Le secret du peuple de Paris

Front Cover
Pagnerre, 1863 - 412 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 281 - De même, lorsque vous priez, ne ressemblez pas aux hypocrites, qui affectent de prier en se tenant debout dans les synagogues et aux coins des rues, pour être vus des hommes. Je vous dis, en vérité, qu'ils ont reçu leur récompense.
Page 281 - Mais vous, lorsque vous voudrez prier, entrez dans votre chambre, et la porte en étant refermée, priez votre Père dans le secret; et votre Père, qui voit ce qui se passe dans le secret, vous en rendra la récompense.
Page 257 - On avait pu croire, immédiatement après les Journées de Février 1848, que le clergé français avait trouvé le secret de toucher le cœur des classes populaires. Pour ne parler que de celui de Paris, appelé par la population même qui venait de faire la Révolution, à bénir sur cent points différents de la capitale les arbres symboliques de la liberté, il déféra de bonne grâce à ce vœu. Il vint au milieu d'une foule ardente et fraternisa avec elle. S'associant moralement à l'œuvre...
Page 280 - N'OTRE Père, qui êtes aux cieux : Que votre nom soit sanctifié; Que votre règne arrive; Que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel...
Page 261 - Ce qui a fortement germé du vieil enseignement catholique, c'est l'esprit de solidarité universelle, le sentiment de fraternité des hommes et des nations, l'espérance de la terrestre rédemption morale, intellectuelle, et physique du genre humain.
Page 161 - Écoutons sur ce point un publiciste ouvrier. « Le peuple n'aime pas qu'on le parque. Il en voit l'intention même lorsqu'elle n'existe peut-être pas, et cela lui laisse une impression fâcheuse. Qu'on songe bien d'ailleurs à ceci : le contraste est incomparablement moins sensible à l'ouvrier incessamment mêlé à la bourgeoisie qu'à l'ouvrier systématiquement tenu à distance d'elle. Il vaut mieux qu'il demeure dans la maison du bourgeois que de demeurer dans la cité ouvrière. Il sera beaucoup...
Page 161 - On peut n'avoir pas songé tout d'abord à ces graves inconvénients ; mais la réflexion ne peut manquer de leur donner tout leur éloquent relief. Les cités ouvrières n'ont pas réussi heureusement ; mais la transformation de Paris ayant fait refluer forcément la population laborieuse du centre vers les extrémités, ou a fait de la capitale deux villes : une riche, une pauvre, celle-ci entourant l'autre.
Page 116 - Corbon, et qui n'ai nulle envie d'être qualifié de moraliste, je vais plus loin; je dis que si c'est un grand danger pour la jeune fille d'être jetée dans un atelier où les deux sexes sont mêlés, c'en est encore un non moins grand d'être jetée dans un atelier exclusivement féminin, à moins que, chose assez rare, cet atelier ne soit dirigé par une femme de tête et de cœur , bien résolue à évincer de chez elle toute brebis galeuse. » (Le Secret du peuple de Paris, p. 164...
Page 96 - ... d'une institution qui avait, à leurs yeux, un caractère protecteur ne veut pas dire, toutefois, que la corporation rêvée par eux serait de tout point organisée comme l'était l'ancienne. Quoi qu'il en soit, de tous les systèmes tendant à organiser le travail, celui qui donnerait une existence légale à la corporation serait celui qui répondrait le mieux au sentiment des ouvriers; et j'ajoute que là où cette institution est le plus vivement désirée, le plus hautement demandée, se...
Page 45 - Au cours du xixe siècle, l'esprit national du prolétariat se manifeste à plusieurs reprises, parfois même d'une façon touchante. Un observateur sympathisant note, vers le milieu du siècle, que « le sentiment national forme, dans le domaine de la vie publique des ouvriers de Paris, le trait de caractère le plus saillant et le plus universel ». Le réflexe patriotique a été l'un des principaux mobiles du mouvement populaire, dirigé contre les « capitulards », dont devait naître la Commune....

Bibliographic information