L'agonie du christianisme

Front Cover
F. Rieder, 1925 - 162 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 17 - Ne pensez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre : je ne suis pas venu apporter la paix, mais l'épée.
Page 61 - C'est une belle et noble langue, le français. On ne sait pas le français, on ne le parle pas, on ne l'écrit pas sans savoir quantité d'autres choses qui font ce que l'on appelait jadis l'honnête homme. Le français porte mal le mensonge.
Page 84 - Jésus, en effet, déclare qu'il est plus difficile à un riche d'entrer dans le Royaume des cieux qu'à un chameau de passer par le trou d'une aiguille, il ne faut pas oublier que tout de suite après, à la question
Page 88 - ... des amis ; il ne fait en réalité que changer de secte. Telle fut la destinée de Lamennais. Une des grandes sagesses de M. l'abbé Loyson a été de résister sur ce point à toutes les séductions et de se refuser aux caresses que le parti avancé ne manque jamais de faire à ceux qui rompent les liens officiels.
Page 18 - JÉSUS sera en agonie jusqu'à la fin du monde : il ne faut pas dormir pendant ce temps-là.
Page 117 - Naturali rationis humanse lumine eerti cognoscere posse. » il parle de « connaissances de cœur », ce n'est pas la vérité rationnelle, objective, ce n'est pas la réalité. Et il le savait. Tout son effort tendit à créer, sur le monde naturel, un autre monde surnaturel ; mais était-il convaincu de la réalité objective de cette surnature ? Convaincu, non ! Persuadé, peut-être. Et il se sermonnait lui-même.
Page 59 - Le positivisme fut, en effet, à l'origine de conjonctions qui, voici cinquante ans, n'auraient jamais été possibles. Je ne sais ce qu'en pense M. le général André, qui passe pour positiviste, mais son maître et le mien, Auguste Comte, a toujours tenu le catholicisme pour un allié nécessaire de la science contre l'anarchie et la barbarie. Il répétait souvent : — Que ceux qui croient en Dieu se fassent catholiques, que ceux qui n'y croient pas se fassent positivistes...
Page 85 - Et vous ne considérez pas qu'il est à propos qu'un homme seul meure pour le peuple, et que toute la nation ne périsse pas...
Page 117 - La plus cruelle guerre que Dieu puisse faire aux hommes en cette vie est (i) Ce fragment pourrait bien faire partie d'une des lettres de Pascal à M"
Page 73 - Tout ce qui est au monde est concupiscence de la chair, ou concupiscence des yeux, ou orgueil de la vie : libido sentiendi, libido sciendi, libido dominandi...

Bibliographic information