Histoire de France ... jusqu'en 1789. 16 tom. [and] Table analytique, Volume 3

Front Cover
1855
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 148 - Quiconque abandonnera pour mon « nom sa maison, ou ses frères, ou ses sœurs, ou son « père, ou sa mère, sa femme, ou ses enfants, ou ses « terres, en recevra le centuple, et aura pour héritage
Page 233 - Si la commune est violée, tous ceux qui l'auront jurée devront marcher pour sa défense, et nul ne pourra rester dans sa maison, à moins qu'il ne soit infirme, malade, ou tellement pauvre qu'il ait besoin de garder luimême sa femme et ses enfants malades. Si quelqu'un a blessé ou tué quelqu'un sur le territoire de la commune, les jurés en prendront vengeance.
Page 107 - Tous furent d'opinion qu'il fallait descendre en Angleterre , et promirent à Guillaume de le servir de corps et de biens, jusqu'à vendre ou engager leurs héritages. « Mais ce n'est pas « tout, lui dirent-ils, il vous faut demander aide « et conseil à la généralité des habitants de ce pays; « car il est de droit que qui paie la dépense soit
Page 136 - Clercs, évêques, ce terrain est à moi : c'était l'emplacement de la maison de mon père; l'homme pour lequel vous priez me l'a pris de force pour y bâtir son église. Je n'ai point vendu ma terre, je ne l'ai point engagée ; je ne l'ai point forfaite, je ne l'ai point donnée; elle est de mon droit, je la réclame. Au nom de Dieu, je défends que le corps du ravisseur y soit placé, et qu'on le couvre de ma glèbe.
Page 119 - La hiérarchie féodale, transplantée sur la terre conquise, y changea complètement de caractère, sans changer de forme. Les nouveaux feudataires du nouveau roi, cantonnés au milieu de populations dépouillées et désespérées, comprirent assez généralement quels périls entraînerait toute querelle entre eux, toute insubordination envers leur chef, et la conquête territoriale enfanta un gouvernement militaire et monarchique fortement organisé, dont il n'existait point alors d'autre exemple...
Page 39 - Qu'ils soient maudits dans les quatre parties du monde ; qu'ils soient maudits de jour et excommuniés de nuit; maudits dans leurs maisons et hors de leurs maisons ; maudits debout et assis; maudits lorsqu'ils mangent et boivent ; maudits quand ils dorment, excommuniés quand ils s'éveillent ; maudits quand ils travaillent et quand ils se reposent, au printemps, en été, en automne et en hiver ; maudits dans le présent et excommuniés dans les siècles futurs! Que leurs biens soient livrés aux...
Page 429 - S'il faut absolument, dit-il, qu'on murmure contre Dieu ou contre moi, j'aime mieux voir le murmure des hommes tomber sur moi que sur le Seigneur. Ce m'est un bonheur que Dieu se daigne servir de moi comme d'un bouclier pour se couvrir ! Je ne refuse pas d'être humilié , pourvu qu'on n'attaque pas sa gloire ». Bernard écrivit toutefois, pour sa justification, un livre où il imputait les revers des croisés à leurs péchés, qui avaient excité la colère céleste...
Page 505 - Christ, en se livrant au tourmenteur (au bourreau), a fait un prêt au pécheur : pécheur, si tu ne veux mourir pour celui qui est mort pour toi, tu ne rends pas à Dieu son prêt ! — Le bois de la croix, etc.
Page 196 - Reims, et, après deux mois de guerre, contraignit Èbles à demander la paix et à donner des otages, bien que ce seigneur fût assisté par tous les barons de la contrée et par beaucoup de nobles lorrains. Louis ne s'illustra pas moins en prêtant le secours de ses armes à l'église d'Orléans, opprimée par Léon, châtelain de Meung (ou Mehun) ». Léon fut vaincu et tué. La renommée qu'acquérait Louis exaspérait sa marâtre Bertrade. Louis, en 1102, ayant fait un voyage à la cour de Henri...
Page 108 - Guillaume fit publier son ban de guerre dans les contrées voisines ; il offrit une forte solde et le pillage ,de l'Angleterre à tout homme robuste et de haute taille qui voudrait le servir de la lance, de l'épée ou de l'arbalète. Il en vint une multitude, par toutes les routes, de loin et de près, du nord et du midi. Il en vint du Maine et de l'Anjou, du Poitou...

Bibliographic information