Œuvres inédites de André Chénier

Front Cover
É. Champion, 1914 - 292 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page xxi - Animent la fin d'un beau jour, Au pied de l'échafaud j'essaye encor ma lyre. Peut-être est-ce bientôt mon tour. Peut-être avant que l'heure en cercle promenée Ait posé sur l'émail brillant, Dans les soixante pas où sa route est bornée, Son pied sonore et vigilant, Le sommeil du tombeau pressera ma paupière. Avant que de ses deux moitiés Ce vers que je commence ait atteint la dernière, Peut-être en...
Page 106 - Ce n'est pas assez à beaucoup près : la naï' vête est le point de perfection de tous les arts et de chaque genre dans tous les arts. Vous pouvez avoir ' un beau choix de mots, des phrases bien arrondies, des périodes sonores et harmonieuses ; si vous n'êtes point naïf, vous ne toucherez point. L'oreille retiendra vos sons, l'âme ne retiendra point vos pensées; elles n'iront pas jusqu'à l'âme, elles se perdront dans l'oreille.
Page 27 - Avait graissé la patte à ce pauvre animal. Depuis ce bel arrêt, le pauvre homme a beau faire, Son fils ne souffre plus qu'on lui parle d'affaire.
Page xxii - Moi je suis ce fondeur : de mes écrits en foule Je prépare longtemps et la forme et le moule ; Puis sur tous à la fois je fais couler l'airain : Rien n'est fait aujourd'hui, tout sera fait demain.
Page 7 - dans une prose énergique trop peu connue l, choqué de voir « les lettres si prosternées et le genre humain ne pas songer « à relever sa tête, je me livrai souvent aux distractions et » aux égarements d'une jeunesse forte et fougueuse; mais.tou» Premier chapitre d'un ouvrage sur les causes et les effets de la perfection et de la décadence des lettres.
Page xxxiv - Après avoir marché longtemps, nous arrivâmes à une église bien fraîche, et dans laquelle je me souviens bien qu'il y avait un grand puits. Je ne m'informerai à personne de ce lieu-là, car j'aurai un grand plaisir à le retrouver, lorsque mes voyages me ramèneront dans ce pays. Si jamais j'ai, dans un pays qui me plaise, un asile à ma fantaisie, je veux y arranger, s'il est possible, une fontaine de la même manière, avec une statue aux nymphes, et imiter ces inscriptions antiques : De...
Page 73 - En nous citant le siècle dernier, on nous dit sans cesse pour nous décourager... qu'il est un certain degré où parviennent les choses humaines, où tout ce qui compose..., étant parvenu comme de concert à son plus haut point de perfection possible, ne saurait rester où il est, puisque le repos est incompatible avec cet état de force et de tension, et ne peut avoir par conséquent qu'un mouvement de décadence. Personne ne doute de ce principe. Mais le- siècle dernier avait-il atteint ce...
Page 75 - Le hasard m'a fait lire, un de ces jours, les contes de Perrault, qu'on fait lire, m'at-on dit, à tous les enfants, et qu'on ne m'avait jamais fait lire. Il y en a en vers; il y en a en prose. Il est bon d'avoir vu une fois en sa vie ces ouvrages et ceux de semblable démence pour connaître jusqu'où l'esprit humain peut aller quand il marche à quatre pattes
Page 80 - Et que dirai-je de cette philosophie parasite aux yeux de qui le riche qui a une belle maison, des chevaux, des voitures, et qui va porter chez une belle courtisane le fruit de vingt années de concussions, est toujours un honnête homme; mais le pauvre est un gredin que l'on renvoie dans son grenier, dans son galetas, à son cinquième étage?...
Page 110 - J'aurais dû le trouver ! Il ya des sentiments si purs, si simples, des pensées si éternelles, si humaines, si nôtres, si profondément innées dans l'âme, que les âmes de tous les lecteurs les reconnaissent à l'instant; elles se réunissent à celle de l'auteur, elles semblent se reconnaître toutes et se souvenir qu'elles ont une origine commune.

Bibliographic information