Mémoires de Linguet sur la Bastille, et de Dusaulx sur le 14 juillet: avec des notices, des notes et des éclaircissemens historiques

Front Cover
Baudouin Frères, 1821 - 470 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 114 - Providence; et c'est pour lui rendre les actions de grâces qui lui en sont dues que je vous fais cette lettre, pour vous...
Page 204 - Monsieur, me dit Bury, vous venez de manger mon dîner; vous trouverez bon qu'à « mon tour je mange le vôtre. — Cela est juste, lui répondis-je.
Page 75 - On ne s'explique point en ce lieu-là; et tous les gens qui vous abordent ont une physionomie si resserrée, qu'on ne s'avise pas de leur faire la moindre question. Nous fûmes barricadées dans cette chambre aussi soigneusement que nous l'avions été dans l'autre. A peine y étions-nous renfermées, que je fus frappée d'un bruit qui me sembla tout à fait inouï.
Page 285 - Le comité permanent de la milice parisienne , » considérant qu'il ne doit y avoir à Paris aucune » force militaire qui ne soit sous la main de la » Ville, charge les députés qu'il adresse à M. le
Page 442 - Français; vous aimez vos femmes, vos enfants, la patrie; il n'ya plus de mauvais citoyens parmi vous, tout est calme, tout est paisible. Nous avons admiré l'ordre de votre police, de vos distributions, le plan de votre défense; mais maintenant la paix doit renaître parmi nous, et je finis en vous adressant, au nom de l'assemblée nationale, les paroles de confiance que le souverain a déposées dans le sein de cette assemblée.
Page 97 - Après dîner le sergent me vint dire qu'il falloit descendre; je lui demandai pourquoi, mais il ne me le voulut pas dire : je descendis au bas du degré , j'y trouvai six soldats qui m'environnèrent afin que je ne parlasse à personne. On me fit traverser la cour, où il y avoit quantité de prisonniers qui se mirent en haie pour me voir passer, les uns haussant les épaules, comme voulant dire que je serois bientôt exécuté, car c'étoit le bruit commun de la Bastille et de toute la ville.
Page 230 - ... où l'on plaçait chaque nuit deux sentinelles , pour répondre et ouvrir aux personnes qui se présentaient. Cette porte conduisait à une première cour extérieure , dans laquelle étaient les casernes des invalides , les écuries et remises du gouverneur. L'on pouvait également arriver à cette cour par l'arsenal. Elle était séparée d'une seconde cour, par une porte à côté de laquelle était un autre corpsde-garde , par un fossé et un pont-levis.
Page 394 - Messieurs , que vous remettez dans les archives de la Commune constate que les cadavres appartiennent au despotisme , et que c'est lui qui les avait scellés dans les murs de ces cachots, qu'il croyait éternellement impénétrables à la lumière. Le jour de la révélation est arrivé; les os se sont levés à la voix de la liberté française ; ils déposent contre les siècles de l'oppression et de la mort , prophétisent la régénération de la nature humaine , et la vie des nations, etc.
Page 176 - Au mois d'octobre de la même année, M. le duc d'Orléans lui pardonna, et il fut mis en liberté avec un exil à cinquante lieues de Paris. « Pendant son exil il avait souvent des permissions de venir à Paris, et il y venait et allait à Saint-Cyr continuellement.
Page 440 - Vous avez fait feu sur vos concitoyens; vous méritez d'être pendus, et vous le serez sur-le-champ.

Bibliographic information