Correspondance de Victor Jacquemont avec sa famille et plusieurs de ses amis, pendant son voyage dans l'Inde (1828-1832)

Front Cover
Librairie de H. Fournier, 1833 - 374 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 341 - L'excellent Mac-Lennan a presque compromis sa santé pour moi : c'est que, pendant quelques jours, dans une crise qui semblait ne me laisser aucune chance de vie, il venait deux fois la nuit. J'ai dans son habileté la confiance la plus absolue. Mes souffrances ont été bien grandes d'abord ; mais depuis longtemps je suis réduit à un état de faiblesse qui en est presque exempt. Le pis est que, depuis trente et un jours, je n'ai pas dormi en tout une heure.
Page 345 - Bombay le 7 décembre 1832 après avoir voyagé pendant trois ans et demi dans l'Inde. » Durant le cours de la journée, il eut plusieurs attaques de vomissements, et sa respiration fut considérablement affectée; mais il garda l'usage de ses facultés aussi parfait qu'en bonne santé. Il s'inquiétait seulement de la mort, ajoutant : « Je suis bien ici; mais je serai bien mieux dans mon tombeau. » Vers cinq heures du soir, il me dit : « Je vais à présent prendre ma dernière boisson de votre...
Page 277 - They told me they knew not any other mode of life; it was a most miserable one by their account; they were naked and starving. " Now, poor as is the soil of their small valleys, and barren their hills, every hand being set at work, there is plenty of clothes...
Page 341 - ... heures de leur existence. — Eh bien ! mon ami! tu devras trouver quelque consolation dans l'assurance que je te donne, que, depuis mon arrivée ici, je n'ai cessé d'être comblé des attentions les plus affectueuses et les plus touchantes d'une quantité d'hommes bons et aimables. Ils me viennent voir sans cesse, caressent mes caprices de malade, préviennent toutes mes fantaisies: M.
Page 345 - II me répéta qu'il voulait que je fisse passer ses manuscrits et ses collections en France, et entra dans les plus nombreux détails concernant ses funérailles, qu'il voulut qu'on célébrât comme pour un protestant. Il me pria de faire distinguer son tombeau par une pierre simple, avec cette inscription : « Victor Jacquemont, né à Paris le 8 août 1801, est mort à Bombay le 7 décembre 1832 après avoir voyagé pendant trois ans et demi dans l'Inde.
Page 342 - Ma fin, si c'est elle qui s'approche, est douce et tranquille. Si tu étais là assis sur le bord de mon lit avec notre père et Frédéric, j'aurais l'âme brisée, et ne verrais pas venir la mort avec cette résignation et cette sérénité. — Console-toi, console notre père ; consolez-vous mutuellement, mes amis.
Page 340 - J'ai pris dans les forêts empestées de l'île de Salsette, exposé à l'ardeur du soleil dans la saison la plus malsaine, le germe de cette maladie, dont, au reste, j'ai reçu souvent, depuis mon passage à Adjmir en mars, des atteintes sur la nature desquelles je m'étais fait illusion. C'étaient des inflammations du foie. Les miasmes pestilentiels de Salsette m'ont achevé.
Page 300 - Tu les trouveras à peu près tels que tu me les as donnés ; mais, si le bois en est un peu rayé, tu ne les aimeras pas moins pour cela, n'est-il pas vrai, cher ami? Oh ! qu'il sera charmant de nous retrouver tous ensemble après tant d'années d'absence, et pour moi d'isolement? Quelles délices de dîner tous les trois, et mieux tous les quatre, à notre petite table ronde, aux lumières ; de manger du potage et de boire du vin rouge de France, et de ne bouger de là que pour aller dans ta chambre,...
Page 233 - Mirout, le lendemain, j'y reçus d'elle une invitation à dîner le jour de Noël. C'est une vieille coquine qui a une centaine d'années, cassée en deux, ratatinée comme un raisin sec, une sorte de momie ambulante, qui fait encore elle-même toutes ses affaires, écoute deux ou trois secrétaires à la fois, tandis qu'en même temps elle dicte à trois autres. Il n'ya pas quatre ans qu'elle fit attacher à la bouche de ses canons quelques-uns de ses chétifs ministres et courtisans disgraciés...
Page 165 - Tous les partis ont des torts les uns envers les autres; ils s'aggravent chaque jour par la déplorable opiniâtreté avec laquelle chacun d'eux s'isole dans ses vues exclusives. Pour n'être, dans notre pays , que le témoin impuissant de ces funestes dissensions , je préfère être au bout de l'Asie , loin d'elles par l'espace et la pensée. Mon premier soin, en rentrant dans l'Inde anglaise, sera d'écrire une longue lettre au Jardin sur les résultats de mon voyage en Cachemire.

Bibliographic information