Dictionnaire pour l'intelligence des auteurs classiques, grecs et latins: tants sacrés que profanes, contenant la géographie, l'histoire, la fable, et les antiquités...

Front Cover
Seneuze, 1778
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 199 - LETTRES les, (Encyclopédie) ce mot désigne en général les lumières que procurent l'étude, & en particulier celle des belles-lettres ou de la littérature. Dans ce dernier sens, on distingue les gens de lettres, qui cultivent seulement l'érudition variée & pleine d'aménités, de ceux qui s'attachent aux sciences abstraites, & à celles d'une utilité plus sensible.
Page 359 - ... défendre contre les Barbares : mais il en arriva tout autrement. Car, dans un lieu uni, les premiers couvrent les derniers , & leur procurent quelque relâche : au lieu que, fur cette colline, l'inégalité du lieu faifant paraître le» uns au deflus des autres, & découvrant davantage ceux qui étoient derrière, les offrait tous aux coups.
Page 342 - Mais , lorfqu'ils fçurent que cette efpérance étoit vaine, & qu'à la queue de l'armée ennemie étoit un grand nombre de chameaux chargés de ces flèches redoutables , que les Parthes alloient prendre à mefure qu'ils en manquoient , le défefpoir s'empara de ces braves gens, à qui toute leur valeur devenoit inutile.
Page 1 - Dictionnaire pour l'intelligence des auteurs classiques grecs et latins, tant sacrés que profanes, par Fr. SABBATHIER. Pari», 1815, in-8. (Tome 37e et dernier.) 6 » Dit (Le) de menage, pièce en vers du XIV«' siècle , publié, pour I première fois par MG -S.
Page 96 - ... que fes citoyens ne lui en auroient pas la même obligation , mais que tout le monde mettant également tous fes biens en commun , l'honneur en reviendroit toujours à celui-là feul, qui avoit donné l'exemple, il demanda tout haut à Agis , s'il ne penfoitpas que Lycurguc fut un habile homme & un homme de bien ? "' ' ' Agis ayant répondu qu'il le tenoit pour tel Où avez...
Page 196 - C'est de lui (Cadmus) de qui nous vient cet art ingénieux De peindre la parole et de parler aux yeux, Et, par des traits divers de figures tracées, Donner de la couleur et du corps aux pensées.
Page 455 - ... prêter des grâces aux sciences. Il faut même pour être profond dans la littérature, abandonner les auteurs qui n'ont fait que l'effleurer...
Page 446 - Romains n'aimoient pas à être plus de douze à. une même table , & le nombre qui leur plaîfoit davantage , étoit le nombre impair de trois, de fept, ou de neuf. Leurs Lits ordinaires ne contenoient que trois perfonnes. Le maître de la maifon fe plaçoit fur le Lit à droite au bout de la table , d'où voyant l'arrangement du fervice , il pouvoit plus facilement donner...
Page 358 - ... contre les autres, ils étaient en butte à tous les traits , et mouraient d'une mort lente, mais cruelle; car, se sentant déchirer les entrailles , et ne pouvant supporter la douleur, ils se roulaient sur le sable avec les flèches qu'ils avaient dans le corps , et expiraient ainsi dans des tourments horribles; ou, tâchant d'arracher de force les pointes à crochets recourbés qui avaient pénétré au travers des nerfs et des veines, ils déchiraient encore davantage leurs plaies , et augmentaient...
Page 110 - Philippe , & de couvrir par-là leurs crimes pattes , ils foufflérent aux oreilles des rondachers & desfoldats de la garde, qu'ils s'expofoient pour le falut commun à tout ce que la guerre avoit de plus pénible & de plus périlleux , que cependant on ne leur rendoit point juftice, & qu'on n'obfervoit pas à leur égard l'ancien ufage dans la diftribution du butin. Les jeunes gens...

Bibliographic information