Encyclopédie des sciences religieuses, Volume 2

Front Cover
Frédéric Lichtenberger
Sandoz et Fischbacher, 1877
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 751 - Il faut donc chercher la raison de l'existence du monde, qui est l'assemblage entier des choses contingentes, et il faut la chercher dans la substance qui porte la raison de son existence avec elle, et laquelle, par conséquent, est nécessaire et éternelle.
Page 392 - Il vous importe peu que je le sois ou non ; mais après tout , c'est le témoignage le plus glorieux que je puisse vous rendre. Car, dire .que je suis content de vous , c'est dire que vous êtes mon Dieu , puisqu'il n'ya qu'un Dieu qui me puisse contenter.
Page 279 - Il ne faut pas espérer qu'ils achètent des livres catholiques; c'est beaucoup qu'ils lisent ceux qui ne coûtent rien : le plus grand nombre ne peut même en acheter. Si on leur ôte leurs livres sans leur en donner, ils diront que les ministres leur avaient bien dit que nous ne voulions pas laisser lire la Bible, de peur qu'on ne vît la condamnation de nos superstitions et de nos idolâtries ; et ils seront au désespoir.
Page 389 - Domptant la douleur, il se retourne vers les gens d'armes, et montrant tantôt ses membres meurtris, tantôt la devise : Doux le péril pour Christ et la patrie, que sa cornette faisait flotter au vent : Voici, noblesse française, s'écrie-t-il, voici le moment désiré! Souvenez -vous en quel état Louis de Bourbon entre au combat pour Christ et la patrie!
Page 703 - Mais, comme le dit l'Écriture : « des choses que l'œil n'a point vues, que l'oreille n'a point entendues, — et qui ne sont pas montées au cœur de l'homme...
Page 394 - C'est par ces sortes d'endroits, tout pleins de zèle et d'éloquence, qu'il enlève et qu'il transporte : il m'a souvent ôté la respiration, par l'extrême attention avec laquelle on est pendu à la force et à la justesse de ses discours...
Page 543 - Et ce qui rend ses labeurs plus admirables, c'est qu'il avait un corps si débile de nature, tant atténué de veilles et de sobriété par trop grande, et qui plus est, sujet à tant de maladies, que tout homme qui le voyait...
Page 262 - Bèze, esleu de tous les autres pour ce faire, dict et parla en la manière qui s'ensuit : «Sire, puisque l'issue de toutes entreprises et grandes et petites dépend de l'assistance et faveur de nostre Dieu, et principalement quand il est question de ce qui appartient à son service et qui surmonte la capacité de nos entendemens, nous espérons que Vostre...
Page 563 - Court, il leur arrachait avec des pinces le poil de la barbe ou des sourcils, tantôt il leur mettait des charbons ardents dans les mains, qu'il fermait et pressait...
Page 544 - ... en ce monde pour l'adresse de l'Eglise de Dieu, fut retirée au ciel. Et pouvons bien dire qu'en un seul homme il a plu à Dieu de notre temps nous apprendre la manière de bien vivre et bien mourir.

Bibliographic information