Les oracles sibyllins ou La suite des souvenirs prophétiques: ornés de gravures

Front Cover
Chez l'auteur, 1817 - 527 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 316 - J'abolis les faux dieux; et mon culte épuré, De ma grandeur naissante est le premier degré. Ne me reproche point de tromper ma patrie ; Je détruis sa faiblesse et son...
Page 13 - ... qu'il a l'autorité nécessaire, et qu'autrement étant lié dans ses opérations et n'inspirant point de respect, il est plus nuisible qu'utile.
Page 88 - Quoi ! Rome et l'Italie en cendre Me feront honorer Sylla? J'admirerai dans Alexandre Ce que j'abhorre en Attila? J'appellerai vertu guerrière Une vaillance meurtrière Qui dans mon sang trempe ses mains? Et je pourrai forcer ma bouche À louer un héros farouche , Né pour le malheur des humains ? , Quels traits me présentent vos fastes.
Page 271 - Quand une fois on a trouvé le moyen de prendre la multitude par l'appât de la liberté, elle suit en aveugle, pourvu qu'elle en entende seulement le nom...
Page 90 - L'homme superbe est renversé , Ses propres flèches l'ont percé. UNE AUTRE. J'ai vu l'impie adoré sur la terre; Pareil au cèdre , il cachoit dans les cieux Son front audacieux ; II sembloit à son gré gouverner le tonnerre, Fouloit aux pieds ses ennemis vaincus : Je n'ai fait que passer, il n'étoit déjà plus.
Page 428 - Qui n'est que juste est dur; qui n'est que sage est triste Dans d'autres sentiments l'héroïsme consiste. Le conquérant est craint, le sage est estimé : Mais le bienfaisant charme, et lui seul est aimé; Lui seul est vraiment roi; sa gloire est toujours pure; Son nom parvient sans tache à la race future.
Page 32 - De tous les habitants de l'olympe céleste Nul n'est à mes regards plus odieux que toi. Tigre, à qui la pitié ne peut se faire entendre, Tu n'aimes que le meurtre et les embrasements : Les remparts abattus , les palais mis en cendre , Sont de ta cruauté les plus doux monuments.
Page 37 - C'est assez que cinq ans ton audace effrontée, Sur des ailes de cire aux étoiles montée, Princes et rois ait osé défier : La fortune t'appelle au rang de ses victimes, Et le ciel, accusé de supporter tes crimes, Est résolu de se justifier. STANCES (Pour Charles Chabot, comte de Charny.) ENFIN ma patience et les soins que j'ai pris Ont selon me...
Page 40 - J'attendois encor plus de ton adolescence ; Tu m'as trompé. Les cœurs remplis d'ambition Sont sans foi, sans honneur, et sans affection: Occupés seulement de l'objet qui les guide, Ils n'ont de l'amitié que le masque perfide ; Prodigues de serments, avares des effets, Le poison est caché même sous leurs bienfaits. La gloire d'un grand homme est pour eux un supplice , Et pour lui , tôt ou tard , devient un précipice.
Page 282 - Exterminez , grands dieux , de la terre où nous sommes , Quiconque avec plaisir répand le sang des hommes ! SÉIDE.

Bibliographic information