Histoire philosophique et médicale de la femme, Volume 1

Front Cover
J. B. Baillière et fils, 1858
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 40 - Il est difficile de définir l'amour. Ce qu'on en peut dire est que, dans l'âme, c'est une passion de régner; dans les esprits, c'est une sympathie, et dans le corps, ce n'est qu'une envie cachée et délicate de posséder ce que l'on aime après beaucoup de mystères.
Page 354 - ... s'il a eu connaissance de la grossesse avant le mariage ; 2° s'il a assisté à l'acte de naissance et si cet acte est signé de lui ou contient sa déclaration qu'il ne sait signer ; 3° si l'enfant n'est pas déclaré viable.
Page 70 - Et de porter le nom de son amant ! Votre maison , vos gens , votre livrée , Tout vous retrace une image adorée ; Et vos enfans , ces gages précieux , Nés de l'amour , en sont de nouveaux nœuds. Un tel hymen , une union si chère , Si l'on en voit , c'est le ciel sur la terre.
Page iv - ... dire tout en un mot, le caractère, tant des peuples dominants en général que des princes en particulier, et enfin de tous les hommes extraordinaires, qui par l'importance du personnage qu'ils ont eu à faire dans le monde, ont contribué, en bien ou en mal, au changement des États et à la fortune publique.
Page 70 - Dieux! quel plaisir d'aimer publiquement, Et de porter le nom de son amant! Votre maison, vos gens, votre livrée, Tout vous retrace une image adorée; Et vos enfants, ces gages précieux, Nés de l'amour, en sont de nouveaux nœuds.
Page 196 - ... comme les hommes sont beaucoup plus grands et plus forts que les femmes, comme- ils ont le corps plus solide, plus massif, les, os plus durs, les muscles plus fermes , la chair plus compacte , on doit présumer que le...
Page iii - La plus belle, la plus agréable et la plus nécessaire de toutes nos connaissances est sans doute la connaissance de nous-mêmes. De toutes les sciences humaines, la science de l'homme est la plus digne de l'homme.
Page 271 - ... voir dans la sévérité apparente dont on use à leur égard, qu'une rigueur tyrannique plutôt qu'une distinction honorable et utile. Destinées par la nature aux plaisirs d'un seul et à l'agrément de tous, elles ont reçu du ciel cette sensibilité douce qui anime la beauté, et qui est sitôt émoussée par les plus légers égarements du...
Page 401 - Née tibi diva parens, generis née Dardanus auctor, Perfide, sed duris genuit te cautibus horrens Caucasus, Hyrcanaeque admôrunt ubera tigres.
Page 172 - C'est auprès du berceau de son enfant, c'est en voyant le sourire de sa fille et les jeux de son fils, qu'une mère est heureuse. Et où sont les entrailles, les cris, les émotions puissantes de la Nature ? Où est ce caractère tout à la fois touchant et sublime qui ne sent rien qu'avec excès...