Page images
PDF
EPUB
[graphic]

en général pour étudier les titres, les institutions, I tombe en fievre hectique ou en chartre, ou en mal
les usages du moyen âge. || 3° Terme de commerce. caduc, PARE, XXIII, 44. Je plainds plusieurs gen-
Charte partie, acte qui constate le louage de tout tilshommes qui, par la sottise de leurs medecins,
ou partie d'un navire. Nous ne fûmes pas plutôt ar- se sont mis en chartre tous jeunes et entiers, MONT.
rivés qu'on nous demanda notre charte partie, qui Iv, 264.
es si nécessaire à la mer, que tout homme qui na-
vigue sans l'avoir est pendable, RETZ, IV, 330.
Ce mot vient d'un ancien usage: au lieu de faire
le double de l'acte, on le coupait en deux parties,
dont les deux contractants gardaient chacun une.
Partie est ici le participe passé du verbe pártir,
partager.

HIST. XI 8. Les naifs [serfs natifs] qui departent de leur terre ne deivent cartre faire, Lois de Guill. 33. Il est escrit es cartres et es brefs, Ch. de Rol. cxxv. Il fist la chartre au moustier de Laon, ib. CLIN. Faites faire errament Vos chartres et vos briés [brefs] à clerz bien escrivanz, Sax. XXI. Vous porterez ma chartre où li seax d'or pend, ib. XII s. Vos et vostre pere lor avés juré leur convenances à tenir; il en ont vos chartres, VILLEH. XCIV. Amors de la chartre leue A si la novele espandue Que ja mès n'iert hons de vaillance Qui ne s'acort à la sentence, la Rose, 20881. Autant vaut fours qui ne cuist, comme chartre qui n'est uzée, BEAUM. L, 1. Cil qui ont tex manieres d'uzages monstrent par chartre que le [la] coze lor fust otroiée par le segneur du liu, D. XXIV, 7. || XV S. Car estoient en la Gascongne trop anciennement chartes et privilegies du grand Charlemaigne, FROISS, liv. 1, p. 263, dans LACURNE. Et prenans la piece d'une chartre, escripvirent à Joseph, disans: Paix soit à toy et à ceux qui sont avec toy, Perceforest, t. vi, f 124. ETYM. Provenç. espagn. et ital. carta; du latin charta, du grec xáptns, papier. Dans la forme chartre, Ir vient d'une assimilation fautive avec chartre, prison.

ETYM. Génev. charte; espagn. carcer; ital.
carcere; du latin carcerem, prison.
CHARTRE, EE (char-tré, trée), adj. Qui a
une charte, un privilége, un droit. Villes char-
trées.

HIST. XV S. Nous tenir ens es franchises anciennes, dont nous sommes chartrés et bullés, FROISS. II, II; 240.

ETYM. Chartreux.

CHASSE (cha-s'), s. f. 1 Action de chasser, de poursuivre les animaux pour les manger ou les détruire. La chasse au vol ou du vol. Chasse à courre. Chasse au tir, au tiré; on dit dussi : la chasse à tir. Mettre ses chiens en chasse. Pays de chasse. Chien de chasse. Permis de chasse. Rendez-vous de chasse. Chasse aux chiens courants, au lévrier, à l'oiseau. Partie de chasse. La chasse du renard. Ils s'en allaient à la chasse. Au retour de la chasse. L'aigle donnait la chasse à mattre Jean Lapin, Qui droit à son terrier s'enfuyait au plus vité, LA FONT. Fabl. II, 8. N'ai-je pas bien servi dans cette occasion, Dit l'âne en se donnant tout l'honneur de la - ETYM. Chartre 1. chasse? ID. ib. II, 19. || Grande chasse, ou chasse à la CHARTREUSE (char-treû-z'), s. f. 1 Couvent grande bête, celle qui comprend le cerf, le daim, de chartreux. Moins au courant des progrès de l'es-le chevreuil, etc. || Habit de chassé, costume porté prit que les moines enfermés dans les cellules des par les chasseurs qui accompagnent le roi, l'empechartreuses, DIDER. Sur l'hist. du Parlement. || 2° Pe-reur, les princes, les grands seigneurs. | Rompre tite maison de campagne isolée. || 3° Terme de cul- la chasse, troubler la chasse ou même l'interromsine. Mets composé de plusieurs légumes. || 4 Va- pre. || Chasse volante, poursuite que, d'après une riété de tulipe. || 5° Sorte de liqueur, composée par opinion superstitieuse, les démons font des âmes après les moines de la Grande-Chartreuse (près de Gre- la mort. || Fig. Donner la chasse, poursuivre, courir noble) avec les plantes aromatiques des montagnes sus, repousser. Donner la chasse aux ennemis. et de l'eau-de-vie. Donnant la chasse aux Tartares, sÉv. 229. M. de Grignan donnera la chasse à ces démons, ID. 548. CHARTREUX (char-trea), s.m. || 1° Religieux de Il donne la chasse aux vices, Boss. Union. Que me l'ordre fondé par saint Bruno en l'an 1080. Les règles faudra-t-il faire? Presque rien, dit le chien: donner des chartreux sont très-sévères. Le jeune et le silence la chasse aux gens Portant bâtons et mendiants, continuel, l'abstinence de chair même dans les Flatter ceux du logis, à son maître complaire, LA grandes maladies, la clôture perpétuelle et le cilice FONT. Fabl. 1, 5. || 2° Etendue de terrain pour la qu'ils ne quittent jamais, des prières pendant une chasse. Ce propriétaire a une belle chasse. Les partie du jour et de la nuit, telles sont les princi- chasses royales. [ 8° Le gibier pris ou tué à la chassé. pales parties de la discipline des chartreux. Il y a Je vous ferai manger de ma chasse. Faire bonne, quelques couvents de religieuses chartreuses. Les mauvaise chasse. Il 4° Les chasseurs, l'équipage de chartreux sont les premiers qui prirent des frères la chasse. Suivre la chasse. La chasse a passé par. lais pour les services extérieurs. | Poudre des char-là. || 5o Terme de musique. Air ou fanfare de chasse, treux, kermès minéral. || 2° Chartreux, ou, adjecti- air à 6/8, d'un mouvement vif, composé pour les vement, chat chartreux, chat d'un gris bleuâtre. trompes ou cors de chasse, c'est-à-dire dans le mode | 8° Espèce de champignon de la couleur du chat majeur, et revenant particulièrement sur les notes chartreux. de l'accord parfait. Sonner une chasse. || Symphonie, ouverture, chœur, dont les effets tendent à imiter l'action d'une chasse. || 6° Termé de marine. L'espace que peut avoir, autour de lui ou au-dessous dé lui, un bâtiment en mouillage. | Chasse de proue, les canons qui sont placés à l'avant du vaisseau. || Donner chasse, poursuivre un navire. || Soutenir la chasse, seconder le vaisseau qui la donne; CHARTRIER (char-tri-é; l'r ne se lie jamais; au fuir aussi vite qu'on est poursuivi. || Prendre chasse, pluriel l's se lie: les char-tri-é-z et les chartes), s. fuir à toutes voiles pour se dérober à la poursuite. ETYM. Charrette, par l'ancienne forme char- m. 1° Lieu où l'on conservait les chartes du royaume,||| Appuyer une chasse, poursuivre vigoureusement. retil; picard, carti; Berry, chârtil, chartiou; Sain-d'une abbaye. || 2° Recueil de ces chartes. Richard || Lever, abandonner la chasse, cesser de poursui tonge, chartis. enleva à Philippe-Auguste son chartrier qui le suivre. [ Maintenir, continuer la chasse, continuer à vait partout, VOLT. Mours, 50. || 3° Celui qui était poursuivre. || 7° Facilité qu'a une voiture de se porpréposé à la garde des chartes. Qu'un vieux ter plus ou moins en avant. Ce cabriolet a peu de carme Chartrier Ait pour arme L'encrier, v. HUGO, chasse. || Espace où le jeu de certaines pièces d'un Ball. xii. métier peut s'exercer en liberté. || Dans une lunette, toute la corne où le verre est enchassé. || 8° Terme de jeu de paume. Le lieu où la balle finit son premier bond. Chasse au pied de la muraille, ou, simplement, chasse au pied. || Chasse morte, coup perdu. Fig. et familièrement, chasse morte, affaire commencée que l'on ne poursuit pas. || Fig. Marquer une chasse, relever une parole, une circonstance dont on veut faire son profit. || 9° Terme de ponts et chaus1. CHAS (châ; I's se lie: un châ-z étroit), s. m.sées. Ecoulement rapide de l'eau pour chasser ce qui 1 Trou d'une aiguille. || 2° Instrument de maçon, obstrue un chenal ou une rivière. || Ecluses de chasse, qui est une plaque carrée de métal, percée d'un écluses destinées à nettoyer un bassin, un chenal. trou par lequel passe le fil auquel on suspend un || 10° Huîtres de chasse, les hultres apportées par les plomb. chasse-marée. || 11° Terme de pêche. Filét tendu sur des piquets. || Chasse ouverte, verveux auquel on ajoute un filet horizontal tendu d'une aile à l'autre.

† CHARTIL (chár-ti; l'l est toujours muette), s.m. 1o Le corps d'une charrette. || 2° Appentis qui sert de remise dans les basses-cours pour les charrettes, les charrues et les autres instruments de campagne. Emplissant à milliers Greniers, granges, chartils et caves et celliers, REGNIER, Sat. xv.

-HIST. XIII S. Fourches, fleaus, restiaus, fauches, ne doivent riens de tonlieu, ne charetil, ne chevron dolé, Liv. des mét. 323. Si me jetent el charretil, Ren. 4167. Cil saillirent au charretil Où il cuidierent Renart prendre; Mais il ne volt pas tant atendre, ib.

CHARTISME (char-ti-sm'), s. m. Doctrine des chartistes qui a un caractère socialiste.

CHARTISTE (char-ti-st'); s. m. Les chartistes, parti anglais formé récemment, et réclamant l'adoption d'une charte démocratique qu'il a rédigée et qui contient des réformes sociales. || Chartiste s'est dit aussi, en Portugal, de ceux qui étaient partisans de la charte de Don Pedro contre Don Miguel. ETYM. Charte.

[ocr errors]

† CHARTOGRAPHE (kar-to-gra-f'), s. m. Celui qui s'occupe de chartographie. On écrit plus souvent cartographe.

+ CHARTOGRAPHIE (kar-to-gra-fie), s. f. Voy.

CARTOGRAPHIE.

HIST. xv s. Entre chartreux ou reclus A-il point fait sa retrete? CH. D'ORL. Rond.

ETYM. Cartusiensis, de Catursiani montes, nom des montagnes où ces religieux se sont d'abord établis, ou de Catorissium, Caturissium, Chatrousse, nom du village du Dauphiné auprès duquel fut fondé leur premier monastère.

ETYM. Chartre 1. Dans l'ancienne langue, chartrier a aussi signifié geolier, venant de chartre 2.

CHARYBDE (ka-ri-bd'), s. m. Gouffre situé dans le détroit de Sicile, vis-à-vis d'un écueil appelé Scylla. | Fig. Tomber de Charybde en Scylla, n'échapper à un mal que pour tomber dans un autre. ETYM. Charybdis, en grec Xápv6ois.

† CHARTON (char-ton), s. m. Voy. CHARRETON. 1. CHARTRE (char-tr'), s. f. Voy. CHARTE. 2. CHARTRE (char-tr'), s. f. ||1 Prison. Cette chartre est faite de façon Que.... LA FONT. Diable. HIST. XIV s. A Jehan Cossart donnons un chas || Il est vieux. Usité encore dans cette locution: Tenir de maison avec la place derrieres, DU CANGE, chas en chartre privée, séquestrer une personne sans auto-sum. Et après se ala coucher en une petite chambre torité de justice. 2° Nom vulgaire du carreau ou atrophie mésentérique, cette maladie retardant le développement et tenant le petit malade comme en une chartre, en une prison. Tomber en chartre. Etre en chartre.

tenant au dit chas ou cuisine, ID. ib. || XVI s. [Le puissant du monde] Rare exemple de Dieu, quand, par le chas estroit D'une aiguille, il enfile un cable qui va droit, D'AUB. Tragiques, Iv, les Feux. ETYM. Picard, case, trou d'aiguille. Chas est HIST. XII s. Que, se li clers forfait à perdre le masculin de chasse, signifiant ce qui enserre, sun mestier, Face le sis prelaz en sa chartre lan-enclôt, entoure; et chasse venant de capsa, chas cier, Th. le mart. 34. || XII s. Puis li liast on poins vient du bas-latin capsum, capsus, qui est le même et piez, Si fust jetez trestoz liez En la chartre ou que capsa. Chas de maison, de l'ancien français, en la jeöle.... Ren. 8603. Cil que l'en met en char- signifie une clôture. tre oscure, Et en vermine et en ordure, la Rose, 2623. C'est [l'amour] chartre qui prison (prisonnier] soulage, Printems plains de fort yvernage, ib. 4343. Lors, se vous ne voulez ce croire, Quand il ara sur vous victoire, Sans retour en sa chartre noire Au feu d'enfer ardoir irez, J. DE HEUNG, Cod. 93. || xvs. Et par sentence fut privé de tous ses benefices et mené en un tombereau, mitré et condamné en chartre perpetuelle êt au pain, JUVEN. Charles VI, 1418. | VIS. Pour retirer aucuns de la chartre des vices: SLEIDAN, 19: Si on en rechappe, le malade

2. CHAS (chá), s. m. Colle à l'usage du tisserand. || Colle d'amidon qu'on tire du grain par expression.

+ CHASSABLE (cha-sa-bl'), adj. Qui est bon à
chasser.

HIST. XIV s. Tu congnoistras le jeune cerf de
la biche par les traces, et aussi le grand cerf du
jeune, et s'il est chaçablé ou non, Modus, fo vII,
verso. C'est le signe qu'il soit cerf chaçable et cerfà
dix cors, Modus, fo vin:
ETYM. Chasser

et aussi

12° Charge de poudre qui, mise au fond d'une pièce d'artifice, la chasse. || Terme de chimie. Feu de chasse, feu violent dans un fourneau. || 13° Maconnerie qui garantit le verrier de l'action du feu.

Partie d'une balance, au milieu de laquelle est placée l'aiguille. || Partie du métier de tisserand qui frappe la trame après chaque coup de navette. | Sorte de niveau à l'usage du maçon. Chasse à parer, outil pour finir une surface plane. | Chasse carrée, sorte de marteau à deux têtes. || 14° Terme d'imprimerie. Nombre de lignes qu'une page d'impression a de plus qu'un certain modèle donné. Proverbe. Qui va à la chasse perd sa place.

HIST. XII s. Trèsqu'à la porte est la chace [de l'ennemi] durée, Ronc. p. 446. || xnie s. Et lors orentil plus grant bataille, et tous retindrent avoec eus cels qui venoient en la chace qu'il porént retenir, VILLEH. OXLIV. Droit au Mans le roy [l] mene, s'a la chace laissie, Berte, cxIx. Cresus se mist tantost en fuie, Quant il se vit seul en la place, Sans encombrement et sans chace, la Rose, 6624. Mès amurs si forment m'atire, Que pár tretous mes pensers

[ocr errors]

R

+ CHASSE-CARRÉE, s. f. Voy. CHASSE CARRÉE, au mot CHASSE, no 13.

+ CHASSE-CHIEN (cha-se-chijn), s. m. Portier, bedeau. || Au plur. Des chasse-chien ou chassechiens.

mouches. || 2° Filet à cordelettes pendantes dont on
garnit les flancs des chevaux pour les garantir des
mouches. || Au plur. Des chasse-mouche ou chasse-
mouches.

+ CHASSE-MULET (cha-se-mu-lê), s. m. Valet de
meunier. | Au plur. Des chasse-mulet ou chasse-
mulets.

+ CHASSE-NOIX (cha-se-noî), s. m. Outil d'armurier, espèce de chasse-goupille. Au plur. Des chasse-noix.

parties.

chace, Cum cil qui partout a sa chace, Et tous jors
tient mon cuer sous s'ele [sous son aile], ib. 4652,
|| xv s. Finalement, les archers qui là estoient
furent deconfits et mis en chasse, FROISS. I, I, 31.
Tandis qu'ils s'entretenoient en tel point, il vint
accourant sur eulx une chasse [troupe] de douze +CHASSE-COQUIN (cha-se-ko-kin), s. m. Populai-
chevaliers dont ils ne se donnoient garde, Perceforest, rement, bedeau. Ce Boileau qui fut autrefois Le
t. 1, f 139. Toutefois feist il tant de prouesses sur chasse-coquin du Parnasse, N'est plus sur l'Hélicon
Salphar que desmonté l'eust, se ne fust esté Lucides françois Ce Boileau qui fut autrefois; Phébus, le
qui adviséement tourna une chasse sur eux qui par voyant aux abois, Dit aux muses vite, qu'on
force les feist departir, ib. t. VI, fo 36. Il scet trop de chasse Ce Boileau qui fut autrefois Le chasse-co-
+CHASSE-PARTIE (cha-se-par-tie), s. f. Accord
chasse qui a esté veneur, LE ROUX DE LINCY, Prov. quin du Parnasse, Ancienne épigramme contre Boi- par lequel les aventuriers règlent ce qui doit reve-
t. II, p. 78. Il rencontra le comte de Peraude....leau. || Au plur. Des chasse-coquin ou chasse-coquins.nir à chacun pour sa part. || Au plur. Des chasses-
auquel il donna la chasse, Bouciq. 1, ch. 29. CHASSE-COUSIN (cha-se-kou-zin), s. m. || 1o Mau-
|| XVI s. Ilz donnoient la chasse à quelques galeres vais vin, ou tout ce qui est propre à éloigner les pa-
d'Athenes, AMYOT, Alc. 56. Il y avoit force arbalestes rasites. || 2° Fleuret ne pliant pas, qui est propre à
de courte chasse pour assener de près, ID. Marcel. bourrer ceux qui font assaut. | Au plur. Des chasse-
25. Six grandes coulevrines de dix-huict pieds de cousin ou chasse-cousins.
chasse, pour battre aux deffenses, CARL. VII, 7.
Bref la chasse au poisson me seroit le plaisir Sur
tous autres plaisirs que je voudrois choisir, R. BEL-
LEAU, Bergeries, t. 1, p. 115, dans LACURNE. Il n'est
chasse que de vieux chiens, LE ROUX DE LINCY, Prot.
t., p. 73. Il ne nous advint jamais de parler des
Jesuites, car lors c'estoit une chasse morte, ou,
pour mieux dire, saincts qu'on ne festoit nullement,
PASQUIER, Lettres, t. II, p. 669, dans LACURNE.

– ÉTYM. Voy. CHASSER; bourguig. chaisse; picard, cache; provenç. cassa; espagn. caza; portug. caça; ital. caccia.

CHÂSSE (châ-s'), s. f. || 1o Sorte de boîte ou de coffre qui contient les reliques d'un saint. On fit promener dans Paris la châsse de sainte Geneviève, VOLT. Louis XIV, 5. J'ai brûlé trois cierges de cire Sur la chasse de saint Gildas, v. HUGO, Ball. 6. || 2o Sorte de manche composé de deux lames mobiles réunies seulement vers la partie qui tient à la lame de l'instrument. La châsse d'une lancette. || Monture servant d'encadrement. La châsse d'un verre de lunette. || La chasse d'une balance, le fer qui soutient le fléau. || Terme d'orfévrerie. La partie de la boucle où est le bouton.

HIST. XII s. Je vous dorrai tot le tresor de l'arthe; Ne demorra [restera] ne galice ne chasce, Li coronemens Looys, v. 450. Li casse où li saintuaire ert, rendi si grant odor, que il sembla à tous que paradis fut ouvers, LABORDE, Émaux, p. 209.|| XIII s. Cil dui piler d'ivire estoient Moult gent, et d'argent sostenoient Une ymagete en leu de chasse, la Rose, 21000. Puisqu'elle fu mise en la chasse, RUTEB. II, 223. xv s. Pour l'ouvrage et faczon d'une chasse et fierte d'argent, verée et ouvrée à ymages de appoustres, à pinnacles et tabernacles pour mettre les reliques de Monsieur saint Mallou, LABORDE, ib. p. 209. XVI S. Figure de deux bistories courbées, dont l'une est ouverte, l'autre enfermée dans son manche ou chasse, PARÉ, VI, 8.

ETYM. Berry, châsse, bierre, cercueil; du latin capsa (voy. CAISSE).

- ETYM. Chasser, écarter, et cousin, dit ici pour celui qui abuse du titre de parent pour s'inviter trop souvent.

+ CHASSE-CRAPAUD (cha-se-kra-pô), s. m. Engoulevent, oiseau. || Au plur. Des chasse-crapaud ou chasse-crapauds.

[ocr errors]

ETYM. Chasser, et crapaud, à cause de la chasse
qu'il donne aux crapauds.

+ CHASSE CROISÉ (cha-sé-croi-zé), s. m. Pas
figuré par lequel le cavalier fait un chassé à droite et
ensuite un déchassé en passant derrière sa danseuse,
et celle-ci fait devant son danseur le chassé à gau-
che et le déchassé à droite. Le chassé-croisé occupe
8 temps ou 4 mesures. || Fig. et dans le style fami-
lier et moqueur, chassé-croisé, se dit en termes de
théâtre, de quatre personnages divisés en deux cou-
ples, qui font l'un par rapport à l'autre exactement
la même chose. Ce mot se prend surtout en parlant
de situations déjà connues et dont on est rassasié.
Chassé-croisé se dit aussi des gens qui s'arran-
gent pour ne faire que changer de places, d'em-
plois. Le changement du ministère ne fut qu'un
chassé-croisé.
- ETYM. Chassé, et croisé.

[ocr errors]

ETYM. Partie est ici le participe passé du verbe partir, partager: chasse partagée.

+ CHASSE-PIERRES (cha-se-piê-r'), s. m. Appareil fixé en avant des roues d'une locomotive sur un chemin de fer pour écarter ce qui fait obstacle. ||| Au plur. Des chasse-pierres.

+ CHASSE-POIGNÉE (cha-se-poi-gnée), s. f. Outil pour chasser la poignée d'une épée sur la soie de la lame. Au plur. Des chasse-poignée ou chasse-poignées.

[ocr errors]

+ CHASSE-POINTE (cha-se-poin-t')
s. f. Outil
pour chasser les pointes ou goupilles d'un ouvrage
quelconque. || Au plur. Des chasse-pointe ou chasse-
pointes.

+ CHASSE-PUNAISE (cha-se-pu-nê-z'), s. f. Nom
de la cimicaire. || Au plur. Des chasse-punaise ou
chasse-punaises.

s'en

CHASSER (cha-sé), v. a. || 1o Poursuivre le gibier, les bêtes fauves, pour les tuer ou les prendre. Chasser le renard. | Il se dit aussi des animaux qui poursuivent une proie. Le lion chasse les gazelles. L'aigle chassant les oiseaux, les lièvres et les lapins. || 2° Terme de marine. Chasser un navire, lui donner chasse, le poursuivre. || Chasser la terre, approcher. || 3o Faire marcher devant soi, pousser en avant. Chasser les sangliers dans les toiles. Par extension, chasser l'ennemi devant soi, le forcer à se retirer, le poursuivre. || Pousser en avant. Le vent chasse la pluie, la neige de ce côté. Qu'ils soient comme la poudre et la paille légère Que le † CHASSE-DIABLE (cha-se-dia-bl'), s. m. Un vent chasse devant lui, RAC. Esth. III, 3. || La poudes noms du millepertuis. || Au plur. Des chasse-dre chasse le plomb. Il eût fallu 150 livres de poudre diables.

+ CHASSÉ-DÉCHASSÉ (cha-sé-dé-cha-sé), s. m. Voy. CHASSEZ-DÉCHASSEZ.

·† CHASSE-ENNUI (cha-san-nui), s. m. Ce qui est
propre à chasser l'ennui. Le vin est parfois un bon
chasse-ennui. | Au plur. des chasse-ennui.
+CHASSE-FLEUREE (cha-se-fleu-rée), s. f. Plan-
che qui sert au teinturier à écarter l'écume de la
surface de la cuve. || Au plur. Des chasse-fleurée
ou chasse-fleurées.

ETYM. Chasser, écarter, et fleur (d'écume).
+ CHASSE-GOUPILLE (cha-se-gou-pi-ll', mouil-
lées), s. m. Outil d'armurier. || Au plur. Des chasse-
goupille ou chasse-goupilles.

ETYM. Chasser, pousser, et goupille.
† CHASSÉ-HUIT (cha-sé-uit'), s. m. Voy. CHASSEZ-
HUIT.

CHASSELAS (cha-se-lâ), s. m. Raisin blanc es-
timé pour sa délicatesse.

1. CHASSE, EE (cha-sé, sée), participe passé.
1° Poursuivi par les chasseurs. Sangliers chassés
et pris. || 2o Expulsé. Hippias est chassé, la tyrannie
des Pisistratides est entièrement éteinte, Boss. Hist.
1, 8. Son père, chassé, au berceau, du palais des
rois et de sa patrie, dont il avait été reconnu l'hé-
ritier légitime, VOLT. Louis XV, 25. | Fig. La ti-même. || Familièrement. Aller un train ou d'un
midité chassée par le besoin. || 3° Renvoyé. Un do-
mestique chassé par son maître.

CHASSE-MARÉE (cha-se-ma-rée), s. f. || 1° Voi-
ture qui transporte le poisson de mer. || Le voiturier

train de chasse-marée, aller fort vite. || 2° Sorte de
bâtiment côtier, ponté et à deux mâts. || Au plur.
Des chasse-marée.

pour chasser de tels boulets, VOLT. Mœurs, 91.
| Chasser un clou, le faire sortir avec un marteau
de l'endroit où il est entré. | Chasser à force, ou,
simplement, chasser, faire entrer de force. Chasser
à force un clou ou une cheville. Les tonneliers chas-
sent à force les cerceaux pour bien serrer les
douves. || Terme de manége. Chasser son cheval, le
porter en avant en serrant les jambes. || 4° Mettre
dehors, forcer de sortir, au propre et au figuré.
Chasser quelqu'un du sénat. La nuit nous chassa
de la forêt. Il fut chassé du théâtre au milieu des
sifflets. Chasser du corps un poison. Chassez les
craintes qui vous obsèdent. Les remèdes qui chas-
sent les fièvres. Vous pouvez, comme maître ab-
solu de son sort, Le servir, le chasser, le livrer
vif ou mort, CORN. Pomp. I, 1. C'est peu de t'avoir
fui, cruel, je t'ai chassé, RAC. Phèd. 11, 6. Puisque
c'est la chasser, Seigneur, je me retire, CORN. Ni-
com. III, 6. Son amour conjugal chassant le pater-
nel.... ID. ib. III, 7. Quel peril ou plutôt quel cha-
grin vous en chasse? RAC. Phèd. I, 1. L'ardeur de
s'enrichir chassa la bonne foi, BOIL. Épît. IX. Rien ne
peut chasser cette image cruelle, MOL. Psyché, 1, 4.
Chassez de vos regards la plainte et le reproche,
VOLT. Zaïre, II, 4. || Poétiquement. Le jour a trois fois
chassé la nuit obscure, RAC. Phèdr. 1, 3. || Ecarter ce
qui importune. Chasser les mouches. Le vinaigre
chasse le mauvais air. || Fig. En termes d'escrime,
chasser les mouches, parer au hasard. || 5o Congédier,
renvoyer une personne par mécontentement. Chasser
HIST. XVs. Se chevaulx à chasse marée Estiez, un domestique. || 6o V. n. Chasser au fusil, au furet,
+CHASSE-AVANT (cha-sa-van), s. m. Surveillant qui chascun jour sont las, S'estable aviez bien apres-au chien courant, aller à la chasse des animaux avec
des ouvriers dans les grands ateliers. || Fig. Ce-tée, Coucheriez vous à tout le bas [avec le bât]? un fusil, un furet, etc. Chasser à beau bruit. Chas-
lui qui excite les autres. | Au plur. Des chasse E. DESCH. Poésies mss. fo 439, dans LACURNE. D'une ser à cor et à cri. | Chasser au loup, au renard,
avant.
qui se fourre en ces trous, Sur le soir, quand la lune faire la chasse du loup, du renard. || Chasser bien,
luyt, Elle chasse les loups garous Et les chassema-se dit d'un chien qui se comporte bien à la chasse.
rées de nuyt, coQUILL. Droits nouveaux. || xviR s. Chasser de gueule, aboyer en parlant d'un limier,
Six jours après je la trouvay hors la porte Montmar- qui naturellement est secret. Se dit aussi d'un braqué
tre sus un cheval de bast, jambe deçà, jambe delà, ou d'un épagneul qui mène à la voix un lièvre ou un
qui rioit à gorge desployée, et s'en alloit avec les lapin. || Ce chien chasse de haut vent, il chasse contre
chassemarées, PARE, XIX, 25. Une [clochette] Pen- le vent. || En parlant des chiens, chasset le race,
dant au col, mal assurée, D'un cheval de chasse-chasser par race, par le fait de la race (de ici est pour
marée, R. BELLEAU, OEuvres, t. II, p. 69, dans
LACURNE.

2. CHASSE (cha-sé), s. m. Terme de danse. C'est d'a-
bord le mouvement par lequel on chasse (voy. CHAS-
SER); il ne prend qu'un temps ou la moitié d'une me-
sure comme le pas ordinaire. Chassé est aussi le
nom d'un pas figuré qui se fait de côté à droite ou
à gauche, dans lequel il y a un chassé au second
temps, et qui se termine par un assemblé. En ce sens
le chassé prend 4 temps ou 2 mesures.
ETYM. Chassé 1.

HIST. XVI S. Cela s'executa tellement quelle-
ment par les mains des soldats, qui avoient pour
chasse-avant les canonades, D'AUB. Hist. II, 368.

ETYM Chasser, pousser, et avant.
+CHASSE-BONDIEU (cha-se-bon-dieu), s. m. Mor-
ceau de bois qui sert aux scieurs de long à enfoncer
leur coin. Au plur. Des chasse-bondieu.

CHASSE-BOSSE (cha-se-bo-s'), s. f. Nom vul-
gaire de la lysimachie (lysimachia lutea, L.). || Au
plur. Des chasse-bosse ou chasse-bosses.

ETYM. Chasser, et bosse, à cause de la vertu qu'on lui attribue dans les contusions.

[merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

༼ས་

ETYM. Picard, cacheux; provenç. cassayre, cassador; espagn. cazador; portug. caçador; ital. cacciatore; du bas-latin cacciatorem (voy. CHASSER). L'ancien français chassere, provencal cassayre, est le nominatif et répond à cacciátor; chaceor et casl'ancien français, chassere, chaceor voulait souvent dire un cheval de chasse.

+ CHASSEZ-DÉCHASSEZ (cha-sé-de-cha-sé), s. m. Pas figuré par lequel après avoir fait un chassé de quatre temps à droite, on fait à gauche un chassé tout à fait symétrique qu'on appelle déchassé : ce pas s'appelle aussi à droite et à gauche.

[ocr errors]

ETYM. Chasser et déchasser. Pour l'orthographe du mot, voyez CHASSEZ-HUIT.

+ CHASSEZ-HUIT (cha-sé-uit'), s. m. C'est le chassé-croisé exécuté par les quatre couples à la fois; alors chacun dans le chassé et le déchassé se tourne vers le figurant qui vient à lui. Le chassezhuit termine souvent la dernière contredanse d'un quadrille.

ETYM. Chassez, huit. Le verbe est ici à l'impératif, parce qu'autrefois, quand le ménétrier annonçait les divers pas qui entraient dans une contredanse, il criait à haute voix : Pour finir chassez buit ou les huit.

Bertran de Cigaral, Iv, 1. || Fig. Donner la chasse, chassent les freslons d'entour leurs rousches, RAB. poursuivre pour prendre.... Les Delhys et les Slaves, Gar. 1, 40. Et y eust demouré quelque espace, Vils esclaves dressés à chasser aux esclaves, LAMART. n'eust esté que la peste les en chassa, ID. Pant. II, Harold, 34. Aux maris gaîment vous chassez; Pour 6. Je luy dis qu'il se levast soubs couleur de nous vousje suis trop jeune encore, BERANG. Passez j. filles. chasser [faire sortir], MONT. I, 95. Ceulx qui chassent Fig. et familièrement, chasser sur les terres d'au-les elephants.... ID. II, 176. En ces entrefaittes Tar-sador est le régime, et répond à cacciatorem. Dans trui, entreprendre sur les droits de quelqu'un, sur quinius fut chassé de son royaume, AMYOT, Publ. ses attributions. || Fig. et familièrement, cet homme 25. Les ennemis cesserent de les chasser et pourchasse bien au plat, il a bon appétit, il mange vo- suivre plus oultre ce jour là, 1D. Cam. 64. Ilz chaslontiers chez les autres. || Familièrement, leurs soient aux bestes sauvages avec des pieges et des chiens ne chassent pas ensemble, se dit de deux fosses, ID. Fab. 1. Leurs arcs chassoient la flesche personnes qui ne sont pas en bonne intelligence. avec une roideur et une impetuosité merveilleuse, 7 Terme de marine. Ce bâtiment chasse sur les ID. Crassus, 46. Le vent leur chassoit la pluye contre ancres, il les entraine, et leur fait labourer le fond. les visages, ID. Pomp. 19. Chasser aux blancs moyDans la nuit du 22 au 23, le bâtiment chassa surneaux [perdre son temps à poursuivre une chose son ancre, CHATEAUB. Itin. II, 80. || Cette ancre inutile], LE ROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 73. Par chasse, elle ne tient pas le fond de la mer. || Chasser la dite coustume locale le seigneur a droit que nuls à la côte, chasser sur un navire, se dit d'un bâti- meuniers estans en la ditte baronie ne peuvent ou ment que le vent ou le courant entraîne à la côte, doivent chasser et aller querir les bleds des sujets sur un autre bâtiment. || 8° Aller, avancer, venir. de la dite baronie, Coustumier général, t. II, p. 54. Les nuages chassent du N. O. || 9° Terme de métier. Mettant l'un des deux canons de son petit pistolet à Commencer à étendre l'or et l'argent avec un mar- l'endroit du pertuis, le deschargea tant heureusement teau. || 10° Terme de ponts et chaussées. Ouvrir qu'il chassa la bale au travers de l'estomach d'un des l'écluse de chasse. || 11° Cette voiture chasse bien, trois compagnons, Nuits de Straparole, t. II, p. 213, elle roule avec facilité. || Terme d'imprimerie. Rem- dans LACURNE. L'on ne peut mener chasser ou faire plir beaucoup d'espace avec peu de composition. Si paistre ses bestiaux sur l'heritage d'autruy sans congé vous chassez beaucoup, l'espace vous manquera. et licence, Nouveau coustumier gén. t. I, p. 450, || Occuper beaucoup d'espace, en parlant d'un carac- dans LACURNE. tère. Ce caractère chasse trop. || 12° Terme de danse. ETYM. Bourguig. chaissai; picard, cacher; C'est d'abord ramener un pied derrière l'autre qu'on wallon, chèsi; provenç. cassar; espagn. cazar; anc. avance aussitôt, comme quand les militaires chan-espagn. cabzar; portug. caçar; ital. cacciare. En gent de pied pour se mettre au pas; il ne faut pour partant des formes romanes, on est conduit à un cela qu'un temps ou une demi-mesure. Dans un se- verbe captiare qui leur correspond simultanément cond sens, c'est exécuter le pas figuré appelé chassé, et qui est une altération de captare (voy. CAPTER), lequel prend quatre temps. | 13° Se chasser, v. réfl. indiqué comme étymologie de chasser par Ménage Se chasser l'un l'autre, s'expulser réciproquement. et par Diez; en effet on trouve dans Du Cange, Les enfants de Cassandre se chassèrent les uns les captator, chasseur, captare, chasser, captatio, autres de ce royaume, BOSS. Hist. 1, 8. || Être pris chasse. à la chasse. Les alouettes se chassent au miroir. Proverbe. Bon chien chasse de race, c'est-à-dire on ne doit pas être surpris que le fils fasse comme son père. ....de race Communément fille bâtarde chasse, LA FONT. Fér. Je suis un peu coquet, tu n'es pas mal coquette.... Nous chassons tous de race et le mal n'est pas grand, REGNARD, le Distr. III, 3. Un clou chasse l'autre, c'est-à-dire un goût nouveau fait oublier les autres, et aussi en parlant d'une personne qui est supplantée par une autre, qu'une autre fait oublier. La faim chasse le loup hors du bois, c'est-à-dire la nécessité fait faire ce qui déplait, ce qui répugne.

+ CHASSE-RAGE (cha-se-ra-j'), s. f. Voy. PASSE-
RAGE. || Au plur. Des chasse-rage.
CHASSERESSE (cha-se-rè-s'), adj. féminin poéti-
que de chasseur. Une Diane chasseresse. Les nym-
phes chasseresses. || S. f. Une chasseresse.
ETYM. Chasseur.

[ocr errors]

+ CHASSE-RIVET (cha-se-ri-vè), s. m. Outil pour river les clous en cuivre. || Au plur. Des chasserivet ou chasse-rivets.

+ CHASSE-RONDELLE (cha-se- ron -de-l') ou CHASSE-ROUE (cha-se-roue), s. m. Outil de charron. Au plur. Des chasse-rondelle ou chasse-rondelles. + CHASSE-ROUE (cha-se-roue), s. f. Voy. CHASSE RONDELLE.

CHASSETON (cha-se-ton), s. m. Un des noms vulgaires du grand-duc.

CHASSIE (cha-sie), s. f. Humeur onctueuse et jaunâtre sécrétée sur le bord de chaque paupière par les glandes de Meibomius. Mme Panache, avec ses yeux pleins de chassie, ne voyait pas au bout de son nez, ST-SIM. 44, 9.

HIST. XIII S. Pur chacie prenez fenoil et airement, Ms. St-Jean. Il XVI s. Chassie baveuse et poignante, chassie seiche, PARÉ, XV, 5.

[ocr errors]

ETYM. Voy. CHASSIEUX. CHASSIEUX, EUSE (cha-si-eu, eu-z'), adj. Qui a de la chassie. Des yeux Encore bien flétris, rouges et chassieux, REGNIER, Sat. XI. || Substantivement. Un chassieux. Ce qui plaît à l'oeil sain offense un chassieux, RÉGNIER, Sat. v.

[ocr errors]

ETYM. Berry, chachioux, chassiour; espagr. cegajoso. Ménage, en indiquant l'espagnol cegajoso, a montré la vraie étymologie de chaceuols, signifian comme l'espagnol: qui voit mal. Cegajoso représente un latin fictif cæcaliosus; chaceuol représente cæcutiolus. Maintenant faut-il séparer chaceuol de chassie? Cela est difficile, du moment que chaceuol montre cæc changé en chac. Chassie viendra du latin cæcu tia, vue faible, de cæcus, aveugle, en vieux français, ciu. Chassie a donné chacius, chassieux.

HIST. XII s. Dous [deux] choses nous encombrevent, nostre oil si estoient chaceuols et oscur, et cil habiteveit en une lumiere où om ne puet aprochier, ST BERN. 526. || XII s. La celidoine me prenez, Od let de femme la mellez, Ceo garist les oilz chacius, Ms. St-Jean. Et li visages et li blans des iex seront pale et piers et cacieus, ALEBRANT, fo 16. || XIV S. Les yeulx chacieux, pleins d'ordure, J. BRUYANT, dans Ménagier, t. II, p. 6. || xv s. Cette vilaine alla jetter les yeux Sur un vieillard riche, mais chassieux, VILLON, Ball. || XVI s. Une sanie qui fait que les HIST. XIe s. Par vive force les en cacerent Franc, palpebres se glutinent de nuit ensemble, et les rend Ch. de Rol. cXXIII. || xпe s. Muetes de chiens lui chassieuses, PARE, XV, 11. Il est rare d'y veoir un donner pour chachier, Ronc. p. 3. Enz en un bois homme malade; et m'ont asseuré n'en y avoir veu erent [ils étaient] allé chacier, ib. p. 164. Hai me CHASSEUR, EUSE (cha-seur, seû-z'), adj. ||1° Qui aulcun tremblant, chassieux, esdenté ou courbé de Vous [me haissez vous], que tant vous travailliez chasse. Dircé les suit; Doris plus vive qu'elle, L'hon-vieillesse, MONT. 1, 236. Qu'aie [que j'ai] mari et de ci me chaciez? Roman-neur des bois, la chasseuse Doris, Passe de loin cero, p. 74. Et Challemaine d'Aix de la terre cha- Dircé, Nice et Chloris, MALFIL. Narcisse, ch. 1v. cier, Sax. VI. || XIII s. Car cil qui chace adès et || 2° S. m. et f. Il s'est dit grand chasseur, et nous a riens ne prent, Il emploie sa peine malement, priés tous Qu'il put avoir le bien de courir avec MATZNER, p. 82. Qui deux choses chace ne l'une ne nous, MOL. Fdcheux, 11, 6. Quel diable de plaisir l'autre prent, LE ROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 74. trouvent tous les chasseurs De se voir exposés à On dit pieça.... Que tex cache [cherche] le mal d'au- mille et mille peurs? ID. ib. On eut d'abord à comtrui, Que li max retourne sour lui, Bl. et Jeh. 3391. battre les bêtes farouches; les premiers héros se siEt tout au derriere il se tient, Pour desfendre les ba- gnalèrent dans ces guerres.... Nemrod, le premier teliers, Se nuls le chasse par derriers, ib. 4413. Mès guerrier et le premier conquérant, est appelé dans la faim qu'il avoit as denz, Qui en chasse le leu du l'Ecriture un fort chasseur, BOSS. Hist. 1, 2. || Fig. bois, Ren. 4909. Et pieça dist-on : Qui fuit, il trueve Mais quel est le chasseur de millions qui s'arrête? BALqui le cache, BEAUM. 56. Cil Guillaumes.... chassoit ZAC (le romancier), dans le Dict. de POITEVIN. || 3° Dol'autre jour Un lievre qui ert à sejour, RUTEB. 290. mestique occupé dans une terre à chasser pour Et le roy se loja à Iles dont il les avoit chaciés, son maître. | 4° Domestique en livrée de chasse, JOINV. 204. Se le roy de France nous envoioit main- qui monte derrière la voiture du maître. || 5° Se ditenant par ses messages à chascun cent mars d'ar- sait autrefois de soldats choisis entre les plus agiles gent, nous ne les chacerions pas hors, ID. 259. Il pour former une compagnie d'élite dans un bataillon. descendirent à pié et l'alerent trouver là où il chas- Aujourd'hui nom de certains corps de troupes soit aus bestes sauvages, ID. 235. || XIV s. Un chien d'infanterie et de cavalerie légère. Régiment de quant il chace bien, ORESME, Eth. IX, 15. Au temps chasseurs. Un chasseur d'Afrique. | Nom des compaque cil oisiau sauvage Chantent doucement maint gnies du centre dans la garde nationale. || 6° Terme langage, [j] Aloie seuls par un boscage Un cerf cha- de marine. Navire qui donne la chasse à un autre, çant, la Lande dorée. || xv s. Quand ceux de l'em-et, adjectivement, le vaisseau chasseur. || 7° Terme busche virent comment les François chassoient de pêche. Harengs de chasseurs, ceux que des alléges [poursuivaient], FROISS. II, II, 66. Les Allemans ne chasserent que ce soir et puis se retyrerent sans marcher après luy [à la défaite de Morat], COMM. V, . Autant vault celui qui chasse et rien ne prend Comme celui qui lit et rien n'entend, LE ROUX DE LINCY, t. I, p. 73 Seigneurs, dit le chevalier, vous chassez [cherchez] bien votre malheur; car se nous avions nos chevaulx, nous vous ferions danser avec elle, Perceforest, t. I, fo 67. Jehan de Humieres cacha [poursuivit] ce jour si avant, qu'il ne peut retourner, et fut enmené prisonnier dedens la ville, PIERRE DE TENIN, 1412. XVIe s. Comme aveilles

prennent des pêcheurs et livrent promptement au
commerce. || 8° Chasseuse, s. f. Araignée sans toile
qui prend sa proie à la course.

HIST. XI S. Les altres quatre [chevaux] chaceurs e palefreiz, Lois de Guill. 22. || XIII S. Sur un bon chaceour [cheval de chasse] le cerf il parsuivi, Berte, cvIII. Si s'ert vestuz e aturnez, Sur son chaceur est muntez, Lai del desire. || xv s. L'homme qui list et rien n'entend, Semble au chasseur qui rien ne prend, LA FONT. 608. || XVI s. Il depescha sa messe, laquelle il dit en chasseur, ayant le cœur à la mangerie, DESPER. Contes, LXXV.

CHASSIS (cha-si; I's ne se lie pas, absence de liaison que remarque Chifflet, Gramm. p. 216), s. m. | 1° Ouvrage de menuiserie servant d'encadrement. Châssis de chêne. Châssis de châtaignier. || Châssis de papier, châssis de verre, l'ouvrage de menuiserie après qu'il a reçu, dans de petites feuillures pratiquées à cet effet, les carreaux de papier ou de verre destinés à laisser passer la lumière. || Châssis dormant, l'encadrement des parties mobiles d'une fenêtre. | Châssis de paravent, bois sur lequel sont tendues la toile et le papier du paravent. | Châssis d'osier, clôture d'osier qu'on met devant des fenêtres pour empêcher que les vitres ne soient cassées à coups de pierre. || 2° Châssis d'un tableau, le cadre sur lequel on attache, on tend la toile. || 3o Terme d'écriture par chiffre. Papier découpé qu'on applique sur celui où l'on veut écrire, et par les ouvertures duquel on écrit des mots dispersés, qui contiennent le secret. || 4° Châssis d'imprimerie, cadre de fer dans lequel on serre les pages de composition. 5° Terme de jardinier. Vitrage qu'on met sur une couche. || 6° Bordure d'une table à couler le plomb. 7° Ce qui encadre, dans une construction, une ouverture perpendiculaire. || Bâti sur lequel est montée la porte d'un poêle. || Châssis de pierre, dalle de pierre qui en reçoit un autre en feuillure. || 8° Terme de chasse. Sorte de piége. 9° Terme de marine.

Partia de l'affût d'une caronade sur laquelle se place la semelle. || 10° Décoration de théâtre, coulisse. || 11° Châssis de serrurerie, l'assemblage des montants et des traverses d'une porte de fer. || Le bâti d'une rampe d'escalier.

[ocr errors]

manda l'en que en y receust celles qui vourroient | mes et des femmes. Madame, j'étais déjà si fort à fere contenance à vivre chastement, JOINV. 298. – ÉTYM. Chaste, et le suffixe ment; provenç. castament; espagn. et ital. castamente. · CHASTETE (cha-ste-té), s. f. || 1o Vertu des perHIST. xvs. Les fenestres et les huys du palais sonnes chastes. La chasteté dans le mariage. La ont mené si très grant batement à l'encontre des chasteté déjà, la rougeur sur le front, Avait chez les murailles et des chassis que plus de la moytié en humains reçu plus d'un affront, BOIL. Sat. x. || 2° Par gisent sur la chaussée, Perceforest, t. v, fo 14. extension, abstinence entière des plaisirs de l'aItem je laisse aux hospitaux Mes chassis tissus d'i-mour. Faire vœu de chasteté. Il faudra garder la raignée, VILLON, Petit testam.|| XVI s. De la mesme chasteté, BOSS. Var. 7. || 3° Fig. Correction, pureté. toille l'on fait des chassis, tendus avec des petits Chasteté de style, COSTAR, dans BOUHOURS, Nouv. clouds, sur bois leger,o. DE SERRES, 472. D'autres, rem. mieux entendus, reposent leurs fourmages sur de la toile claire, tendue roidement avec des petits cloux sur des chassis de bois, ID. 287, 288. De quoy feroit-on chassis? RAB. Pant. III, 49.

ETYM. Châsse; picard, cassis. CHASSOIR (cha-soir), s. m. Outil qui sert au tommelier à chasser les cerceaux sur la futaille.. HIST. XV S. Comme moi, tout bon buveur Au maillet et au chasseur Met les deux mains sans vergongne, Et s'employe de bon cueur A relier ses tonneaux, BASSELIN, L.

ETYM. Chasser.

[merged small][ocr errors]

vous que je pensais que vous deviez croire qu'il n'était pas besoin que vous me gagnassiez par des présents, ni que vous fissiez dessein de me prendre comme un rat avec un chat; néanmoins j'avoue que votre libéralité n'a pas laissé de produire en moi quelque nouvelle affection, et s'il y avait encore quelque chose dans mon esprit qui ne fût pas à vous, le chat que vous m'avez envoyé a achevé de le pren. dre et vous l'a gagné entièrement; c'est, sans mentir, le plus beau et le plus agréable qui fut jamais; les plus beaux chats d'Espagne ne sont que des chats brûlés au prix de lui, et Rominagrobis SYN. CHASTETÉ, CONTINENCE. La chasteté est même (vous savez bien, madame, que Rominagrobis une vertu morale qui prescrit des règles à l'usage est prince des chats) ne saurait avoir meilleure mine des plaisirs de l'amour; la continence est une autre et ne sentirait pas mieux son bien, VOITURE, Lett. vertu qui en interdit absolument l'usage. La chas- 153, à une abbesse qui lui avait fait présent d'un teté règne dans le mariage; la continence règne dans chat. Un homme chérissait éperdument sa chatte; les cloîtres. Il y a aussi cette différence que la chas- | Il la trouvait mignonne et belle et délicate Qui miauteté est cette vertu considérée en elle-même, et lait d'un ton fort doux, LA FÒNT. Fah. II, 18. La que la continence est la même vertu considérée par nation des belettes, Non plus que celle des chats, rapport à son opposé qui est l'incontinence: il peut Ne veut aucun bien aux rats, ID. ib. IV, 6. Mon fils, y avoir, dans un mariage chaste d'ailleurs, peu de dit la souris, ce doucet est un chat, Qui, sous son continence. minois hypocrite, Contre toute ta parenté D'un maHIST. XII s. Vous portiez le pris de beauté Etlin vouloir est porté, ID. ib. v, 5. Et quel fâcheux dél'enseigne de chasteé, Romancero, p. 60. || XIII s. mon, durant des nuits entières, Rassemble ici les Chasteé, qui dame doit estre Et des roses et des chats de toutes les gouttières? BOIL. Sat. VI. La péboutons, la Rose, 2858. Et Drois, et Chasteé et Fois dante au ton fier, la bourgeoise ennuyeuse, Celle s'enfoirent à cele fois, ib. 5409. || XIV s. La beauté qui de son chat fait son seul entretien, m. Sat. x. et la chasteté de Lucrece, BERCHEURE, fo 26, verso. Luxure est le pechié, la vertu contraire est chasteté, Ménagier, 1, 3. || xv s. Comment, parler.... Et de chasteé est-ce offense? Mir. de sainte Genevi. En icelle fontaine, pour soi rafreschir, se baignoit Diane, la deesse de chasteté, FROISS. II, m, 14. || xvi s. Il [Charles-Quint] aime la religion, justice et chasteté, SLEIDAN, fo 13.

ÉTYM. Provenç. castitat, castetat; espagn. castidad; portug. castitade; ital. castità; du latin castitatem, de castus, chaste.

CHASUBLE (cha-zu-bl'), s. f. Ornement que le prêtre met par-dessus l'aube et l'étole, pour dire la

messe.

CHASTE (cha-st'), adj. || 1o Qui s'abstient de tout amour illicite. Elevé dans le sein d'une chaste héroine, RAC. Phèd. IV, 5. C'est moi qui sur ce fils chaste et respectueux Osai lever un ceil profane, in- | cestueux, ID. ib. v, 7. Ses discours craints du chaste lecteur, BOIL. Art p. n. Ces mines qu'elles affectèrent durant toute la pièce firent dire de tous côtés cent sottises de leur conduite qu'on n'aurait pas dites sans cela; et quelqu'un même des laquais cria tout haut qu'elles étaient plus chastes des oreilles que de tout le reste du corps, MOL. Crit. 3. Ce Triphon, qui a tous les vices, je l'ai cru sobre, chaste, libéral, humble et même dévot, LA BRUY. VI. Sobres, chastes et purs, l'œil et l'âme attentive, Veillez; je suis tout proche et frappe à votre cœur, RAC. à Laudes, Ales. Cette chaste épouse du Fils de Dieu [l'Eglise], HIST. XшI s. Casule, dans le Glossaire de Lille, PASCAL, dans GIRAULT-DUVIVIER. || Les chastes sœurs, 22. Et par deseure tous les vestemenz li viesti on la les muses. Chastes nymphes du Permesse, BOIL. casure, qui doit iestre de pourpre vermelle, qui Namur. 2o En parlant des choses, qui est conforme senefie carité, Chron. de Rains, 104. Et m'estoit à la chasteté. Chastes feux, CORN. Hor. I, 1. Chaste avis que pluseurs prelas revestus le vestoient d'une amour, RAC. Brit. I, 1. Afin que nous commen-chesuble vermeille de sarge de Reins, JOINV. 299. cions, malheureux pécheurs, à verser sur nous-Et li vesques à ses deux mains Lui affubla une camêmes un torrent de larmes, et que, ravis des chas- suble, l'Escoufle. || XVIo S. Donner des calices ou tes attraits de l'innocence, jamais nous ne nous reliquiaires, acheter chasubles et autres paremens, lassions d'en pleurer la perte, BOSS. Marie-Thérèse. CALV. Instit. 882. Si, comme nos prédécesseurs, nous faisons nos chas- ÉTYM. Espagn. casulla; ital. casipola, casutes délices de votre Ecriture, notre principal exer- pola, petite hutte; bas-lat. casubla, cassibula, cacice de la prédication de votre parole, ID. le Tellier. subula, casucula, casuvula, chasuble. Casule (ou Serre d'une étreinte si ferme Le noeud de leurs chas- casure) et l'espagnol casulla viennent de casulla, dites amours, Que la seule mort soit le terme Qui minutif employé au lieu du diminutif régulier capuisse en arrêter le cours, MALH. II, 4. La chaste sula, qui aurait donné casle; chasuble et l'italien obscurité des branches murmurantes, v. HUGO, Voix casipola viennent du bas-latin casibula, diminutif intér. xix. || 3o D'une grande pureté grammaticale. tiré de casa, comme manipulus de manus. Casula, On ne peut voir une diction plus chaste ni plus cor- dans Isidore, signifie un vêtement à capuchon, comrecte, COSTAR, dans BOUHOURS, Nouvelles remar-paré à une petite case, à une petite hutte, de casa ques. Je m'étonne que votre style puisse être si|(voy. CASE)`: c'est pour cela qu'en italien casipola chaste, étant si mâle et si fort, ID. ib. || Forme chaste, signifie une hutte. dans la littérature, quelque chose de réservé et que l'on compare à la chasteté, à la pudeur.

-

REM. Ménage (Menagiana, p. 245) a dit : « Le mot de chaste n'est plus en usage dans notre langue il y a déjà du temps, et on a repris la chaste Sylvie dans mes poésies. Le mot de sage est en usage dans la même signification.» Ménage se trompait, même pour son temps, comme le montrent les exemples de Pascal et de Corneille; et chaste est resté pleinement en usage.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

|

lui

II a joué avec les chats, se dit d'un homme qui a des égratignures au visage. || Il est propre comme une écuelle à chat, se dit d'un homme malpropre. || Dès que les chats seront chaussés, 'est-à-dire de bon matin. || Familièrement.Aller comme un chat maigre, courir vite et beaucoup. Lors dispos du talon, je vais comme un chat maigre, REGNIER, Sat, XI. || Fig. Jeter le chat aux jambes à quelqu'un ou de quelqu'un, susciter des embarras. Les calvinistes sont bien aises de jeter le chat aux jambes des papistes, VOLT. Lett. vers et prose, 176. || Fig. Emporter le chat, sortir d'une maison sans dire adieu à personne; et aussi déménager complétement, le chat étant, de tous les animaux domestiques, le plus fidèle au logis. || Fig. Cette fille a laissé aller le chat au fromage, elle s'est laissé abuser. Je ne le nourris [un chat] que de fromages et de biscuits; peut-être, madame, qu'il n'était pas si bien traité chez vous; car je pense que les dames de*** ne laissent pas aller le chat aux fromages et que l'austérité du couvent ne permet pas qu'on leur fasse si bonne chère, voir. Lett. 153, à une abbesse qui lui avait fait présent d'un chat. || Bailler le chat par les pattes, présenter une chose par l'endroit le plus difficile. Il n'y a pas là de quoi fouetter un chat, la faute n'a rien de grave, c'est une bagatelle. || Se servir de la patte du chat pour tirer les marrons du feu, faire courir à un autre le risque d'une entreprise, d'une affaire dont on retirera seul le profit.

Vendre chat en poche, ne point faire voir ce qu'on vend. || Acheter chat en poche, conclure une affaire sans examen. Vous êtes-vous mis en tête que Léonard de Pourceaugnac soit un homme à acheter chat en poche? MOL. Pourc. II, 7. On dit dans le même sens : acheter le chat pour le lièvre. || Appeler un chat un chat, appeler les choses par leur nom. J'appelle un chat un chat et Rollet un fripon, +CHASUBLERIE (cha-zu-ble-rie), s. f. Ensem-BOIL. Sat. I. || I le guette comme le chat fait les ble d'articles appartenant au service soit de l'église souris, se dit d'un homme qui en épie un autre. soit des prêtres, tels que chapes, chasubles, ciboi- ||| Ecrire comme un chat, écrire d'une façon illisible. res, croix, etc.

ÉTYM. Chasuble.

CHASUBLIER (cha-zu-bli-é; l'r ne se lie pas; au pluriel I's se lie : les cha-zu-bli-6-z et........) s. m. Ouvrier qui fait toutes sortes d'ornements d'église.

HIST. XIII S. Chasubliers et changeeurs, Allez querir vostre part De la queue de Renart, Queue de Renart.

[blocks in formation]

Il a passé là-dessus comme chat sur braise, se dit d'un homme qui coule rapidement sur quelque fait délicat à rappeler, à mentionner, à raconter. || Ces gens s'accordent, vivent comme chien et chat, c'est-à-dire ils ne peuvent se souffrir, ils sont toujours en querelle. Elle est friande comme une chatte, ou, simplement, c'est une chatte, se dit d'une femme très-friande. Elle est amoureuse comme une chatte, se dit d'une femme d'une complexion amoureuse. Dans le langage familier, chatte s'emploie adjectivement quelquefois. Des manières chattes, des manières semblables à celles d'une chatte qui caresse, qui joue. || Musique de chat, musique aigre et dissonante. || Il n'y a pas un chat, il n'y a absolument personne. Il n'y a pas moyen que quelqu'un trouve un chat à l'hôtel de Clermont, VOLT. Lett. vers et prose, 25. Mon dévot se crois. m. || 1o Animal domestique, de l'ordre des car-rait un sacrilége s'il laissait un enfant et un chat en CHASTEMENT (cha-ste-man), adv. D'une ma- nassiers digitigrades. Le chat est un domestique in-vie dans le territoire de Mercure, ID. Dial. XXIX, 4, nière chaste. Vivre chastement. L'amour le moins fidèle que l'on ne garde que par nécessité, BUFFON, Je ne connais pas un chat dans cette ville, je n'y honnête, exprimé chastement, N'excite point en Chat. Je mis Vambroc dans une soupente où il eût connais personne. || Fig. Avoir un chat dans la gorge, nous de honteux mouvement, BOIL. Art p. IV. fallu être chat ou diable pour le trouver, RETZ, éprouver dans le gosier un embarras soudain qui gêne HIST. XIIe s. Et les dames qui chastement vi-1, 14. Le quolibet nous apprend qu'il n'est rien de la voix. C'est le chat! manière populaire de réFront, QUESNES, Romancero, p. 94. || XIII s. Dieu plus semblable à un chat sur une fenêtre qu'une pondre à une excuse personnelle à laquelle on ne amer et chastement vivre, RUTEB. II, 90. Et com- chatte, MADEMOISELLE DE GOURNAY, Égalité des hom-croit pas. Votre fromage, ce n'est pas moi qui l'ai

HIST. XIII S. Se tu trueves chaste moillier, la Rose, 8749. XIV S. Les chastes ont le cuer et la conscience clers, nets et luisans, Ménagier, 1, 3. CHAT, CHATTE (cha, cha-t'; en conversation le xv s. Et lui portoient renommée ceux du payst ne se lie que dans les phrases suivantes : chat qui le connaissoient [le roi de Portugal] que encore échaudé craint l'eau froide, dites : cha-t échaudé; estoit-il caste et n'avoit oncques eu compagnie char- acheter chat en poche, dites: cha-t en poche; jeter nellement avec une femme, FROISS. II, III, 56. Saige le chat aux jambes, dites: cha-t aux jambes. Au Cassandre, bele Echo, Digne Judith, caste Lucresse, xvIe siècle, Palsgrave, p. 24, dit que le t se lie avec CH. D'ORL. Bal. 102. la voyelle qui suit. Au pluriel I's se lie les cha

– ÉTYM. Provenç. cast; espagn. et ital. casto; duz et les chiens; chats rime avec pas, appas, etc.), latin castus.

[ocr errors]

du bertholletia excelsa. || 3 Petite plaque de corne située, chez le cheval, à la partie inférieure et interne de l'avant-bras, et, dans les membres postérieurs, à la partie supérieure et interne du canon. Sur l'âne, la châtaigne se trouve aux avant-bras seulement; dans le mulet les châtaignes postérieures sont fort petites.

HIST. XII s. [Ils] ne prisent vos menaces le pris d'une chastaine, Sax. xxx. | xms. Castaignes ou nois, Livre des mét. 276. A cui parés vous ces chas taignes? la Rose, 8547. Si qu'il cuit que cele en gré prengne Ce qu'el ne prise une chatengne, ib. 14512. xIve s. Il samble que Gaufrois ne donne une cas taingne De tout nostre pooir.... Baud. de Seb. vII, 184. Li rois ne trova pas qui li parast chastaignes, Girart de Ross. 14671. | xv s. Si chastaignes ont vente, VILLON, Requête en ball. au duc de Bourbon.

XVIe s. Petoncles, chastaignes de mer [oursins], PALISSY, 280. Ils lui disoient que les huguenots vouloient tirer la chastagne du feu avec la patte du levrier, D'AUB. Hist. 11, 425. Après que ceux qui devoient tirer les chastaignes du feu eurent dit franchement quel il y faisoit, ID. ib. II, 446. Les chastaignes bastardes, appellées bouchasses. Les meilleures chastaignes franches sont les Sardones [de Sardaigne] et Tuscanes [de Toscane], ainsi dittes des pais d'où les races nous en sont venues de-par-deçà. Les sardonnes [de Sardaigne] sont celles qu'on ap. pelle à Lion marrons, cogneues par toute la France, pour le traffique de tel fruit, O. DE SERRES, 691. Les bources des chastaignes sont leurs premieres robes garnies de piquerons, ID. 692.

[ocr errors]

ETYM. Saintonge, chatagne, chatigne; picard, castaine, cataigne; génev. chatagne; provenç. castanha, castagna; catal. castanya; espagn. castaña; portug. castanha; ital. castagna; du latin castanea, de Kaotavov, Kaotava, villes de la Thessalie et du Pont, de là xaotavaixòv xápvov, noix de Castana ou châtaigne. Nos anciens disaient Tirer les châtaignes du feu; nous disons les marrons. Ils disaient aussi figurément : Il ne trouve pas qui lui pare les châtaignes, c'est-à-dire on ne lui prépare pas un bon accueil.

CHATAIGNERAIE (cha-tè-gne-rê), s. f. Lieu planté de châtaigniers. Velléda traversa d'abord une châtaigneraie, CHATEAUB. Mart. 302.

mangé. Non, c'est le chat. Le verre, ce n'est pas [lèchej, MARIE, Fabl. 20. Li fiz au chat doit prenboi qui l'ai cassé. Non, c'est le chat. || Mon chat, dre la souriz, Agolant, p. 170, dans DU CANGE, ma chatte, termes d'amitié très-familiers qui se di- Gloss. français. Ochaison à qui son chat bat, Hist. sent à un petit garçon, à une jeune fille ou femme. litt. t. xxIII, p. 572. Uns pliçons gris vaut mielz 12° Par plaisanterie, chat fourré, nom donné à cer- que deus de chas, Bibl. des chartes, 4° série, t. v, tains dignitaires qui portent des fourrures dans leurs p. 328. Chaz eschaudez iaue crient, LEROUX DE habits de cérémonie, aux docteurs, aux magis- LINCY, Prov. t. I, p. 155. Là où kas n'est, li souris trats. Si les chats fourrés de la Sorbonne étaient se revele [prend ses ébats], ID. ib. t. II, p. 487. De assez fous pour lâcher un décret, vOLT. Lett. Dami- castiier cat qui est vieus Ne puet nus hom venir à laville, 11 nov. 1767. || Terme de blason. Chat effa- cief [à bout], ID. ib. Dont fist Hues d'Aire faire un chat rouché, celui qui est rampant. Chat hérissonné, [machine de guerre], et le fist bien cuirier et acescelui qui lève le train de derrière plus haut que la mer, H. DE VALENC. XXXIV. Piaus de chaz privez que tête. || 3° Terme de chasse. Chat haret, chat sauvage, l'en appele chat de feu ou de fouier, Liv. des mét. 326. et aussi chat domestique qui se retire dans les bois Si cum li chas set par nature La science de surgeure, et garennes, et y vit de gibier. || 4° Terme d'histoire Nonques n'en fu mis à escole, la Rose, 10001. naturelle. Tout animal du même genre que le chat. Femme semble trois choses, louve, goupille et chate, Le lion, le tigre et le lynx sont des chats. [| Chat- Chastie-musard. || xv s. Ils firent quatre grans kas cervier. Le chat-cervier proprement dit habite le [engins de siége] forts et hauts, FROISS. I, I, 262. Nord de l'Asie, et il ne faut le confondre ni avec Prince, on conseille bien souvent, Mais on puet le chat canadien, dit lynx du Canada, ni avec le dire com le rat, Du conseil qui sa fin ne prant: chat roux, appelé chat-cervier des fourreurs. || Chat Qui pendra la sonnette au chat? E. DESCH. La souà crinière, guépard. || Chat musqué, civette. 5° Chat ris et le chat. Veuls-tu espouser chat en sac, Et que de mer, nom vulgaire de l'aphysie et de quelques nuls tes nopces ne vois, D. Poésies mss. fo 553, coquilles hérissées d'épines. || Un des noms vulgaires dans LACURNE. Sans resveiller le chat qui dort, CH. de la chimère monstrueuse, poisson chondroptéry- D'ORLEANS, Rép. à Fredet. Dont passionné en cuer gien, qui est la chimère arctique de certains auteurs. ne s'en est peu [pu] taire et a osé mettre la campane Chat marin, nom vulgaire d'une espèce de phoque au chat, pour escrier lesion et foulure en l'innocent, et de trois poissons. || 6° S. m. plur. Folles fleurs des G. CHASTELAIN, Expos. s. vérité. L'ung vault l'autre, noyers, des coudriers, des saules. || 7° Jeu d'enfants c'est à mau-chat mau-rat, VILLON, Ball. Il bouta dans lequel l'un des enfants court après les autres; sa teste dedans le bouhot de la cheminée, où il vit et celui qui est pris le remplace. || Chat coupé, le notre bouchere plus simple qu'un chat baigné même jeu, avec cette condition que, si un troisième LOUIS XI, Nouv. XL. Je crois, dit le mari qui la voit camarade passe entre le poursuivant et le poursuivi, à genoux pleurant et gemissant, qu'elle sait bien c'est lui qui doit être poursuivi à son tour. || 8° Terme faire la chatte mouillée, et qui la voudroit croire de pêche. Petit grappin pour retirer la lesture échap- elle sauroit bien abuser les gens, ID. ib. LXI. || XVI S. pée au fond de la mer. || 9° Instrument à branches On ne pren point de telz chatz sans mitaines, de fer élastiques dont on se sert pour visiter l'âme J. MAROT, V, 17. Mais quoy, c'estoient des ruffiens d'une pièce de canon. | Chat à neuf queues, nom de Rome, Qui, pour fouyr, couroient comme chatz | du fouet dont on se sert, dans l'armée anglaise, maisgres, ID. v, 40. Elles [les filles qui se marient] pour punir les soldats. || 10° Matière étrangère et dure acheptent chat en sac, MONT. III, 5. Vous n'achetez qu'on trouve dans l'ardoise. ||11 Chevalet de couvreur. pas un chat en poche; si vous marchandez un cheIl Terme de charpentier. Pièce de cuivre ou de fer val, vous luy ostez ses bardes, vous le voyez nud percée d'un trou par où passe la corde de l'aplomb. et à descouvert, ID. 1, 324. Cette femme a quelque || 12° Chat-brûlé, nom d'une poire fort pierreuse, irritation contre moi; pour se venger elle me donne qui a la forme du martin sec et qui ne mûrit qu'à la un dangereux chat par les pattes, préparée à accufin de l'automne. || Proverbes. Chat échaudé craint ser ce que je ferai, D'AUB. Hist. II, 414. L'herbe à l'eau froide, c'est-à-dire tout ce qui ressemble à ce chat, PARÉ, XVI, 35. Lecher de langue de chat, GENIN, qui nous a fait du mal nous effraye et nous met sur Récréat. t. II, p. 242. A bon chat bon rat; il n'apnos gardes. On dit dans le même sens : chat échaudé partient qu'au savetier de parler de sa serpette, à ne revient pas en cuisine. || On ne peut prendre de l'yvrogne de sa bouteille.... Les caquets de l'accouchée, tels chats sans mitaines, c'est-à-dire l'affaire est dif- 8 journée. Chat emmoufflé [ganté] ne prend sou- CHATAIGNIER (cha-tè-gnié; l'r ne se lie jamais; ficile, épineuse. La nuit tous les chats ou tous ris, LEROUX DE LINCY, Prov. t. 1, p. 155. Chat miol- au pluriel l's se lie: les châ-tè-gnié-z et....), s. in. chats sont gris, c'est-à-dire on peut se méprendre leur ne fut onques bon chasseur, Non plus que sage | 1° Arbre qui produit des châtaignes (fagus casta dans l'obscurité, et aussi, dans l'obscurité, la homme grand caqueteur, ID. ib. p. 156. Chate noire a nea, L.). || 2° Châtaignier du Brésil (bertholletio beauté, la jeunesse ne comptent plus. Hé, monsieur souef [doux] poil, m.ib. A tart se repent le rat, quant excelsa, Humboldt), grand arbre dont le fruit sphéle difficile, ne sais-tu pas bien que la nuit tous les par le col le tient le chat, ID. ib. Absent le chat, les rique, dit en France noix d'Amérique, peut déchats sont gris? SCARR Rom. Com. 1, 13. Veux-tu, souris dansent, ID. ib. On ne doibt pas enseigner le passer 10 ou 12 centimètres, et a des amandes blanma Rosinette, Faire emplette Du roi des maris? Je chat à soriser [chasser aux souris], ID. ib. Si ton ches bonnes à manger, ainsi que l'huile qu'on en ne suis point Tircis; Mais la nuit, dans l'ombre, Je chat est larron, ne le chasse de ta maison, ID. ib. retire. || 3° Pomme de châtaignier, ou, plus souvent, vaux encor mon prix; Et quand il fait sombre, Tous Rebelles estes et pervers, Pecheurs vers Dieu, plains châtaignier, espèce de pomme rouge, presque enles chats sont gris, BEAUMARCH. le Barbier, III, 5. de barat, Et pour tant à mau chat mau rat, FABRI, tièrement rose à la face postérieure, à chair de Payer en chats et en rats, c'est-à-dire payer en ba-Art de rhétorique, livr. 11, fo 46, dans LACURNE. blancheur farineuse (d'où lui vient peut-être le gatelles, en toutes sortes d'effets de mince valeur. Avoir un œil à la poisle et l'autre au chat, COT-nom, par comparaison avec la chair de la châtaiA bon chat bon rat, c'est-à-dire la défense vaut GRAVE. Le chat a faim quand il ronge du pain, ID. gne), et bonne surtout à cuire. l'attaque. Maudit soit le premier qui nous ensorcela! Celuy a bon gage du chat, qui en a la peau, ID. On Mais à bon chat bon rat, et ce n'est pas merveille Si recognoit assez que chat veut dire minon, Contes de les femmes souvent leur rendent la pareille, RE- CHOLIÈRES, fo 174, dans LACcurne. GNARD, le Distr. 1, 2. || Le mou est pour le chat, - ETYM. Wallon, chet; bourguig. chai; picard, se dit de ce qui revient naturellement à une per- ca, co; provenç. cat; catal. gat; espagn. et portug. sonne, le mou servant de nourriture aux chats. gato; ital. gatto; du latin catus ou cattus, qui ne Il entend bien chat sans qu'on dise minon, se dit se trouve que dans des auteurs relativement récents, d'un homme habile et qui entend à demi-mot. || A Palladius, Isidore, et qui était un mot du vulgaire. mauvais rat faut mauvais chat, c'est-à-dire on ne peut Il appartient au celtique et à l'allemand: irl. cat; se dispenser d'être méchant aux méchants. || T'as kymri, kdth; angl. sax. cat; ancien scandin. köttr; été au trepassement d'un chat, t'as la vue trouble, allem. mod. Katze. D'après Isidore, cattus vient de [dit un paysan, dans] MOL. Don Juan, 11, 4. || Quand cattare, voir, et cet animal est dit ainsi parce qu'il les chats n'y sont pas, les souris dansent, c'est-à-voit, guette; catar, regarder, est dans le provençal et dire en l'absence des chefs, des maitres, les inférieurs, les écoliers se dérangent. | Il ne faut pas éveiller le chat qui dort, n'éveillez pas le chat qui lort, ne provoquez pas un danger, une difficulté que vous pouvez éviter, n'appelez pas l'attention, a colère d'un homme qui ne songe pas à vous. Réveiller le chat qui dort, réveiller une mauvaise affaire assoupie. C'est le nid d'une souris dans l'oreille d'un chat, se dit d'une chose impossible. || On ne saurait retenir le chat quand il a goûté de la crème, c'est-à-dire on ne résiste pas aux habitudes déjà prises, aux tentations déjà goûtées. Il est comme le chat qui retombe toujours sur ses pieds, se dit d'un homme adroit qui sait toujours se tirer d'affaire.

[graphic]

[ocr errors]

dans l'ancien francais chater (Roncisv. p. 97.) Mais on
ne sait à quoi se rattachent ni cattus ni catar; la
tardive apparition qu'ils font dans le latin portent
à croire qu'ils sont d'origine celtico-germanique. Il
y a dans l'arabe qittoun, chat male, mais Freitag
doute que ce mot appartienne à l'arabe.

CHATAIGNE (cha-tè-gn'), s. f. || 1° Fruit du châtaignier. Pour nous ce sont des châtaignes qui font notre ornement; j'en avais l'autre jour trois ou quatre paniers autour de moi; j'en fis bouillir; j'en fis rôtir; j'en mis dans ma poche; on en sert dans les plats, on marche dessus; c'est la Bretagne dans son triomphe, sev. octobre 1674. 2° Châtaigne d'eau, la macre. | Châtaigne de cheval, fruit du marronnier d'Inde. || Châtaigne de terre, fruit du HIST. XIII s. Bien seit chaz cui barbes il loiche | bunion bulbocastane. || Châtaigne du Brésil, fruit

HIST. XVI s. Pour les chasteneraies et nojeraies, c'est à dire pour les lieux complantés universellement de chastaniers et de noiers, O. DE SERRES, 641. ETYM. Châtaignier.

HIST. XIII S. N'i ot codre [coudrier] ne chastainier, U il ne mettent laz u glu, MARIE, Laustic. XVI s. Sur lui-mesme, non ailleurs, veut estre inseré le chastaignier : non plus reçoit-il aucun autre arbre, tout meslange lui des-agreant, o. DE SERRES, 692. Soubs ung grant et ample chastaignier, Rab. Pant. III, 17.

ETYM. Châtaigne; provenç. chatagner, cha

tigner.

CHATAIN (châ-tin), adj. qui ne se dit qu'au masculin. Qui est d'un brun de châtaigne. Poil châtain. Cheveux châtains. || Substantivement. Les chatains, les hommes dont les cheveux sont châtains.

REM. 1. Cet adjectif ne prend pas la marque du pluriel quand il est suivi d'un autre adjectif qui le modifie: des cheveux châtain clair, châtain cendré; il peut alors se construire avec un nom féminin: barbe châtain clair. || 2. Le féminin serait utile, et ila été conseillé par plusieurs grammairiens qui veulen qu'on dise: barbe châtaine, chevelure châtaine.

HIST. xv s. Chasteins en couleur, CHRIST. D PISAN, dans le Dict. de DOCHEZ.

ETYM. Châtaigne.

CHATAIRE (cha-tê-r'), s. f. Plante. Voy. CATAIRE. +CHAT-BRÛLE (cha-bru-lé), s. m. Voy. CHAT, n° 12. || Au plur. Des chats-brûlés.

+ CHAT-CERVIER (cha-sèr-vié), s. m. Voy. CHAT, n° 4. || Au plur. Des chats-cerviers.

CHÂTEAU (cha-to), s. m. || 1° Demeure féodalo

« PreviousContinue »