L'influence de Clément Marot aux XVIIme et XVIIIme siècles

Front Cover
F. Haeschel Dufey, 1920 - 128 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 59 - L'argent surtout est chose nécessaire. Or d'en avoir c'est la difficulté; La ville en est de longtemps dégarnie. Qu'y feroit-on? vice n'est pauvreté; Mais cependant, si l'on n'y remédie. Chaussée et pont s'en vont à la voirie. Depuis dix ans nous ne savons comment La Marne fait des siennes tellement Que c'est pitié de la voir en colère. Pour s'opposer à son débordement, L'argent surtout est chose nécessaire. Si demandez combien en vérité L'œuvre en requiert , tant que soit accomplie...
Page 56 - Il n'est point de presteur (S'il veult prester) qui ne face un debteur. Et sçavez-vous (Syre) comment je paye ? Nul ne le sçait, si premier ne l'essaye; Vous me devrez (si je puis) de retour, Et vous feray encores un bon tour. A celle fin qu'il n'y ait faulte nulle, Je vous feray une belle cedulle, A vous payer (sans usure, il s'entend) Quand on verra tout le monde content; Ou si voulez, à payer ce sera Quand vostre loz et renom cessera.
Page 11 - Amyot, dans le cardinal d'Ossat : dans les ouvrages les plus enjoués et dans les plus sérieux, il avait je ne sais quoi de court, de naïf, de hardi , de vif et de passionné. On a retranché . si je ne me trompe, plus de mots qu'on n'en a introduits. D'ailleurs, je voudrais n'en perdre aucun , et en acquérir de nouveaux. Je voudrais autoriser tout terme qui nous manque , et qui a un son doux , sans danger d'équivoque.
Page 59 - West pas le mieux, seigneur, et voici comme; Quand ils sont bons, en ce cas tout prud'homme Les prend au poids au lieu de les compter: Sont-ils méchants, tant moindre en est la somme, Et tant plutôt on s'en doit contenter.
Page 38 - MA foi, c'est fait de moi ; car Isabeau M'a conjuré de lui faire un rondeau, Cela me met en une peine extrême. Quoi ! treize vers, huit en eau, cinq en ème ! Je lui ferais aussitôt un bateau.
Page 53 - N'a pas longtemps sourdirent grands débats Sur le propos de leur Iphigénie. Coras lui dit : « La pièce est de mon cru. « Le Clerc répond : « Elle est mienne, et non vôtre.
Page 53 - S'attendrissoit et pleuroit sans mesure. « Bon gré vous sais, lui dit le vieux rimeur : « Le beau vous touche, et ne seriez d'humeur « A vous saisir pour une baliverne.
Page 5 - RONSARD et les auteurs ses contemporains ont plus nui au style qu'ils ne lui ont servi ; ils l'ont retardé dans le chemin de la perfection, ils l'ont exposé à la manquer pour toujours et à n'y plus revenir. Il est étonnant que les ouvrages de MAROT, si naturels et si faciles, n'aient su faire de Ronsard, d'ailleurs plein de verve et d'enthousiasme, un plus grand poète que Ronsard, et que Marot...
Page 23 - Samblançay l'âme rendre, A vostre advis, lequel des deux tenoit Meilleur maintien ? Pour le vous faire entendre, Maillart sembloit homme qui mort va prendre, Et Samblançay fut si ferme vieillart, Que l'on cuydoit, pour vray, qu'il menast pendre A Monfaulcon le lieutenant Mailkrt. U...
Page 5 - MAROT, par son tour et par son style, semble avoir écrit depuis RONSARD : il n'ya guère entre ce premier et nous que la différence de quelques mots.

Bibliographic information