Sermons, Panégyriques, Oraison et éloges funèbres, discours divers

Front Cover
Audin, 1823
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Common terms and phrases

Popular passages

Page 157 - Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle, et je le ressusciterai au dernier jour : car ma chair est véritablement une nourriture,et mon sang est véritablement un breuvage.
Page 114 - En vérité , je vous dis que tout ce que vous aurez lié sur la terre sera lié dans le ciel , et tout ce que vous aurez délié sur la terre sera délié dans le ciel....
Page 157 - En vérité, en vérité, je vous le dis : Si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez son sang, vous n'aurez point la vie en vousmêmes. 54 Celui qui mange ma chair, et qui boit mon sang, a la vie éternelle; et je le ressusciterai au dernier jour.
Page 188 - On n'entend dans les funérailles que des paroles d'étonnement, de ce que ce mortel est mort. Chacun rappelle en son souvenir depuis quel temps il lui a parlé, et de quoi le défunt l'a entretenu; et tout d'un coup il est mort. Voilà, dit-on, ce que c'est que l'homme! Et celui qui le dit, c'est un homme; et cet homme ne s'applique...
Page 271 - Et de même que cette providence s'est reposée sur les parents de l'éducation des familles, sur les législateurs du gouvernement de la société, sur les rois de la conduite des empires, elle a fait les riches pour se reposer sur eux du soin des pauvres, et elle ne leur a donné plus de biens que pour les distribuer à ceux qui en manquent, pour remplir par leurs largesses l'intervalle que la misère a mis entre eux et leurs frères.
Page 187 - Leurs années se poussent successivement comme des flots : ils ne cessent de s'écouler, tant qu'enfin, après avoir fait un peu plus de bruit, et traversé un peu plus de pays les uns que les autres , ils vont tous ensemble se confondre dans un abîme où l'on ne reconnaît plus ni princes , ni rois , ni toutes ces autres qualités superbes...
Page 161 - Coenantibus autem eis, accepit lesus panem, et benedixit ac fregit, deditque discipulis suis, et ait : Accipite, et comedite : hoc est corpus meum. Et accipiens calicem gratias egit : et dedit illis, dicens : Bibite ex hoc omnes. Hic est enim sanguis meus novi testamenti, qui pro multis effundetur in remissionem peccatorum.
Page 161 - Buvez-en tous. Car ceci est mon Sang, le Sang du nouveau Testament, qui sera répandu pour un grand nombre en rémission des péchés.
Page 160 - ... de la terre? Pourquoi ce chagrin superbe de « ne pouvoir comprendre l'infini? Ce grain de sable « que je foule aux pieds, est un abîme que tu ne peux
Page 130 - Quoniam tacui, inveteraverunt ossa mea : dum clamarem tota die. Quoniam die ac nocte gravata est super me manus tua : conversus sum in aerumna mea, dum configitur spina. Delictum meum cognitum tibi feci : et injustitiam meam non abscondi. Dixi, Confitebor adversum me injustitiam meam Domino : et tu remisisti impietatem peccati mei.

Bibliographic information