Oeuvres de M. François de Salignac de La Mothe Fénélon, Volume 9

Front Cover
De L'Imprimerie de Francʹ-Amb. Didot, 1792
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 27 - Venez à moi , vous tous qui êtes chargés , et je vous soulagerai. Prenez mon joug sur vous , et apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos de vos âmes , car mon joug est doux, et mon fardeau léger.
Page 141 - Un homme livré à sa mollesse est un homme foible et petit en tout : il est si tiède , que Dieu le vomit. Le monde le vomit aussi à son tour, car il ne veut rien que de vif et de ferme. Il est donc le rebut de Dieu et du monde , c'est un néant} il est comme s'il n'étoit pas ; quand on en parle, on dit : Ce
Page 192 - Un tel vin doit être bu tout pur et sans mélange ; une goutte d'eau lui ôte sa vertu. On perd infiniment à vouloir retenir la moindre ressource propre. Nulle réserve , je vous conjure. Il faut aimer la main de Dieu qui nous frappe et qui nous détruit. La créature n'a été faite que pour être détruite au bon plaisir de celui qui ne l'a faite que pour lui. O heureux usage de notre substance ! Notre rien glorifie l'Être éternel et le tout Dieu.
Page 124 - Dieu veuille mettre au fond de votre cœur blessé sa consolation ! La plaie est horrible ; mais la main du consolateur a une vertu toute-puissante. Non, il n'ya que les sens et l'imagination qui aient perdu leur objet. Celui que nous ne pouvons plus voir est plus que jamais avec nous. Nous le trouvons sans cesse dans notre centre commun. Il nous y voit, il nous y procure les vrais secours.
Page 136 - ... aux gens qu'on leur sait bon gré de ce qu'ils les donnent, et leur faire voir qu'on tâche d'en profiter. Jamais ne leur montrez ni chagrin , ni indocilité , ni hauteur, ni jalousie. Pour vos occupations , il faut les régler, soit à l'armée ou à la cour. Partout il faut se faire une règle, et ranger si bien toutes les choses, qu'on y manque fort rarement. Le matin , votre lecture méditée avant toutes choses , et lorsqu'on vous croit encore au lit. Vers le soir, une autre lecture. Si...
Page 459 - La grâce donne à l'entendement une illustration; 2° elle donne à la volonté un attrait prévenant, un plaisir indélibéré, un sentiment doux et agréable, qui est en elle sans elle; 3° elle augmente la force de la volonté, afin qu'elle puisse actuellement dans ce moment vouloir le bien ; 4° elle l'excite à se servir de cette force nouvellement donnée. Jusque-là cette grâce n'est que prévenante , et en nous sans nous.
Page 385 - ... qu'on la regarde comme sa propre excellence , et non comme la pure volonté de Dieu. Tout est fait pour vous , pourvu que vous obéissiez et que vous portiez les autres à faire de même. Quand vous aurez des répugnances , ouvrez simplement votre cœur , non pour être ménagée ni flattée, mais pour n'avoir point de réserve; ensuite ne vous écoutez plus vous-même.
Page 155 - L'esprit se promene; la volpnté est ce qui ne doit jamais varier. Il ne s'agit point, monsieur, de faire beaucoup de choses difficiles : faites les plus petites et les plus communes avec un cœur tourné vers Dieu et comme un homme qui va à l'unique fin de sa création. Vous ferez tout ce que font les autres, excepté le péché; Vous serez bon ami, poli, officieux, complaisant, gai, aux heures et dans les compagnies qui conviennent à un vrai chrétien. Vous serez sobre à table et sobre par-tout...
Page 295 - IL me tarde de savoir de vous comment vous vous trouvez dans votre retraite en approchant du jour que vous craignez tant et qui est si peu à craindre. Vous verrez que les fantômes qui épouvantent de loin ne sont rien de près. Quand sainte Thérèse fit son engagement elle dit qu'il lui prit un tremblement comme des convulsions , et qu'elle crut que tous les os de son corps étoient déboîtés.
Page 166 - Vous verriez dans l'occasion chaque affaire d'une vue nette et simple; vous parleriez comme vous auriez pensé; vous diriez en deux mots ce que vous auriez à dire, sans prendre tant de mesures pour persuader. Vous seriez moins chargé, moins agité, moins dissipé, plus libre, plus commode, plus régulier sans chercher à l'être, plus décidé pour vous et pour le prochain. D'ailleurs, ce silence, qui rendrait la manière d'expédier les occupations extérieures plus courte, vous accoutumerait...

Bibliographic information