Zeitschrift für den deutschen Unterricht, Volume 16

Front Cover
B. G. Teubner., 1902
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 321 - Allemands sont laborieux et profonds ; quand une fois ils se sont emparés d'une matière, ils pèsent dessus. Leurs livres sont d'un diffus assommant. Si on pouvait les corriger de leur pesanteur et les familiariser un peu plus avec les grâces, je ne désespérerais pas que ma nation ne produirait de grands hommes.
Page 338 - ... et les appliquer chacun à leurs endroits convenables. Pourvu qu'il y ait beaucoup d'r dans les mots de leur poésie, ils croient que leurs vers sont harmonieux ; et, pour l'ordinaire, ce n'eSl qu'un galimatias de termes ampoulés.
Page 338 - Le sol qui a produit un Leibnitz en peut produire d'autres. Je ne verrai pas ces beaux jours de ma patrie, mais j'en prévois la possibilité.
Page 339 - De la littérature allemande; des défauts qu'on peut lui reprocher; quelles en sont les causes; et par quels moyens on peut les corriger.
Page 328 - ... obscur, ou par quelque étudiant dissolu, et ce qu'on appelle honnêtes gens sont ou trop paresseux, ou trop fiers, pour manier la lyre d'Horace ou la trompette de Virgile.
Page 603 - Je ferai des vers sur ce sujet, puis sur celui-ci, puis sur celui-là; » et, sans s'en apercevoir, il nous met dans la confidence de sa manière de travailler. Le véritable poète conçoit, pour ainsi dire, tout son poème à la fois au fond de son âme; sans les difficultés du langage, il improviserait, comme la sibylle et les prophètes, les hymnes saints du génie.
Page 324 - Quoique j'aie prévu , écrit-il, les difficultés qu'il ya pour « un Allemand d'écrire dans une langue étrangère, je me suis « pourtant déterminé en faveur du français , à cause que c'est la « plus polie et la plus répandue en Europe , et qu'elle parait en « quelque façon fixée par les bons auteurs du règne de Louis XIV.
Page 339 - La guerre de Trente ans a plus nui à l'Allemagne que ne le croient les étrangers. Il a fallu commencer par la culture des terres, ensuite par les manufactures, enfin par un faible commerce.
Page 343 - L'usage de cette langue étrangère fit encore du tort à la langue nationale, qui ne restant que dans la bouche du peuple, ne pouvait point acquérir ce ton de politesse qu'elle ne gagne que dans la bonne compagnie.
Page 321 - ... de grands hommes. Il ya cependant une difficulté qui empêchera toujours que nous ayons de bons livres en notre langue; elle consiste en ce qu'on n'a pas fixé l'usage des mots; et comme l'Allemagne est partagée entre une infinité de souverains, il n'y aura jamais moyen de les faire consentir à se soumettre aux décisions d'une académie.

Bibliographic information