Page images
PDF
EPUB

cathédrale et du chapitre, érigea à ses frais une école de filles à Flémalle, près Liége, et établit dans le diocese l'institut des Frères des écoles chrétiennes. Un mandement qu'il publia en 1822, pour cet effet, lui procura en peu de jours 40,000 fr. pour commencer l'œuvre. On dit que le Pape le destinoit à l'évêché de Liége, mais que Guillaume У mit obstacle. Son élévation sur le siége de Namur ne peut qu'ê 'être heureuse pour ce grand diocèse.

NOUVELLES POLITIQUES.

PARIS. Il faut que les gens de couleur de la Guadeloupe se fassent une singulière idée du Roi citoyen, pour avoir crié comme ils l'ont fait, le jour de sa fête : Five Louis-Philippe! à bas les blancs! Est-ce que par hasard ils le prennent pour un nègre? Quand il s'agiroit d'un Toussaint-Louverture, ils ne s'exprimeroient pas d'une autre manière. Du reste, il y a quelque chose ici qui doit paroître encore plus sérieux; c'est ce cri féroce des colonies, qui répond toujours aux révolutions de la métropole par un vœu d'extermination contre la racè blanche. La révolution de juillet a beau vouloir persuader aux gens qu'elle est pure, et qu'elle ne veut de mal à personne, on n'en croit rien nulle part comme vous voyez. Les nègres et les mulâtres ne voient point de différence entre les patriotes de 1830 et ceux de 89. Il faut l'avouer, nous craignons qu'ils n'aient raison.

La loi sur l'organisation des conseils-généraux et des conseils d'arrondissement a été promulguée le 22 juin.

La Préfecture du département de la Seine est retirée à M. le comte de Bondy. Il est remplacé par M. de Rambuteau, député.

[ocr errors]
[ocr errors]

Le Moniteur dément le bruit de la destitution de MM. Saulnier et Cahouet, préfets du Loiret et d'Ille-et-Vilaine, et ajoute que le gouvernement tient beaucoup à ces fonctionnaires.

Le général Delort, à la suite d'un démêlé avec le ministre de la guerre, a douné sa démission de commandant de la 19o division militaire et d'aide-de-camp de Louis-Philippe.

MM. de Bonnaire de Gif, Camille Paganel, Bouchené-Lefer et Lelorgned'Ideville sont nommés maîtres des requêtes en service ordinaire, et MM. Pagès, Méchin et François, auditeurs de première classe, sont nommés maîtres des requêtes en service extraordinaire.

C'est M. Boutarel qui a été nommé colonel de la 9o légion de la garde nationale de Paris. M. de Schonen étoit l'un des candidats élus; mais il n'a point été nommé. Les journaux ministériels ont donné pour raison les occupations que lui nécessitent ses emplois.

M. Anglade, député, vient d'être destitué, à cause de son opposition, de la place de juge-de-paix du canton de Cabanes (Arriège), qui lui avoit été donnée à la révolution de juillet.

[ocr errors]

Le conseil-général de la Banque de France a fixé à 31 fr. par action le dividende du premier semestre de 1833: la réserve est de 50 fr. par action.

La cour de cassation s'est occupée la semaine dernière de cinquante - huit pourvois en matière de garde nationale.

Le docteur Morel, sergent-major dans la garde nationale, et le sieur Leclerc, décoré de juillet, tambour dans la même garde, ont comparu le 22 devant la cour d'assises, comme ayant participé à l'insurrection des 5 et 6 juin 1832. Le ministère public a abandonné l'accusation, et ils ont été acquittés.

-L'association pour l'éducation du peuple, qui compte, dit-on, 3,000 souscripteurs, a tenu, le 23, une séance pour le renouvellement des membres du comité central. L'assemblée, qui se composoit de mille personnes, étoit présidée par M. Arago, qui a prononcé un discours. Il y a eu de l'ordre jusqu'au scrutio. Alors un débat s'est engagé sur le mérite des candidats, dit le Journal du Commerce. Suivant le même journal, MM. Odilon - Barrot et Laffitte ont été écartés comme n'étant pas assez dans le mouvement, et M. Lafayette lui-même a été trouvé trop modéré. Les membres qui ont eu le plus de voix sout: MM. Dupont (de l'Eure), qui a été proclamé président; de Cormenin, premier vice-président; Cabet, secrétaire-général, et Andraí, médecin, secrétaire.

--

Le directeur de la Bibliothèque royale a fait annoncer que le prêt des livres au dehors sera rétabli à partir du 8 juillet prochain. Conformément à l'art. 79 du nouveau réglement, les livres ne seront prêtés qu'à des personnes d'une solvabilité notoire, counues pour se livrer à des travaux utiles, et qui, présentées par les conservateurs du dépôt des imprimés, et agréées par le conservatoire, auront été inscrites sur un registre particulier. Lorsque la demande sera admise, on pourra réclamer tous les livres dont on aura besoin.

Le Figaro annonce que les jésuites étant enterrés, sa vignette, représentant Figaro frappant Bazile, va disparoître, et sera remplacée par une autre. « Tous les hypocrites ne sont pas morts, dit ce journal; mais ceux qui restent ne portent pas soutané. » Cela s'adresse sans doute aux doctrinaires,

La cour d'assises de Bordeaux, sur l'opposition formée par M. Lecoutre de Beauvais, a maintenu le jugement par défaut qui a condamué ce gérant du Journal de Guyenne à quatre ans de prison et 8,000 fr. d'amende. M. Lecoutre étoit défendu par M. de Sèze.

M. Roger, curé de Châteauneuf, diocèse de Chartres, avoit adressé à plnsieurs personnes, en avril 1832, une lettre, où il déploroit les malheurs de la France, s'affligeoit de voir régner le fils d'un régiçide, et engageoit à célébrer la fête de Henri V. Il fut mis en accusation, et condamné à l'emprisonnement par la cour d'assises de Chartres. L'arrêt ayant été rendu par défaut, M. Roger y forma opposition, et s'est présenté dernièrement, assisté de MM. Guillemin et Doublet. Celui-ci, qui est un avocat libéral de Chartres, a discuté les passages de la lettre, pour montrer qu'elle ne méritoit aucune importance. Le jury a déclaré M. Roger non coupable.

Il semble qué le clergé soit plus spécialement en butte à d'atroces complots. Nous avons annoncé dernièrement l'assassinat de deux curés, M. le curé de Chanos-Curson, diocèse de Valence, et M. le curé de Saint-Lattier, diocèse de Grenoble. Nous apprenons en ce moment un nouvel assassinat commis sur la personne d'un autre ecclésiastique. M. l'abbé Pagès, curé de Saint-Mayme, près Rodez, a été trouvé mort, le 15 de ce mois, dans son presbytère, qui est isolé. Il avoit été pendu par sa cravate à l'espagnolette de l'une des fenêtres de sa chambre, placée à environ cinq pieds au-dessus du plancher. La vérification à laquelle ont procédé les hommes de l'art n'a pu laisser aucun doute que le malheureux curé ne fût mort par la strangulation qu'on lui avoit fait subir. On croit qu'il a été surpris pendant le sommeil, auquel il avoit l'habitude de se livrer après son déjeûner. Sa servante étoit sortie pour la journée. L'explosion d'une arme à feu s'est, en outre, fait entendre autour du presbytère, le jour du crime, à dix heures du matin. M. Pagès n'étoit âgé que de 35 ans.

A la suite d'une orgie, des rixes et des scènes de violence ont eu lieu à Issoudun, entre des Polonais du dépôt. Un agent de police a été repoussé et maltraité. La gendarmerie a fait quelques arrestations. Plusieurs réfugiés ont pris la fuite. Il y a eu des désordres semblables à Châteauroux.

Le 20 juin, vers cinq heures du matin, le feu se manifesta au Mans chez un boulanger de la rue Saint-Vincent, non loin du grand séminaire. Aussitôt 250 élèves du grand séminaire accoururent, et travaillèrent sous la direction de leur supérieur, M. l'abbé Bouvier, à éteindre l'incendie. Ils y ont réussi; deux sont blessés. Un fonctionnaire a remercié publiquement le supérieur de leur zèle et de leur dévoûment. Ces jeunes gens ont déjà rendu le même service dans de semblables occasions.

Deux saint-simoniens, qui se sont présentés à Rennes, ont été fort mal accueillis. Ils ont été obligés de quitter la ville dès le lendemain de leur arrivée. L'autorité est intervenue pour les protéger.

Le gérant de la Gazette du Midi a été cité le 17 devant la cour d'assises de Marseille. Acquitté dans trois affaires, il a été condamné, pour la quatrième, à un mois de prison et 1200 fr. d'amende.

La ville de Marseille a affecté une somme de 400,000 fr. à la construction d'un hôpital de fous.

Un incendie a détruit, le 12 juin, dix-sept maisons au hameau de GrandBois-Saint-Denis, commune de Wignehies (Nord).

Le nombre des caisses d'épargnes est de cinq cent vingt-sept en Angleterre. On va en établir quarante nouvelles en France par suite de démarches de quelques députés.

Il est mort dimanche dernier, à Metz, un individu âgé de 118 ans. C'est le nommé François Roussel, né à Rouvres (Meuse) étameur et fondeur de cuillers ambulant pendant l'hiver, et marchand de tisanne en été. Cet homme, que l'on

considéroit comme le doyen des centenaires de France, a exercé jusqu'à ses derniers jours sa pénible industrie.

— Par arrêt du 21 juin, la cour d'assises de Nantes a condamné à mort, par contumace, et au séquestre de leurs biens, pour participation aux mouvemens de l'Ouest, MM. Amédée de Kersabiec, Louis de Cornulier, Laroche de Lépinais, beau-fils de ce dernier, et Arondel, ancien percepteur à Mounières.

M. Degeorge, rédacteur-gérant du Propagateur du Pas-de-Calais, a été condamné par défaut, le 12, à neuf mois de prison et 4,000 francs d'amende, pour offenses envers Louis-Philippe, et excitation à la haine du gouvernement et des magistrals.

— Le Luxor, ayant à bord un des obélisques donnés par le pacha d'Egypte, a mis à la voile de Toulon le 22 juin, escorté par le bateau à vapeur le Sphynx. Ces deux bâtimens se rendent à Cherbourg, d'où l'on avisera au moyen de transporter à Paris l'Aiguille de Luxor.

La frégate la Résolue, qui faisoit partie de l'escadre des Dunes, et qui venoit de partir de Cherbourg, a fait naufrage entre Barfleur et l'écueil des TroisPierres.

· Le roi d'Espague a répondu le 6 mai à la lettre dans laquelle l'infant don Carlos déclaroit ne pouvoir reconnoître sa fille comme héritière de la couronne. Ferdinand proteste de son intention ferme de maintenir l'ordre de succession qu'il a établi, et signifie à son frère que ses devoirs de roi l'obligent à l'éloigner d'un pays où sa présence pourroit servir de prétexte aux mécontens. Il l'autorise à se rendre dans les Etats pontificaux, et lui annoncé l'envoi d'un vaisseau de sa marine pour l'y transférer.

[ocr errors]

Les avocats piémontais Scovazzi et Saluzzo, prévenus de couspiration, ont été jugés, le 13 juin, par le conseil de guèrre de Turin. Le premier a été condamné à mort par contumace; le second a été acquitté. A Gênes, le conseil de guerre condamnoit à mort, le même jour, les nommés Gavotti, maître d'armes; Biglia et Méglio, sergens. Ils ont été exécutés le soir même. Le lieutenant Sola-Effisio, qui avoit été condamné précédemment à la peine capitale, ayant obtenu la parole lors de son exécution, reconnut la justice de l'arrêt, témoigna du repentir, et exhorta ses camarades à rester dévoués au Roi et à leurs devoirs. Cet infortuné est mort avec des sentimens religieux très-édifians. Il est maintenant prouvé que la conspiration de Savoie avoit de graudes ramifications dans toute l'Italie et en Allemagne.

Le Journal de Savoie déclare qu'il est autorisé à dire que, jusqu'ici, il ne résulte pas qu'il y ait aucun Savoisien, militaire ou non, qui ait pris part aux derniers complots.

A l'occasion de son mariage avec la princesse Marie-Antoinette de Naples. le grand-duc de Toscane a accordé une amnistie générale à tous les condamnés à la prison et à l'amende, Le mariage du grand-duc a été célébré le 7 de ce mois à Naples.

Le colonel Evans à présenté et appuyé vivement lé 20 juin, à la chambre des communes d'Angleterre, une pétition tendante à l'abolition de la taxe sur les portes et fenêtres. La séance a été en partie occupée par la discussion à laquelle cette réclamation a donné lieu. M. Fergus-O'Connor s'est élevé contre les ministres qui, après avoir long-temps inscrit le nom de Réforme sur leur bannière, n'ont rempli aucune des promesses qu'ils' faisoient avant leur entrée aux affaires. On crioit, dit-il, contre le duc de Wellington parce qu'il heurtoit de front l'opinion publique; les ministres wighs ne font à cette dernière aucune concession, et il n'y a aucune différence. M. Robinson a déclaré qu'il feroit une motion contre la taxe en question.

Le vaisseau anglais le Beacon rencontra, le 30 mai, dans l'Archipel, auprès de l'île de Thasos, huit canots de pirates auxquels il donna la chasse. Les pirates, qui menaçoient déjà de détruire les biens et les maisons de l'île de Thasos, se réfugièrent à terre. Après avoir reçu quelques coups de mitraille, ils se rendirent à condition d'être considérés comme prisonniers des Anglais. Ils étoient au nombre de 140. Deux cents autres étoient parvenus à s'enfuir dans les montagnes. On leur prit 4 petits canons, 138 armes, 5,000 cartouches, et 41,000 piastres provenant du pillage. Il a fallu beaucoup de fermeté de la part de l'officier anglais pour empêcher que ces forbans ne fussent mis à mort par les

Turcs.

L'adresse de la chambre des représentans de la Belgique a donné lieu à une discussion longue et vive, et elle n'est pas encore votée. C'est M. de Foëre qui avoit été nommé rapporteur de la commission, laquelle comptoit parmi ses membres M. de Theux.

CHAMBRE DES PAIRS.

Le 24, M. Boyer, un des deux membres de la minorité dans l'examen de la question du divorce, fait une proposition dans le seus de celle à laquelle le rapporteur, M. Gautier, s'étoit arrêté. Cette proposition a pour objet de faire cesser de plein droit la présomption de paternité dans l'état de la séparation de corps, prononcée pour cause d'adultère, et de déclarer en conséquence étrangers au mari les enfans nés 300 jours après cette séparation, à moins que le mari ne les reconnoisse. Cette proposition, qui est fortement appuyée, est renvoyée dans les

bureaux.

Sur le rapport de MM. de Lascours et de Germiny, la chambre adopte des projets de loi, dont l'un approuve la concession d'un chemin de fer d'Alais à Beaucaire par Nîmes, et les autres autorisent les villes de Lyon, Versailles, Nimes, le département de la Vendée, etc., à s'imposer extraordinairement.

M. Aug. Périer fait le rapport du budget des recettes de 1834. Il approuve différentes dispositions introduites par la chambre des députés, et se plaint seulement de ce que l'annullation des rentes rachetées ne se soit pas bornée aux 5 mil

« PreviousContinue »