aura point après toi, qui te soit semblable. Et l'Écriture lui rend ce témoignage et dit: Il était plus sage qu'aucun homme; * T 319. il traita des vertus et des influences de tous les corps, depuis le cèdre qui est sur le Liban, jusqu'à l'hysope qui sort de la muraille; et il traita de même des ani- 15 maux de la terre, des oiseaux, des reptiles et des poissons'. Il donne quelquefois à ses disciples le nom de fils: Écoute, mon fils, dit-il, et reçois mes paroles, 3. Ib., III, 12. 4 Ib., IV, 31,

1. Jug., XXI, 25.

2. I Rois, IV, 34.

[ocr errors]
[ocr errors]

33.

« PreviousContinue »