Flore médicale, Volume 2

Front Cover
C.L.F. Panckoucke, 1815
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
= First edition of this alphabetically arranged medical flora. A beautifully illustrated book, the engravings after paintings by two famous illustrators: Turpin was one of the greatest botanical painters of his time, and Mme Pancoucke was one of Redouté’s most accomplished pupils. Turpin also wrote the text for the last part of vol. 7. The botanical detail that Turpin gave to his paintings is probably unsurpassed for his time.
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 105 - C'est toi, divin café, dont l'aimable liqueur, Sans altérer la tête, épanouit le cœur. Aussi, quand mon palais est émoussé par l'âge, Avec plaisir encor je goûte ton breuvage. Que j'aime à préparer ton nectar précieux ! Nul n'usurpe chez moi ce soin délicieux. Sur le réchaud brûlant moi seul tournant ta graine, A l'or de ta couleur fais succéder l'ébène ; Moi seul contre la noix, qu'arment ses dents de fer, Je fais, en le broyant, crier ton fruit amer...
Page 105 - Les Orientaux prennent du café toute la journée , et jusqu'à trois ou quatre onces par jour : ils le font épais, et le boivent...
Page 105 - ... selon eux, en devient meilleure. Quelques personnes après avoir fait griller le café au lieu de le moudre en cet état, versent de l'eau bouillante sur le grain entier et composent ainsi une boisson légère parfumée et salubre. La fève de café torréfiée, réduite en poudre et infusée à l'eau bouillante est la manière la plus généralement usitée.
Page 106 - Antigone et toi. A peine j'ai senti ta vapeur odorante, Soudain de ton climat la chaleur pénétrante Réveille tous mes sens; sans trouble, sans chaos, Mes pensers plus nombreux accourent à grands flots. Mon idée était triste, aride, dépouillée ; Elle rit, elle sort richement habillée, Et je crois, du génie éprouvant le réveil, Boire dans chaque goutte un rayon du soleil.
Page 89 - L'extrême fertilité du sol et l'insalubrité de l'air sont, dans l'Amérique et dans l'Asie méridionales, deux circonstances inséparables. On observe que plus la culture d'un pays augmente , que plus les forêts diminuent , et que plus le climat et le sol deviennent secs, moins aussi les plantations de cacao réussissent. Elles deviennent moins nombreuses dans la province de...
Page 133 - ... avec une serpette dont la courbure, la pointe et le dos sont tranchans. On fend avec la pointe la deuxième écorce d'un bout à l'autre de la branche; et, avec le dos du même outil, on la détache peu à peu. On ramasse toutes ces...
Page 104 - Sciences médicales, il est dit que le Café fournit un principe aromatique , une huile essentielle concrète , du mucilage qui provient sans doute de l'action de l'eau chaude sur la fécule; une matière...
Page 220 - Druides chantoient des hymnes à l'Eternel. Chez les Grecs et les Romains , une branche de chêne , tressée en couronne , fut toujours regardée comme la plus belle récompense...
Page 210 - Les châtaignes, dit-il , et les marrons ramassés au grand, soleil, exposés ensuite à l'action de cet astre pendant sept à huit jours, sur des claies que l'on retire tous les soirs , et que l'on pose les unes sur les...
Page 105 - ... un usage considérable. Les Orientaux en prennent toute la journée et jusqu'à trois ou quatre onces par jour; ils le font épais et le boivent dans...

Bibliographic information