oeuvres completes de marmontel de l'academie francaise nouvelle edition

Front Cover
1819
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 230 - ... 0 profondeur des trésors de la sagesse et de la science de Dieu! que ses jugements sont incompréhensibles , et que ses voies sont impénétrables ! Car qui a connu les desseins de Dieu , ou qui est entré dans ses conseils ? Qui lui a...
Page 221 - Dieu n'a point envoyé son Fils dans le monde, pour condamner le monde ; mais afin que le monde soit sauvé par lui. Celui qui croit en lui ne sera point condamné, mais celui qui ne croit point est déjà condamné, parce qu'il n'a pas cru au Nom du Fils unique de Dieu.
Page 317 - Or, en écrivant, il faut se dire que l'on écrit pour tous les temps, pour tous les lieux, pour tous les hommes, et qu'on travaille , autant qu'il est en soi , à établir dans les esprits une opinion, générale et constante. Cela posé, quelle est l'opinion qu'on peut espérer d'établir sur la tolérance ou l'intolérance? Dire qu'il n'appartient qu'aux princes catholiques d'être...
Page 312 - La révélation n'est que le supplément de la conscience : c'est la même voix qui se fait entendre du haut du ciel et du fond de mon âme. Il n'est pas possible qu'elle se démente ; et si d'un côté je l'entends me dire que l'homme juste et bienfaisant est cher à la divinité, de l'autre elle ne me dit pas qu'il est l'objet de ses vengeances.
Page 341 - ... Bélisaire. Outre les bonnes qualités de son esprit et de son cœur, il venait de se signaler par un sermon dont la morale était aussi pure que celle de cet excellent livre. L'évêque, bien loin de désapprouver cette dédicace , en a témoigné beaucoup de contentement, et même il s'en glorifie. Notre traduction vient d'être imprimée. Quelque défectueuse qu'elle soit, ceux qui y ont travaillé croient ne pouvoir se dispenser de vous en offrir, monsieur, un exemplaire. Recevez-le comme...
Page 146 - des états, reprit l'empereur, dépend de l'union des esprits. C'est une maxime équivoque, dit Bélisaire, et dont on abuse souvent. Les esprits ne sont jamais plus unis que lorsque chacun est libre de penser comme bon lui semble.
Page 13 - C'est là ce qui m'a été sensible. Vous savez avec quel zèle et quel amour je l'ai servi. Je l'aime encore, et je le plains d'être assiégé par des méchants qui déshonorent sa vieillesse. Mais toute ma constance m'a abandonné, 'quand j'ai appris qu'il avait lui-même prononcé l'arrêt. Ceux qui devaient l'exécuter n'en avaient pas le courage ; mes bourreaux tombaient à mes pieds. C'en est fait, je n'ai plus, grâce au ciel, que quelques moments à être aveugle et pauvre.
Page 418 - Il ne fera plus de discours insolents ni de chansons insipides. Bélisaire s'imprime. Il paraîtra vers le commencement de l'année. Vous trouverez, mon illustre maître, que c'est bien peu de chose en comparaison de ce que le sujet annonce; mais la liberté est l'âme du génie, et l'on n'est pas libre d'écrire ici tout ce qu'on pense. La ligne des choses permises est comme une corde sur laquelle nous dansons avec un balancier.
Page 174 - Ecoutez, mon voisin, dit Bélisaire : vous n'avez pas envie d'affliger ma vieillesse»? Je suis un pauvre homme, qui n'ai d'autre consolation que l'avenir que je me fais. Si je ne décide \ pas , j'espère. C'est une illusion, laissez-la-moi : elle me fait du bien; et Dieu n'en est point offensé, car je l'en aime davantage.
Page 413 - Vous avez appris à ceux qui les cultivent à sentir la dignité de leur état. Vous leur avez agrandi l'âme. Ce caractère ne se peint pas seulement dans leurs écrits; il éclate dans leur conduite. Vous savez avec quelle fermeté courageuse...

Bibliographic information