Histoire naturelle, générale et particulière, Volumes 41-42

Front Cover
F. Dufart, 1798
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 150 - ... mère, et lorsqu'ils vont, guidés par la nature, s'ébattre ou se plonger dans la rivière voisine, c'est un spectacle singulier de voir la surprise, les inquiétudes, les transes de cette pauvre nourrice qui se croit encore mère, et qui pressée du desir de les suivre au milieu des eaux, mais retenue par une répugnance invincible pour cet élément, s'agite, incertaine sur le rivage, tremble et se désole, voyant toute sa couvée dans un péril évident, sans oser lui donner de.
Page 148 - ... qu'elle recèle dans son sein, et elle s'en prive en leur faveur; elle les rappelle lorsqu'ils s'égarent , les met sous ses ailes à l'abri des intempéries , et les couve une seconde fois ; elle se livre à ces tendres soins avec tant d'ardeur et de souci , que sa constitution en est sensiblement altérée, et qu'il est facile de distinguer de toute autre poule une mère qui mène ses petits, soit à ses plumes hérissées et à ses ailes traînantes, soit au son enroué de sa voix et à ses...
Page 88 - ... les longues plumes de sa queue déploient, en se relevant, leurs richesses éblouissantes ; sa tête et son cou, se renversant noblement en arrière, se dessinent avec grâce sur ce fond radieux, où la lumière du soleil se joue en mille manières, se perd et se reproduit sans cesse, et semble prendre un nouvel éclat plus doux et plus moelleux, de nouvelles couleurs plus variées et plus harmonieuses: chaque mouvement de l'oiseau produit des milliers de nuances nouvelles, des gerbes de reflets...
Page 115 - Le coq a beaucoup de soin et même d'inquiétude et de souci pour ses poules: il ne les perd guère de vue; il les conduit, les défend , les menace, va chercher celles qui s'écartent , les ramène , et ne se livre au plaisir de manger que lorsqu'il les voit toutes manger autour de lui.
Page 116 - ... quelque poule. Les hommes, qui tirent parti de tout pour leur amusement, ont bien su mettre en œuvre cette antipathie invincible que la nature a établie entre un coq et un coq ; ils ont cultivé cette haine innée avec tant d'art, que les combats de deux oiseaux de bassecour sont devenus des spectacles dignes d'intéresser la curiosité des peuples, même des peuples polis, et en même...
Page 117 - Les hommes, qui tirent parti de tout pour leur amusement, ont bien su mettre en œuvre cette antipathie invincible que la nature a établie entre un coq et un coq ; ils ont cultivé cette haine innée avec tant d'art, que les combats de deux oiseaux de bassecour sont devenus des spectacles dignes d'intéresser la curiosité des peuples, même des peuples polis, et en même temps des moyens de développer ou entretenir dans les âmes cette précieuse férocité, qui est, dit-on, le germe de l'héroïsme.
Page 87 - Roi des oiseaux ; il n'en est point sur qui la nature ait versé ses trésors avec plus de profusion : la taille grande, le port imposant, la démarche fière , la figure noble , les proportions du corps élégantes et sveltes , tout ce qui annonce un être de distinction lui a été donné...
Page 151 - ... d'un grillage en fil de fer, ou d'un simple filet, et par dessus d'un couvercle à charnière ; c'est dans cette cage que les poussins trouvent à manger : mais lorsqu'ils ont mangé et couru suffisamment, il leur faut un abri où ils puissent se réchauffer et se reposer, et c'est pour cela que les poulets qui sont menés par une mère, ont coutume de se rassembler alors sous ses ailes. M. de Réaumur a imaginé pour ce même usage une mère artificielle ; c'est une boîte doublée de peau de...
Page 339 - Le tetras , qui , dans tout autre tems , est fort difficile à approcher , se laisse surprendre très - aisément lorsqu'il est en amour , et sur-tout tandis qu'il fait entendre son cri de rappel ; il est alors si étourdi du bruit qu'il fait lui-même, ou, si l'on veut, tellement enivré, que ni la vue d'un homme, ni même les coups de fusil ne le déterminent à prendre sa volée ; il semble qu'il ne voie ni n'entende, et qu'il soit dans une espèce d'extase...
Page 88 - ... de sa magnificence, elle les a encore mêlées, assorties, nuancées, fondues de son inimitable pinceau, et en a fait un tableau unique, où elles tirent de leur mélange avec des nuances plus sombres et de leurs oppositions entre elles un nouveau lustre et des effets de lumière si sublimes que notre art ne peut ni les imiter ni les décrire. Tel...

Bibliographic information