A Conversational French Reader for Beginners

Front Cover
Allyn and Bacon, 1915 - 254 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 83 - Père, qui êtes aux deux, que votre nom soit sanctifié. Que votre règne arrive. Que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donnez-nous, aujourd'hui, notre pain quotidien. Et pardonneznous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés.
Page 129 - La Cigale et la Fourmi. La cigale , ayant chanté Tout l'été, Se trouva fort dépourvue Quand la bise fut venue : Pas un seul petit morceau De mouche ou de vermisseau.
Page 52 - N'allez pas croire que j'ignore Que dans ce monde il faut souffrir; Mais je suis si petite encore! Ah! ne me laissez pas mourir! Donnez à la pauvre petite, Et pour vous comme elle priera1!
Page 170 - Râlant, brisé, livide, et mort plus qu'à moitié, Et qui disait : " A boire, à boire par pitié ! " Mon père, ému, tendit à son housard fidèle Une gourde de rhum qui pendait à sa selle, Et dit : " Tiens, donne à boire à ce pauvre blessé.
Page 129 - Que faisiez-vous au temps chaud ? Dit-elle à cette emprunteuse. - Nuit et jour à tout venant Je chantais, ne vous déplaise. -Vous chantiez ? j'en suis fort aise. Eh bien ! dansez maintenant.
Page 170 - Il lui sembla dans l'ombre entendre un faible bruit. C'était un espagnol de l'armée en déroute Qui se traînait sanglant sur le bord de la route, Râlant, brisé, livide, et mort plus qu'à moitié, Et qui disait : — A boire, à boire par pitié!
Page 201 - J'aurai reçu. Tu auras reçu. Il aura reçu. Nous aurons reçu. Vous aurez reçu. Ils auront reçu.
Page 201 - J'avais rendu. Tu avais rendu. Il avait rendu. Nous avions rendu. Vous aviez rendu.
Page 201 - J'ai rendu. Tu as rendu. Il a rendu. Nous avons rendu. Vous avez rendu. Ils ont rendu.
Page 129 - La Cigale, ayant chanté Tout l'Été, Se trouva fort dépourvue Quand la bise fut venue. Pas un seul petit morceau De mouche ou de vermisseau. Elle alla crier famine Chez la Fourmi sa voisine, La priant de lui prêter Quelque grain pour subsister Jusqu'à la saison nouvelle. Je vous paierai, lui dit-elle, Avant l'Oût, foi d'animal, Intérêt et principal.

Bibliographic information