Page images
PDF
EPUB

BIBLIOTHÈQUE

SACRÉE.

XV.

IMPRIMERIE DE BRODARD,

A Coulommiers.

SACRÉE,

OU

DICTIONNAIRE UNIVERSEL

HISTORIQUE, DOGMATIQUE,
CANONIQUE, GÉOGRAPHIQUE ET CHRONOLOGIQUE

DES SCIENCES ECCLÉSIASTIQUES;

CONTENANT l'Histoire de la Religion, de son établissement et de ses dogmes, celle
de l'Église considérée dans sa discipline, ses rits, cérémonies et sacremens; la
Théologie dogmatique et morale; la décision des cas de conscience et l'ancien
Droit canon; les personnages saints et autres de l'ancienne et de la nouvelle loi;
les Papes, les Conciles, les Siéges épiscopaux de toute la chrétienté, et l'ordre
chronologique de leurs Prélats; enfin l'histoire des Ordres militaires et religieux,
des schismes et des hérésies;

PAR LES RÉVÉRENDS PÈRES

RICHARD ET GIRAUD,

DOMINICAINS.

RÉIMPRIMÉ AVEC ADDITIONS ET CORRECTIONS PAR UNE SOCIÉTÉ
D'ECCLÉSIASTIQUES.

TOME QUINZIÈME.

B

A PARIS,

CHEZ BOISTE FILS AINE, LIBRAIRE-ÉDITEUR,

RUE DE SORBONNE, No 12.

M DCCC XXIV.

BX

841

R53 1822

SACRÉE,

OU

DICTIONNAIRE UNIVERSEL

DES SCIENCES ECCLÉSIASTIQUES.

LAURENT DE LA RÉSURRECTION (le frère), convers de l'Ordre des Carmes déchaussés, s'appelait dans le siècle Nicolas - Herman, et était d'Hérimenil, proche Luneville. Il embrassa d'abord la profession des armes; mais étant venu à Paris, il entra chez les carmes déchaussés en qualité de frère convers, et y fit profession en 1642. Il s'y distingua tellement par son humilité, sa pénitence, et ses lumières extraordinaires dans les voies intérieures, qu'il devint un sujet d'admiration et d'édification pour tous ceux qui le voyaient ou qui le consultaient. Il mourut à Paris le 12 février 1691, étant âgé d'environ quatre-vingts ans. Ses ouvrages de piété dont on a déjà parlé au mot Herman, ont été réimprimés avec quelques autres en 1699, à Cologne. (Dom Calmet, Biblioth. lorr. Moréri, édit. de 1759.)

LAURENT (Saint-), abbaye de chanoine réguliers de l'Ordre de Saint-Augustin dans le Nivernois, au diocèse d'Auxerre, fondée l'an 700.

LAURENTIN (saint), martyr, oncle de saint Célerin, lecteur de l'église de Carthage, et confesseur de Jésus-Christ au milieu du troisième siècle, avait servi dans les armées de l'Empire. Il souffrit le martyre avant que son neveu saint Célerin confessât la foi, sous l'empereur Dèce. (Baillet, t. 1, 3 février.)

LAURET (Jérôme), de Cerrera en Catalogne, moine de Montferrat, et abbé de SaintFélix de Guixol, dans le seizième siècle, a laissé : Forêts d'allégories de l'Écriture-Sainte, à Venise en 1675, et à Paris en 1583. (Dupin, Table des Auteurs ecclésiastiques du seizième siècle, col. 1167.)

LAURET (Matthieu), bénédictin espagnol qui avait de

« PreviousContinue »