Notre-Dame de Lorette: étude historique sur l'authenticité de la Santa Casa

Front Cover
A. Picard & fils, 1906 - 519 pages
 

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 11 - Les murs, épais d'environ une coudée, construits sans règle et sans niveau, ne suivaient pasexactement la ligne verticale. Ils étaient recouverts d'un enduit où l'on voyait en peinture les principaux mystères de ce lieu sacré. Une porte assez large, ouverte dans une des parties latérales, donnait entrée dans ce mystérieux séjour. A droite, s'ouvrait une étroite et unique fenêtre. En face, s'élevait un autel construit en pierres fortes et carrées, que dominait une croix grecque antique,...
Page 11 - Près de l'autel, on apercevait une petite armoire d'une admirable simplicité, destinée à recevoir les ustensiles nécessaires à un pauvre ménage ; elle renfermait quelques petits vases semblables à ceux dont se servent les mères pour donner la nourriture à leurs enfants. A gauche, une espèce de cheminée ou de foyer, surmontée d'une niche...
Page 18 - ... besoin du secours des hommes pour soutenir sa vénérable demeure. Quelle que soit la cause de ce phénomène, la vérité du fait est au-dessus de toute controverse ; car aujourd'hui encore vivent plusieurs témoins qui ont contemplé de leurs propres yeux cet admirable spectacle. Aussi, quand, au temps de Clément VII, Rainero Nerucci, architecte de la sainte chapelle, et qui depuis est resté avec moi dans une douce intimité, voulut, par ordre du Pontife, abattre ce mur de briques, que le...
Page 496 - ... à travers les épines. Celui qui fait bon marché de la pensée d'un homme, d'un homme sincère, d'un homme qui a fait à Dieu des sacrifices visibles, celui-là est un pharisien, la seule race d'hommes qui ait été maudite par JésusChrist. Celui qui dit d'un homme travaillant à ce qu'il croit pour la gloire de Dieu...
Page 124 - Le pays du Sauveur, impressions de voyage d'un pèlerin en Egypte et en Palestine (1891) : Déjà, à cette époque [iSoo'J.
Page 10 - ... et là d'étoiles dorées. Autour des murs et au-dessous des lambris, on remarquait plusieurs demicercles qui s'arrondissaient les uns près des autres et paraissaient entremêlés de vases diversement variés dans leurs formes. Les murs, épais d'environ une coudée , construits sans règle et sans niveau , ne suivaient pas exactement la ligne verticale.
Page 17 - ... bout de l'horizon; on a franchi l'espace, on est dans le port. Si la foule se portait à Lorette avant ce voyage, combien ne dut-elle pas s'accroître après une démonstration si évidente ? Aussi vit-on bientôt les peuples de la marche sortir en troupe des portes de leurs villes pour remplir les chemins qui conduisaient à la sainte demeure. Les hommes, les femmes, les enfants, les jeunes filles, les malades eux-mêmes, précédés de bannières, de tambours, de flûtes et d'autres instruments...
Page 496 - M"' d'HuIst : 11 ya des esprits inquiets et chagrins, qui pressent les congrégations romaines de se prononcer sur des questions encore douteuses. Je m'y oppose, je les arrête, car il ne faut pas empêcher les savants de travailler. Il faut leur laisser le loisir d'hésiter et même d'errer. La vérité religieuse ne peut qu'y gagner. L'Eglise arrive toujours à temps pour les remettre dans le droit chemin -. Dès le début de cette étude (p.
Page 10 - Au lever de l'aurore, quelques habitants aperçurent avec étonnement le nouvel édifice, placé dans un lieu où jamais l'on n'avait vu jusque-là ni maison ni cabane. Le bruit du prodige est bientôt répandu ; on accourt, on examine, on admire le bâtiment mystérieux, construit de petites pierres rouges et carrées, liées ensemble par du ciment ; on s'étonne de la singularité de sa structure, de son air d'antiquité, de sa forme orientale; on ne peut surtout expliquer comment elle se tient...
Page 11 - ... par cinq lunes qui se joignaient et s'enchaînaient mutuellement. Là était placée une statue de cèdre, représentant la bienheureuse Vierge debout et portant l'enfant Jésus dans ses bras. Les visages étaient peints d'une espèce de couleur semblable à l'argent, mais noircis par le temps et sans doute par la fumée des cierges brûlés devant ces saintes images.

Bibliographic information