Page images
PDF
EPUB

1

(No 15.) Unes très-belles Decretalles en latin, historiées au commencement de papes, cardinaux, et de plusieurs ymaiges; et au premier fueillet sont les armes dudit feu évesque de Poitiers 1; fermans à deux fermoers d'argent doré esmailliés aux armes dudit Mons. le duc, couvertes de veluyau vermeil.

Collection des Décrétales de Grégoire IX, faisant suite au Décret de Gratien.

(No 34.) Un livre appellé Catholicon abregié, escript de lettre de fourme, couvert de cuir vert; lequel Mons. le duc d'Orléans donna audit Mons. le duc de Berry au mois d'avril l'an mil quatre cens et un.

Abrégé du grand ouvrage de Balbi, dont un bel exemplaire est décrit, no 19, ci-après.

(No 36.) Un livre en latin des Epistres de Senèque, de saint Pol et d'autres, ouquel sont contenus plusieurs autres livres, escript de lettre lombarde; et au commencement du second fueillet a escript : Amico secreta sunt; couvert de veluyau noir, à deux fermoers d'argent doré esmailliés aux armes du duc de Milan", qui l'envoya audit Mons. le duc de Berry

1 Ithier de Martreuil, ou Mareuil, évêque de Poitiers, de 1387 à 1405; il était chancelier du duc.

2 Jean Galéas Visconti, premier duc de Milan, dont la fille, Valentine, épousa Louis, duc d'Orléans, fils puîné de Charles V, d'où les droits de Louis XII sur ce duché.

au mois de mars l'an dessus dit mil quatre cens et deux.

(No 19.) Un livre de Machaut, garni de deux fermoers d'argent doré et de deux tixus de soye vermeille, couvert de cuir vermeil empraint.

Poésies de Guillaume de Machaut, né en Champagne et mort vers 1370. Il fut successivement secrétaire de Jeanne de Navarre, femme de Philippe le Bel, de celui-ci et de Louise de Luxembourg, première femme du roi Jean et mère du duc de Berry.

Elles n'ont point été imprimées; la bibliothèque Impériale en possède un manuscrit.

[graphic]
[graphic][subsumed]
[ocr errors][merged small]

LIBRAIRIE DE LA SAINTE CHAPELLE DE BOURGES, EN 1405 1.

1. Une Bible en dix volumes, chascun à quatre fermoers, couvert d'un drap de soye pareil; lesquels furent donnés audit Mons. le duc par feu pape Clément de Genève, que Dieu absoille.

2. Une Bible en un volume, escript de lettre boulonnoise, historiée en plusieurs lieux de l'ouvrage de Lombardie; et en la première ligne du second fueillet a escript Indoctus et est; couverte ladite Bible de veluyau vert, fermant à deux fermoers d'argent doré, l'un esmaillié de un ymage de saint Jehan, et l'autre de Notre Dame.

3. Un Psaultier, escript de grosse lettre boulonnoise, historié de l'ouvrage de Lombardie; et au commencement a un escusson d'un cardinal; couvert de veluiau bleu, à quatre fermoers d'argent esmailliés desdites armes.

1 Suivant les lettres patentes du 18 avril 1405 et le catalogue primitif, mais sans y comprendre les livres de chœur et les Missels.

4. Un très-ancien Psaultier long, historié d'ouvrage romain, et au commencement de David jouant de la harpe, et sur les fueillets paint des armes de France et de Boulongne, couvert de vieille soye, à deux tixus, dont en l'un n'a point de fermoer.

Compris dans le don fait à la bibliothèque du Roi en 1752; supplément latin, no 333.

C'est un volume in-folio de 196 feuillets, format très-allongé, écriture anglo-saxonne du xie siècle. On distingue encore sur la tranche les armes de France et celles d'Auvergne (d'or au gonfanon de gueules frangé de sinople), qu'on a confondues avec celles de Boulogne, parce qu'au xive siècle les comtés de Boulogne et d'Auvergne se trouvaient réunis dans les mêmes mains. A la fin du volume, le duc de Berry a, suivant son usage, écrit de sa main : Ce livre est au duc de Berry: JEHAN. Il contient le Psaultier latin avec la version anglo-saxonne en regard1, différents cantiques, le symbole de saint Athanase et les litanies des saints. M. Léopold Delisle a publié ces litanies, afin qu'on pût les comparer avec d'autres litanies anglicanes publiées par Mabillon d'après un manuscrit de Reims 2. Il a fait remarquer que saint Martial, l'apôtre du Limousin, y figure sur la même ligne que les apôtres et les évangélistes.

5. Un grand Psaultier glosé, très-bien escript, dont les mots de beatus vir qui non abiit sont escripts de lettres d'or, couvert d'un viez cuir blanc, fermant à deux fermoers de laiton.

1 Voy., sur les manuscrits contenant la version anglo-saxonne du Psaultier, le P. Lelong, Bibliotheca sacra, édit de 1723, t. Ier, p. 421 et 422.

2 Analecta, édit. in-fo, p. 168 et 169.

« PreviousContinue »