Mathesis: recueil mathématique, a l'usage des écoles spéciales et des établissements d'instruction moyenne

Front Cover
Gauthier-Villars, 1898
 

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 30 - Postulat des trois droites. Deux droites d'un plan qui font d'un même côté, avec une troisième, des angles dont la somme est inférieure à deux angles droits, se rencontrent de ce côté (postulat 5 d'Euclide, équivalent aux assertions 6?, 6y énoncées au n° 1 , si elles ne se réduisent pas à une définition nominale). A. 1°...
Page 223 - HOUEL (J.). —Tables de Logarithmes à cinq décimales, pour les nombres et les lignes trigonométriques, suivies des Logarithmes d'addition et de soustraction ou Logarithmes de Gauss et de diverses Tables usuelles.
Page 62 - M' sont des circonférences concentriques à l'ellipse dont les rayons sont respectivement égaux à la somme et à la différence des demi-axes de la courbe. (J. BRUNO.) BIBLIOGRAPHIE} PUBLICATIONS RÉCENTES.
Page 274 - Ce petit volume compact contient comme toujours une foule de renseignements indispensables à l'ingénieur et à l'homme de Science. Parmi les Notices de cette année, signalons tout spécialement celle de l'ingénieur-constructeur P.
Page 274 - Annuaire pour l'an 1899, publié par le Bureau des Longitudes, avec des Notices scientifiques. Paris, Gauthier-Villars, 1898 (In-18 de VI-784 pages, avec 2 cartes magnétiques).
Page 28 - R,RS, qui donne le rayon de torsion d'une asymptotique d'une surface. 35. Une courbe gauche (G) dont toutes les tangentes font partie d'un complexe linéaire, se correspond à elle-même dans le système focal qui définit le complexe. Par suite, d'après les formules (26) et (28) généralisées au numéro...
Page 223 - ... réciproque de la ligne (M), soit comme l'antipodaire de la ligne (P). Le point de contact Q de BP peut donc s'obtenir, soit par l'intersection de cette droite avec la perpendiculaire abaissée du centre 0 sur la tangente MH, soit en menant par 0 une droite OwQ dont le milieu o> se trouve sur la normale Pw à la courbe (P).
Page 263 - Je pense, en ce moment, que la somme des trois angles d'un triangle rectiligne est égale à deux angles droits...
Page 31 - Les quantités constantes l et r sont dites respectivement confiante lolatchefskienne, constante riemannienne. Réciproquement, au moyen de la définition générale de la droite et des relations (L), (R) ou (E), on peut établir le postulat des deux droites seul ou celui des trois droites seul, ou enfin, les deux réunis. Les relations (L), (R), (E) caractérisent donc respectivement les trois géométries lobatchefskienne, riemannienne, euclidienne. VIII. Relation (M) équivalente à (L), (E),...

Bibliographic information