Page images
PDF
EPUB
[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]

2

et les années de la vie te seront multipliées'. A toute chose, dit-il encore, sa saison, et à toute affaire sous les cieux, son temps 2. Il donne encore quelquefois à ses élèves des leçons touchant Dieu : Quand tu entreras dans la maison de Dieu, dit-il, prends garde à ton pied, et approche-toi pour écouter plutôt que pour 5 offrir le sacrifice des insensés 3.

3

Et comme alors il y avait beaucoup de savants qui pensaient qu'ils avaient compris Dieu et même sa puissance, sa sagesse et ses opérations, Salomon seul a dit qu'il est impossible à l'intelligence des créatures et des êtres charnels de comprendre Dieu : J'ai dit, écrit-il, j'acquerrai la sagesse; mais elle s'est 10 éloignée de moi plus que l'éloignement lui-même. Qui trouvera la profondeur des profondeurs', c'est-à-dire qui pourra comprendre l'essence divine? Qui est l'homme qui pourrait entrer en jugement après le roi, et ensuite avec celui qui l'a créé ? Le ciel est haut, la terre est profonde, il n'y a pas de moyen de sonder le cœur du roi divin.

15

5

[ocr errors]

Bref, à sa vieillesse, il réunit tout le peuple près de lui et lui parla de la T 320". faiblesse de ce monde, en démontrant qu'il est passager et fugace avec ses

1. Prov., IV, 10. 2. Ecclés., III, 3. XXV, 3.

- 3. Ib., IV, 17.

- 4. Ib., VII, 23. 5. Tb., II, 12. 6. Prov.,

[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small]

plaisirs et que tout est vanité '. Et quand il conseille ce qui est meilleur, il dit: Crains Dieu et garde ses commandements; car Dieu fera venir en jugement tout ce qu'on aura fait avec tout ce qui est caché, soit bien, soit mal 2.

Les autres prophètes, eux aussi, fondèrent des écoles, ainsi que nous l'apprend l'histoire du bienheureux prophète Élisée. Celui-ci, d'après la 5 tradition de son maître Élie, suivit la voie de ses prédécesseurs, et enseigna longtemps ce qui était nécessaire dans l'école qu'il avait fondée. L'Écriture le dit clairement : Les fils des prophètes dirent à Élisée : Voici maintenant que le lieu où nous sommes assis devant vous est trop étroit pour nous. Allons-nous-en maintenant jusqu'au Jourdain et nous prendrons de là chacun 10 une pièce de bois, et nous bâtirons là un lieu pour y demeurer, et vous aussi vous viendrez avec nous. Et il répondit: Allez le faire, et moi aussi je viendrai avec vous. L'Écriture sainte montre par ces paroles que c'est une école que fondèrent dans le désert les fils des prophètes; et c'est pour se recueillir et échapper au bruit du monde, et pouvoir ainsi recevoir plus facilement les 15 leçons de leur maître, qu'ils sortirent au désert.

Pour ne pas être trop prolixe par notre parole, nous passerons sous silence

[blocks in formation]
[ocr errors][merged small][ocr errors][subsumed][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

toutes les autres assemblées que formèrent les autres prophètes, pour arriver aux assemblées que réunirent les philosophes païens. * Ceux-ci s'efforcèrent T 320'. d'imiter les assemblées judaïques; mais, comme le fondement de leur instruction n'était pas placé sur la vérité de la foi, et qu'ils ne prirent pas comme point de départ le principe de la sagesse, qui est la crainte du Seigneur, ils s'écar tèrent complètement de la vérité. Car, ayant tout comparé selon l'ordre de la nature, ils n'ont pu rien comprendre'; et se disant sages, ils sont devenus insensés parce qu'ils ont adoré et servi les créatures plus que le Créateur 2.

Le premier qui forma des assemblées à Athènes, ce fut Platon; on rap10 porte de lui qu'il avait plus de mille élèves. Aristote lui-même était dans son école. Un jour qu'il donnait des leçons à ses disciples, ayant remarqué qu'Aristote était absent, il dit : « L'ami de la sagesse est absent; où est le chercheur de la belle? J'en ai mille, et un seul me fait défaut; un, pour moi, est plus que mille. »

15

Platon, quoiqu'il ait parlé justement de Dieu, qu'il ait dit de son Fils unique que, comme Verbe, il est engendré de Lui, c'est-à-dire de sa substance, et que l'Esprit-Saint est la vertu personnelle qui procède de Lui, toutefois,

-

1. Cette phrase me parait bien obscure; je lui ai donné le sens qui m'a semblé le plus probable. 2. Rom., 1, 22, 25. 3. Voir S. Augustin, De Civil. Dei, 1, XI, c. xxv et 1. VIII, c. iv et seq.; Théodoret, Thérapeut., I, 2; Rohrbacher, II, liv, XX.

[merged small][ocr errors][merged small][merged small]
[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]

* T 321".

2

ayant été interrogé par ses concitoyens, s'il fallait ou non respecter les idoles,
Platon, dis-je, leur répondit affirmativement : « Il faut, dit-il, sacrifier un
coq
blanc à Esculape '. » Ayant connu * Dieu, il ne le glorifia pas comme Dieu
ct ne lui rendit pas grâces; mais il s'égara dans de vains raisonnements, et
son cœur, dépourvu d'intelligence, fut rempli de ténèbres et ne comprit pas.
(Il enseigna la métempsycose) : l'âme, dit-il, habite tantôt dans les rep-
tiles, dans les animaux, tantôt dans les oiseaux, ensuite dans l'homme, puis,
après avoir pris la forme des anges et s'être enrôlée dans leur hiérarchie,
elle se purifie et retourne à sa céleste demeure. Il enseigna encore, comme
les manichéens, la communauté des femmes.

Après sa mort, il eut pour successeur Aristote; celui-ci contredit l'enseignement et la tradition de son maître, pour faire valoir le sien. Entre autres absurdités qu'il divagua, il enseigna que l'économie et la providence de Dieu ne disposent des créatures que jusqu'à la lune. Quant aux autres créatures, il en confie le gouvernement aux Principautés.

Il y eut encore des assemblées à Babylone des Chaldéens, où l'on enseigne depuis longtemps sept (planètes) et douze constellations (signes du zodiaque). 1, Ici, l'auteur semble confondre Platon avec Socrate. 2. Rom., 1, 21.

10

15

[merged small][subsumed][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Il y eut aussi des écoles dans les Indes et en Égypte, dont il nous serait difficile d'exposer les erreurs.

Épicure et Démocrite formèrent des assemblées à Alexandrie; ils enseignèrent que ce monde est éternel et existe par lui-même : « Il avait

[ocr errors]
[ocr errors]

d'abord, dirent-ils, des corps fins, qui, à cause de leur extrême finesse, se T 321'. dérobent aux sens; et ils les désignent sous le nom d'atomes immatériels. Toutefois, ajoutent-ils, ces atomes n'ont ni âme, ni raison, ni commencement, ni génération, ni fin, tant ils sont nombreux. »

Il y eut encore une assemblée de ceux qui sont désignés sous le nom o de Physiciens, qui prétendaient, entre autres choses, que les éléments inorganiques étaient les principes de l'univers; ils. niaient par conséquent l'existence de Dieu et de la Providence, disant que celui qui est fort pille et que celui qui est faible est pillé.

15

Pythagore, quoiqu'il ait enseigné l'unité de Dieu, la création et la Providence, měla toutefois bien des erreurs à ces vérités.

Zoroastre ', mage perse, fonda, lui aussi, une école en Perse, au temps

ܪ ܕܠܣܞ ܦܠ ܐ ܪܐܢܩ ܝ : jܐܨܣܦ ܝ :jܕܠܡܞܫ : Ce nom s'écrit de plusieurs manières en persan .1 ه تشت زرادوشت Il ponrait dériver de .ܢܟ ܟܐܠܩ ܫ : Aj ܝ : ܪܝܩܠ : ܪ܃ ܝܝ ܪ ܨܨܘ ܣܫ : ܨܨܐ ܕܩ ܝ زره ه دشت : رتشت زردشت زره

, qui signifie union en persan, et du lac de Zéreh, où, d'après la légende Mazdéenne, fut recueilli le germe de Zoroastre (Inscrip. Mand. des coupes de Khouabir, par H. Pognon, p. 162, note 1). Il pourrait encore signifier l'or de prairie,j, ou bien la splendeur de prairie.

« PreviousContinue »