Oeuvres complètes de Clément Marot,: nouvelle édition, ornée d'un beau portrait, et augmentée d'un essai sur la vie et les ouvrages de Cl. Marot, de notes historiques et critiques, et d'un glossaire, Volume 1

Front Cover
Rapilly, Librarie-Éditeur, boulevard Montmartre, No. 23; près le passage Panoramas., 1824 - 576 pages
1 Review
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
User Review - Flag as inappropriate

Clément Marot (1824) T1

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 341 - Assez long temps ; mais il le vous rongea Souvent, et tant, qu'à la parfin tout rompt, Et le lyon de s'en aller fut prompt, Disant en soy : « Nul plaisir (en effect} Ne se perd point quelque part où soit faict.
Page 370 - Voylà le poinct principal de ma lettre; Vous sçavez tout, il n'y fault plus rien mettre. Rien mettre? Las! Certes, et si feray, Et ce faisant, mon style j'enfleray...
Page 339 - C'est à sçavoir, du lyon et du rat. Cestuy lyon, plus fort qu'un vieil verrat, Veit une foys que le rat ne sçavoit Sortir d'un lieu, pour autant qu'il avoit...
Page 369 - II n'est point de presteur (S'il veult prester) qui ne face un debteur. Et sçavez vous (Syre) comment je paye? Nul ne le sçait, si premier ne l'essaye; Vous me devrez (si je puis) de retour, Et vous feray encores un bon tour. A celle fin qu'il n'y ait faulte nulle, Je vous feray une belle cedulle, A vous payer (sans usure, il s'entend) Quand on verra tout le monde content; Ou si voulez, à payer ce sera Quand vostre los et renom cessera.
Page 340 - Y arriva joyeux et esbaudy, Et du lyon (pour vray) ne s'est gaudy, Mais despita chatz, chates et chatons, Et prisa fort ratz, rates et ratons. Dont il avoit trouvé temps favorable Pour secourir le lyon secourable, Auquel a...
Page 166 - Mais celui qui boira de l'eau que je lui donnerai, n'aura jamais soif; mais l'eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d'eau qui jaillira jusqu'à la vie éternelle.
Page 256 - Ton gentil cueur, si haultement assis, Ton sens discret à merveille rassis. Ton noble port, ton maintien asseuré, Ton chant si doulx, ton parler mesuré, Ton propre habit, qui tant bien se conforme Au naturel de ta...
Page 108 - Puis ça, puis là : l'aage me conduisoit. Sans peur ne soing, où le cueur me disoit. En la forest (sans la craincte des loups) Je m'en allois souvent cueillir le houx, Pour faire gluz à prendre oyseaulx ramages...
Page 367 - Un autre pire encores se mesla De m'assaillir, et chascun jour m'assault, Me menaçant de me donner le sault, Et de ce sault m'envoyer à l'envers Rithmer sous terre, et y faire des vers.
Page 130 - Si quelqu'un vient à moi et ne hait pas son père et sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et ses sœurs, et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple.

Bibliographic information