Les merveilles de la nuit de Noel: récits fantastiques du foyer Breton

Front Cover
C. Lévy, éditeur, Ancienne Maison Michel Lévy Frères, 1879 - 374 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 312 - L'idiot serra vite le cordon du sac autour de son cou, fit le signe de la croix sur le nœud pour le rendre indestructible; puis, courant à la fleur qui riait, il la cueillit et repartit de toute la vitesse de son poulain. Mais il ne tarda pas à rencontrer le lac des dragons, qu'il fallait traverser à la nage, et, à peine y fut-il entré, que ceux-ci accoururent de toutes parts pour le dévorer. Cette fois, Peronnik ne s'amusa pas à leur tirer son bonnet; mais il se mit à leur jeter les grains...
Page 7 - ... à celles de l'Ecosse si positives dans leur fantastique même. Près de la ballade follement gracieuse de l'Irlande, « cette « terre des genêts fleuris et des pelouses vertes » nous pourrions citer les traditions populaires de la France, si logiques, si fines, si railleuses, et le plus souvent si philosophiques sans le vouloir. Car c'est là surtout le caractère du conte populaire; il est à son insu ce qu'il est. Né de tous, il ne connaît point de père. C'est un bruit pareil à celui...
Page 124 - Ce canot avait la forme d'un cygne endormi, la tête sous son aile. Houarn, qui n'avait jamais rien vu de pareil, s'approcha avec curiosité et entra dans la barque pour mieux la voir. Mais à peine y eut-il mis le pied, que le cygne eut l'air de s'éveiller ; sa tête sortit de dessous ses plumes, ses larges pattes s'étendirent sur l'eau et il s'éloigna brusquement du rivage. Le jeune homme poussa une exclamation d'effroi ; mais le cygne avança plus vite vers le milieu de l'étang. Houarn voulut...
Page 299 - D'un plus grand prix que toutes les couronnes de la terre, répondit l'étranger, car outre que le bassin d'or produit, à l'instant, les mets et les richesses que l'on désire, il suffit d'y boire pour être guéri de tous ses maux, et les morts eux-mêmes ressuscitent en le touchant de leurs lèvres. Quant à la lance de diamant, elle tue et brise tout ce qu'elle touche. — Et à qui appartiennent cette lance de diamant et ce bassin d'or ? reprit Peronnik émerveillé.
Page 325 - C'est ainsi qu'il entre dans un château qui s'offre à lui; un vieillard malade y repose sur un lit; un valet paraît, portant une lance d'où coule une goutte de sang, puis deux autres tenant des chandeliers d'or, puis deux demoiselles, l'une avec un tailloir ou assiette d'argent, l'autre avec un graal ou bassin d'or pur émaillé.
Page 325 - De là il se rend chez une jeune demoiselle en peine nommée BlancheFleur, la délivre et reçoit ses faveurs en retour. Mais ni la gloire ni l'amour ne peuvent lui faire perdre le souvenir de sa mère, qui le poursuit partout. Inquiet et rêveur, il prend congé de la châtelaine et s'éloigne. Que cherchet-il? il ne le sait pas lui-même; il va au hasard et sans but où le porte son libre coursier. C'est ainsi qu'il entre dans un château qui s'offre à lui; un vieillard malade y repose sur un...
Page 136 - ... dans le jardin. Celle-ci lui montra les pelouses fleuries de diamants, les jets d'eau parfumés de lavande, et surtout le vivier où nageaient les poissons de mille couleurs. Bellah parut si enchantée de ces derniers, qu'elle s'assit au bord de la pièce d'eau, afin de mieux les regarder. La...
Page 294 - ... devant les portes pour demander leur pain. On dirait des veaux qui ont perdu le chemin de leur étable. Ils regardent de tous côtés avec de grands yeux et la bouche ouverte, comme s'ils cherchaient quelque chose; mais ce qu'ils cherchent n'est pas assez commun dans le pays pour qu'on le trouve sur les grands chemins, car c'est de l'esprit. Peronnik était un de ces pauvres idiots qui ont pour père et mère la charité des chrétiens. Il allait devant lui sans savoir où ; quand il avait soif,...
Page 326 - ... pareil jour. Perceval rentre en lui-même et va trouver un saint ermite, auquel il se confesse. Le prêtre lui apprend que la cause de toutes ses erreurs est son ingratitude envers sa mère, que le péché lui a coupé la langue quand il eût fallu demander l'explication du graal; il lui impose une pénitence, lui donne des conseils, lui révèle une oraison mystérieuse, où se trouvent certains mots terribles qu'il lui défend de faire connaître, et Perceval, absous de ses péchés, jeûne,...
Page 121 - Les oiseaux, dit-il, vont devant eux jusqu'à ce qu'ils aient rencontré un champ de grain, et les abeilles jusqu'à ce qu'elles trouvent des fleurs pour faire leur miel ; un homme ne peut avoir moins de raison que des bêtes volantes. Moi aussi, je veux chercher partout ce qui me manque, c'est-à-dire le prix d'une vache et d'un pourceau maigre.

Bibliographic information