Mélanges religieux, historiques, politiques et littéraires: 2e série. Tome premier-[tome sixième]

Front Cover
Gaume frères et J. Duprey, Editeurs, 1859 - 531 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Common terms and phrases

Popular passages

Page 295 - ... l'obligation de ce devoir, parce que ce devoir est le premier principe sur quoi roule la prudence même, et à quoi toute cette vertu doit se rapporter. Les intérêts de Dieu , c'est-à-dire ce qui touche son culte , sa religion , sa loi , son honneur, sa gloire, sont d'un ordre si relevé, qu'ils ne peuvent jamais être balancés par nul autre intérêt ; et d'ailleurs ces mêmes intérêts de Dieu sont tellement entre nos mains , que vous et moi nous en devons être les garans , et qu'autant...
Page 316 - C'est à vous que je parle , ma sœur. Le moindre solécisme en parla'nt vous irrite ; Mais vous en faites, vous, d'étranges en conduite. Vos livres éternels ne me contentent pas; Et, hors un gros Plutarque à mettre mes rabats, Vous devriez brûler tout ce meuble inutile , Et laisser la science aux docteurs de la...
Page 508 - Or nous n'avons pas reçu l'esprit du monde, mais l'Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données par sa grâce.
Page 297 - Vous me direz que votre zèle fera de l'éclat et du bruit ; mais pourquoi donc en faire , si ce n'est pour empêcher ce que vous savez être un véritable désordre, soit dans l'intérieur de votre famille, soit au dehors?
Page 166 - Attachons-nous plus que jamais aux méthodes éprouvées par le » temps, consacrées par l'expérience, et qui produisirent tous ces » grands hommes dont la littérature, les sciences, la philosophie chré» tienne, la politique, l'Eglise, ont pu, à si juste titre, se glorifier
Page 434 - La nation était constituée, et si bien constituée qu'elle n'a jamais demandé à aucune nation voisine la garantie de sa constitution. Elle était constituée en trois ordres, formant chacun une personne indépendante, quel que fût le nombre de ses membres, et...
Page 314 - Nous voulons, disions-nous dans le prospectus , par des livres conscien» cieux et mis à la portée de toutes les intelligences et de toutes les bourses, » aplanir l'effrayant amas de préjugés, de mensonges, que trois siècles ont » élevés entre les regards de l'homme et les œuvres de Dieu. Nous voulons dé...
Page 290 - ... plus nonchalamment. On s'attend qu'ils reprendront les mauvaises mœurs , on dit qu'ils le font d'office ; et l'esprit humain indocile y fait moins de réflexion. Mais quand un homme que l'on croit du monde, simplement et sans affectation, propose de bonne foi ce qu'il sent de Dieu en luimême; quand il ferme la bouche à un libertin qui fait vanité du vice, ou qui raille impudemment des choses sacrées , encore une fois , chrétiens , qu'une telle conversation , assaisonnée de ce sel de grâce,...
Page 399 - Tibre ; ne l'avez-vous point vue enfin monter au Quirinal qui a été son Calvaire?... Oui, la liberté est morte, et elle ne ressuscitera ni au troisième jour, ni à la troisième année, ni au troisième siècle peut-être. Vous vous effrayez de la tyrannie que nous souffrons ? Vous vous effrayez de peu : vous verrez bien autre chose...
Page 428 - Mais il est un point sur lequel la nation a toujours réclamé invariablement son consentement et sa volonté libre; ce sont les impôts, parce que les impôts attaquent la propriété...

Bibliographic information