Conférences du Couvent de Saint-Thomas-D'Aquin de Paris, Volume 1

Front Cover
Librairie Ve Poussielgue et Fils, 1866
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 290 - Invisibilia enim ipsius, a creatura mundi, per ea quae facta sunt, intellecta, conspiciuntur, sempiterna quoque ejus virtus et divinitas ; ita ut sint inexcusabiles.
Page 290 - Quia cum cognovissent Deum, non sicut Deum glorificaverunt, aut gratias egerunt; sed evanuerunt in cogitationibus suis, et obscuratum est insipiens cor eorum. 22 Dicentes enim se esse sapientes, stulti facti sunt; 23 Et mutaverunt gloriam incorruptibilis Dei in similitudinem imaginis corruptibilis hominis, et volucrum, et quadrupedum, et serpentium.
Page 78 - ... philosophie cartésienne. Je vois naître de son sein et de ses principes, à mon avis mal entendus, plus d'une hérésie; et je prévois que les conséquences qu'on en tire contre les dogmes que nos pères ont tenus, la vont rendre odieuse, et feront perdre à l'Église tout le fruit qu'elle en pouvait espérer, pour établir dans l'esprit des philosophes la divinité et l'immortalité de l'âme.
Page 488 - ... diront : Venez et montons à la montagne du Seigneur et à la maison du Dieu de Jacob...
Page 214 - Je consultai les philosophes , je feuilletai leurs livres , j'examinai leurs diverses opinions ; je les trouvai tous fiers, affirmatifs, dogmatiques, même dans leur scepticisme prétendu , n'ignorant rien , ne prouvant rien , se moquant les uns des autres ; et ce point commun à tous me parut le seul sur lequel ils ont tous raison.
Page 260 - ... c'est un métier, c'est une foule, c'est un peuple; et, parmi eux, l'exception déjà si triste est devenue règle. De toutes parts ils ont usurpé une influence sans bornes; et cependant, s'il ya une chose sûre dans ce monde, c'est, à mon avis, que ce n'est point à la science qu'il appartient de conduire les hommes.
Page 215 - Quand les philosophes seroient en état de découvrir la vérité, qui d'entre eux prendroit intérêt à elle ? Chacun sait bien que son système n'est pas mieux fondé que les autres ; mais il le soutient parce qu'il est à lui. Il n'y en a pas un seul qui, venant à connoitre le vrai et le faux, ne préférât le mensonge qu'il a trouvé à la vérité découverte par un autre.
Page 46 - Ce moment fut affreux ; et quand, vers le matin, je me jetai épuisé su*' mon lit, il me sembla sentir ma première vie, si riante et si pleine, s'éteindre, et derrière .moi s'en ouvrir une autre sombre et dépeuplée...
Page 630 - Et maintenant te voilà détrôné et brisé. Ton nom, si longtemps le dernier mot du savant, la sanction du juge, la force du prince, l'espoir du pauvre, le refuge du coupable repentant, eh bien! ce nom incommunicable, désormais voué au mépris et à l'anathème, sera sifflé parmi les hommes. Car Dieu , c'est sottise et lâcheté; Dieu , c'est hypocrisie et mensonge ; Dieu , c'est tyrannie et misère; Dieu , c'est le mal.
Page 259 - Sous l'habit étriqué du nord, la tête perdue dans les volutes d'une chevelure menteuse, les bras chargés de livres et d'instruments de toute espèce, pâle de veilles et de travaux, elle se traîne souillée d'encre et toute pantelante sur la route de la vérité, baissant toujours vers la terre son front sillonné d'algèbre.

Bibliographic information