Catéchisme philosophique, ou, Recueil d'observations propres à défendre la religion chrétienne, contre ses ennemis, Volume 1

Front Cover
Bureau de la Bibliothèque Catholique, 1825
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 106 - Il n'y en a pas un seul qui, venant à connaître le vrai et le faux, ne préférât le mensonge qu'il a trouvé à la vérité découverte par un autre. Où est le philosophe qui, pour sa gloire, ne tromperait pas volontiers le genre humain? Où est celui qui, dans le secret de son cœur, se propose un autre objet que de se distinguer ? Pourvu qu'il s'élève au-dessus du vulgaire, pourvu qu'il efface l'éclat de ses concurrents, que demande-t-il de plus ? L'essentiel est de penser autrement que...
Page 244 - Qu'on me montre un autre animal sur la terre qui sache faire usage du feu, et qui sache admirer le soleil. Quoi ! je puis observer, connaître les êtres et leurs rapports ; je puis sentir ce que c'est qu'ordre, beauté, vertu ; je puis contempler l'univers, m'élever à...
Page 106 - Quand les philosophes seraient en état de découvrir la vérité, qui d'entre eux prendrait intérêt à elle? Chacun sait bien que son système n'est pas mieux fondé que les autres ; mais il le soutient parce qu'il est à lui.
Page 223 - Si l'athéisme ne fait pas verser le sang des hommes, c'est moins par amour pour la paix que par" indifférence pour le bien : comme que tout aille, peu importe au prétendu sage, pourvu qu'il reste en repos dans son cabinet.
Page 226 - C'est le sacré lien de la société, Le premier fondement de la sainte équité, Le frein du scélérat, l'espérance du juste. Si les cieux, dépouillés de son empreinte auguste. Pouvaient cesser jamais de le manifester. Si Dieu n'existait pas, il faudrait l'inventer.
Page 187 - Quittons les voluptés pour savoir les reprendre; Le travail est souvent le père du plaisir. Je plains l'homme accablé du poids de son loisir. Le bonheur est un bien que nous vend la nature. Il n'est point ici-bas de moissons sans culture : Tout veut des soins sans doute, et tout est acheté.
Page 81 - ... l'homme, blanc en Europe, noir en Afrique, jaune en Asie, et rouge en Amérique, n'est que le même homme teint de la couleur du climat : comme il est fait pour régner sur la terre, que le globe entier est son domaine...
Page 120 - Qu'y at-il de si ridicule à penser que tout est fait pour moi, si je suis le seul qui sache tout rapporter à lui?
Page 189 - Là sont ces insensés qui , d'un bras téméraire , Ont cherché dans la mort un secours volontaire. Qui n'ont pu supporter, faibles et furieux, Le fardeau de la vie imposé par les dieux. Hélas ! ils voudraient tous se rendre à la lumière ^ Recommencer cent fois leur pénible carrière. Ils regrettent la vie ; ils pleurent , et le sort , Le sort, pour les punir, les retient dans la mort. L'abîme du Cocytc , et l'Achéron terrible , Met entre eux et la vie un obstacle invincible.
Page 215 - Tout ce qui s'at» tachait à eux devenait grand, et le seul » titre d'être dans leurs intérêts, était un » éloge achevé. Il n'y avait parmi eux , à «les entendre, que des génies sublimes, » que des prodiges de science et de vertu ,

Bibliographic information